Le grand assureur américain AIG a 24 heures pour trouver 75 milliards de dollars...ou un coup de pouce de la Fed

 |   |  248  mots
Le gouverneur de New York donne un jour à AIG pour lever les fonds lui permettant d'éviter la faillite. C'est lui qui supervise les assureurs, dont AIG, installés dans son Etat. La Fed pourrait toutefois apporter sa garantie à l'assureur.

Le compte à rebours s'accélère pour AIG et la finance mondiale. Le gouverneur de New York donne 24 heures chrono à l'assureur pour lever les quelque 75 à 80 milliards de dollars qui pourrait lui permettre d'éviter la faillite.

"Je crois qu'il leur reste la journée, mais je crois que c'est le moment, juste maintenant, pour voir si oui ou non ils peuvent rassembler je pense 75 à 80 milliards de dollars", a déclaré David Paterson, interrogé sur la chaîne de télévision CNBC, ce mardi 16 septembre, alors que l'action AIG devisse totalement à Wall street.

Ce responsable politique sait de quoi il parle. En droit américain, c'est lui qui supervise les sociétés d'assurance dont le siège est implanté dans son Etat. C'est le cas d'AIG dont le siège est installé à New York, à deux pas de Wall street.

David Paterson souligné qu'une faillite aurait des conséquences "énormes", bien plus importantes que celle de la banque d'affaires Lehman Brothers, qui a été annoncé hier lundi. Il a déjà tiré les conséquences de ces déclarations en autorisant AIG à emprunter 20 milliards de dollars à ses filiales. Cela risque d'être très insuffisant.

Toutefois, le grand assureur pourrait être sauvé par la Fed, la Federal Reserve. La banque centrale américaine pourrait apporter sa garantie à des prêts à AIG et ainsi éviter sa faillite.

Le titre AIG continue toutefois à piquer du nez et perd encore ce mardi 34% à 3,13 dollars à moins de deux heures de la clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :