« Il ne faut pas lâcher les TPE PME » dit le président des experts-comptables

 |  | 627 mots
Lecture 3 min.
Lionel Canesi.
Lionel Canesi. (Crédits : DR)
Alors que le confinement concerne désormais l’ensemble du territoire hexagonal, avec pour conséquences celle notamment d’entrainer la fermeture des commerces et de remettre les salariés en télétravail, Lionel Canesi rappelle que le moment est encore fragile pour les petites et moyennes entreprises et que le dirigeant, pour résister encore, doit pouvoir bénéficier d’une indemnité partielle. Et d’insister aussi pour anticiper la reprise en préparant un choc de consommation.

« Ce n'est pas le moment de lâcher les TPE PME, alors qu'elles vont être reconfinées » dit Lionel Canesi.  au moment où la France revit une troisième fermeture administrative de certains de ses commerces et alors que de nombreux salariés vont retrouver le télétravail, la fermeture des établissements scolaires le rendant indispensable pour certains.

Alors que le Plan de relance a tracé les lignes essentielles à la reprise, cette reprise justement, n'est pas encore effective. Le remboursement des PGE est également une question qui sous-tend le sujet. Et puisque cette reprise est fébrile - dans les startings-blocks certes, mais encore fébrile - il apparaît donc indispensable que les aides et soutiens perdurent. Ceux déjà effectifs, bien sûr, comme l'Etat s'y est engagé. Mais il ne faudrait pas oublier les dirigeants, ces chefs d'entreprise qui se trouvent à nouveau dépourvus face à une situation qui les prive d'une part - voire pour certains - de la totalité de leurs revenus. « Il faut aider nos dirigeants en leur octroyant une indemnité partielle » propose, à nouveau Lionel Canesi. Le président du Conseil Supérieur de l'Ordre des experts-comptables a, en effet déjà, émis cette suggestion, qui viendrait apporter de l'oxygène financier à ceux qui, malgré les différents dispositifs d'aides, ne sont pas ciblés par une aide spécifique. « Le chômeur à le chômage, le salarié l'activité partielle... » Et les dirigeants, rien. Or, pour Lionel Canesi, l'indemnité partielle est la réponse adéquate pour à la fois donner espoir et de quoi vivre aux dirigeants et leur permettre ainsi de tenir jusqu'au vrai moment de la reprise.

Provoquer l'étincelle de la relance

Et puis, à côté des réponses immédiates, il y a celle de la préparation à la reprise. Pour le président du Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables, il faut opter pour l'étalement des dettes liées à la Covid-19. « Il faut identifier et isoler les dettes Covid et surtout permettre l'étalement de leur remboursement sur 10 ans. C'est ce qui doit éviter les défaillances massives et préparer la relance ». C'est l'une des façons, dit encore Lionel Canesi, « de lancer l'étincelle de la relance ».

Et d'expliquer que « si l'on veut une relance, il faut de l'investissement. Et pour cela il faut de la trésorerie. Or, si la trésorerie sert à rembourser les dettes Covid, elle ne permet pas d'investir dans les nouveaux projets de développement. L'étalement du remboursement sur une durée plus longue est indispensable ».

De la même façon, Lionel Canesi estime que le débranchement, évoqué en post-crise, des aides devra se faire par phases différentes. « Certains secteurs n'ont pas été touchés, d'autres ont été fermés administrativement. La question est de savoir comment les entreprises vont reprendre, avec un passeport vaccinal ou pas pour ce qui concerne le tourisme... »

Les 30 Glorieuses

Et puisque l'on parle de reprise économique, il faut aussi parler consommation. Car c'est encore en consommant que l'on relance la machine économique, que l'on remet en route les circuits, que l'on crée la richesse. Un point important car on sait que les Français ont massivement épargné depuis un an. Nul doute qu'ils attendent de pouvoir fréquenter à nouveau restaurants, théâtres, cinémas, magasins ou salles de gym mais assez logiquement le Français a aussi besoin d'avoir confiance en l'avenir pour consommer. « Il faut créer les conditions des 30 Glorieuses », indique Lionel Canesi. « Cela ne veut pas dire aller dans le tout consommationmais il s'agit de remettre de l'argent dans le circuit. Et surtout de privilégier le consommer français. Il est indispensable, pour favoriser la relance, de faire du patriotisme économique ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2021 à 2:35 :
On s’en tape... le monde a déjà lâché 2 890 000 de morts à cause du Covid.
Vous n’avez qu’à demandé des comptes aux plus grands de ce monde qui ont commandé «  ce joli cooktail pour nous empoisonner notre respiration !
a écrit le 03/04/2021 à 3:50 :
Un president des experts comptables !
C'est en France. Uniquement, ailleurs ca n'existe pas.
a écrit le 02/04/2021 à 19:41 :
Surtout que c'est le fonds de commerce des Experts Comptables. C'est pas Amazon qui leur donne du travail !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :