Ce qu'est vraiment la politique de l'offre, défendue par Hollande

 |   |  2392  mots
Sylvain Fontan, économiste, responsable du site L'Economiste.eu
Sylvain Fontan, économiste, responsable du site L'Economiste.eu (Crédits : Reuters)
Depuis janvier 2014, François Hollande défend officiellement une politique économique de l'offre. Un tournant majeur, en France. Mais quels sont les fondements de cette politique? Par Sylvain Fontan, économiste, responsable du site L'Economiste.eu

Lors de son allocution officielle du 14 janvier 2014, c'est en ces termes que le président de la République française, François Hollande, s'est exprimé :

"Le temps est venu de régler le principal problème de la France : sa production.

Oui, je dis bien sa production. Il nous faut produire plus, il nous faut produire mieux.

C'est donc sur l'offre qu'il faut agir. Sur l'offre !

Ce n'est pas contradictoire avec la demande. L'offre crée même la demande."

Même si les actes tardent objectivement à suivre les paroles, cette évolution dans le discours traduit néanmoins un changement qui n'est pas neutre, a fortiori dans la bouche d'un président dont le corpus idéologique traditionnel, prôné depuis des décennies par le parti politique dont il est issu, est très éloigné de cette vision de l'économie.

Agir sur l'offre : Un tournant idéologique majeur

En effet, pour le profane, ces quelques mots peuvent paraître anodins, ou alors sans grand intérêt, voire même frappés de bon sens. Or, pour celui qui a une culture économique, politique et historique, cette citation est en vérité un tournant idéologique majeur.

En effet, la France est un pays dont les structures économiques, politiques et sociales sont profondément marquées par les théories économiques keynésiennes (en référence à l'auteur britannique John Maynard Keynes) selon lesquelles, en substance, la stimulation de la demande (la consommation) permet d'accroître les richesses produites et le bien-être collectif. Inversement, la politique de l'offre est d'inspiration libérale, et vise à stimuler au préalable la production.

En d'autres termes, et pour faire très simple, la politique de la demande distribue des richesses en s'endettant, en espérant que la consommation générée permettra d'enclencher un cercle vertueux de création de richesses. Alors que, à l'inverse, la politique de l'offre préconise qu'il est nécessaire de produire des richesses dans un premier temps avant d'envisager de distribuer, sous-entendant ainsi que les entreprises sont à la source des créations de richesses.

Au-delà de l'aspect purement sémantique, les implications d'un tel changement de paradigme sont nombreuses et il convient de s'interroger sur ce que recouvre réellement la politique de l'offre.

 La contestation du bien-fondé des politiques keynésiennes

 La théorie de l'économie de l'offre conteste le bien-fondé des politiques keynésiennes traditionnelles de relance par le déficit budgétaire. De plus, l'économie de l'offre remet en cause l'Etat-providence, dont l'inconvénient est de "casser" (ou de freiner) les ressorts de la prospérité économique. Ainsi, l'économie de l'offre consiste, en substance, à stimuler la croissance économique en libérant l'offre (la production).

Les quatre propositions de l'économie de l'Offre

1) L'offre de facteurs de production est plus élastique que ne le pense la théorie keynésienne.

En d'autres termes, le côté à privilégier est l'offre (la production) et c'est la demande (la consommation) qui doit être considérée comme une conséquence de l'offre, et non son moteur : en libérant l'offre, la demande sera stimulée, et non l'inverse. En outre, il est possible d'agir davantage sur le facteur "offre" que ce qui est généralement considéré car les effets positifs induits d'une libération de l'offre sont supérieurs à ceux liés à un accroissement de la demande via une hausse des dépenses publiques.

2) Il existe des mécanismes fiscaux qui sont plus ou moins favorables à la prospérité économique d'un pays.

Dans ce cadre, la "préoccupation fiscale" consiste à diminuer les taux d'imposition jusqu'à un seuil efficient permettant à une économie de créer plus de richesses qu'avec un taux trop élevé :

  • Les taux d'imposition, jusqu'à un certain niveau, ne pénalisent pas la production et n'ont donc pas in fine d'effet négatif sur la croissance économique. Dès lors, tant que ce seuil n'est pas atteint, l'activité économique augmente en corrélation avec la hausse des rentrées fiscales. En effet, les impôts, utilisés efficacement, permettent la fourniture de biens et de services qui sont essentiels au fonctionnement de l'économie globale et favorables à la croissance (construction et entretiens d'infrastructures routières, éducation de la population, maintien de l'ordre, financement de la justice qui protège la propriété privée...). Dès lors, la fiscalité raisonnée permet de financer des dépenses publiques nécessaires à la mise en place d'un environnement économique apte à créer de la croissance. Notons cependant que ces dépenses doivent répondre à des besoins économiques globaux de long terme et pas à des considérations politiques corporatistes de court terme.
  • En revanche, dès que ce seuil est franchi, l'influence de la fiscalité sur l'offre de facteurs de production devient négative, c'est-à-dire que les pressions financières et fiscales découragent l'initiative privée. Dès lors, les dépenses publiques financées par l'impôt excessif se substituent à l'activité privée. Par conséquent, la taille du secteur public augmente, et sa charge pèse sur un secteur privé qui devient progressivement de plus en plus ténu. De plus, quand la fiscalité augmente, il y a mécaniquement un accroissement de la réglementation et des charges administratives qui viennent amplifier les freins à la production et à l'initiative privée pour créer des richesses. Par conséquent, cette situation de fiscalité et de charges administratives et réglementaires excessives revient à diminuer l'offre potentielle : le pays produit moins de richesses que permis par ses capacités.

3) L'économie de l'offre défend l'idée selon laquelle "trop d'impôt tue l'impôt".

Dans une autre version plus ancienne, cette idée donne: "Les hauts taux tuent les totaux". L'économie de l'offre associe ici un taux d'imposition à un niveau de recettes fiscales. Quand la pression fiscale est excessive, elle détruit "l'assiette fiscale" (c'est-à-dire la base sur laquelle va être calculé l'impôt).

Autrement dit, des activités autrefois rentables disparaissent car la fiscalité et la réglementation excessives ne permettent plus la survie économique de ces activités où le gain retiré devient trop faible. Dès lors, malgré une fiscalité globale plus élevée, les rentrées fiscales diminuent car les agents sur lesquels ponctionner cette fiscalité sont moins nombreux, d'où l'aphorisme "trop d'impôt tue l'impôt". Trivialement, il est possible de réduire cette idée comme ceci : "A trop vouloir traire la vache, la vache meurt". Jusqu'à un certain niveau, le montant du produit de l'impôt augmente, mais, au-delà, ce montant diminue mécaniquement.

Laffer

L'auteur le plus connu ayant souligné cette idée est l'économiste Arthur Laffer, avec ce qu'il convient d'appeler "La courbe de Laffer" qui prend la forme d'une cloche inversée dans un graphique à deux axes avec en abscisse (ligne horizontale) le taux d'imposition, et en ordonnée (ligne verticale) les recettes fiscales. Dans ce cadre, un taux d'imposition de 100% se traduit par des recettes fiscales égales à zéro ; idem pour un taux d'imposition de 0% qui se traduit nécessairement lui aussi par des recettes fiscales nulles.

Il existe donc entre ces deux niveaux extrêmes un niveau optimal qui permet d'optimiser les recettes fiscales sans freiner la croissance économique. Ainsi, lorsque les impôts sont trop élevés, en réduisant les taux d'imposition, les recettes fiscales s'en trouvent augmentées. Enfin, et par construction intellectuelle, un taux bas et un taux élevé entraînent la même recette fiscale. Il est donc préférable de choisir le taux le plus bas car cela stimulera davantage la croissance économique. Au final, la première chose à déterminer est ce taux d'imposition optimal et savoir s'il est atteint ou non.

4) L'imposition modifie deux types de prix relatifs : (1) l'arbitrage travail / loisir et (2) l'arbitrage consommation / épargne.

  • ARBITRAGE TRAVAIL / LOISIR :

Chaque individu a le choix entre le loisir et l'amélioration de son capital humain. La notion de "loisir" doit ici se comprendre comme toute activité autre que celle liée au "travail" qui renvoie quant à lui au fait d'effectuer une activité rémunérée. Lorsqu'un individu choisit le loisir, il renonce à deux types de revenus liés aux (1) heures supplémentaires ou (2) à une augmentation future de salaire permise par une meilleure qualification. Le sacrifice supporté dépend du "taux marginal d'imposition". Autrement dit, quand le taux d'imposition augmente, cela diminue le revenu disponible tiré du travail et cela rend parallèlement le loisir plus intéressant que le travail. Par conséquent, si le taux d'imposition augmente, cela diminue le coût relatif du loisir et donc l'individu à tendance à substituer du loisir au travail.

  • ARBITRAGE CONSOMMATON / EPARGNE :

Chaque individu a le choix de consommer aujourd'hui ou d'épargner pour consommer demain. L'arbitrage dépend alors des revenus supplémentaires tirés de l'épargne, et ces revenus dépendent eux-mêmes du taux d'imposition. En d'autres termes, plus l'impôt sur le revenu de l'épargne sera élevé, plus le sacrifice en revenu futur d'une consommation immédiate sera considérable ; et donc plus le flux de revenu futur tiré de l'épargne sera faible. Par conséquent, le ménage est incité à consommer plutôt qu'à épargner quand le taux d'imposition est trop élevé. Mécaniquement, cela accroît alors la préférence pour le présent, se traduisant par une augmentation du taux d'intérêt.

Lien entre fiscalité, travail et consommation dans l'économie de l'offre

Concernant la fiscalité et le travail, la pression fiscale exerce des effets pervers en matière de comportement de travail :

  • "Effet de substitution" car, si les impôts augmentent, le contribuable accroît sa demande loisir et diminue son offre de travail ;
  • "Effet de revenu" car, si les impôts augmentent, il faut travailler plus pour garantir un même niveau de consommation. Or, il n'est pas toujours possible d'accroître le travail, a fortiori quand les réglementations viennent figer le marché du travail.

Concernant la fiscalité et l'épargne, la relation entre les deux vient diminuer le potentiel d'investissement d'un pays alors même que cet élément est clef dans sa capacité à engendrer de la croissance économique. En effet, un système d'impôt progressif taxe plus lourdement les niveaux de revenus les plus élevés, c'est-à-dire ceux qui épargnent le plus. Dès lors, plus la fiscalité est progressive, plus l'individu est incité à consommer immédiatement ou non pas à épargner. Au final, cette mécanique entraîne une diminution du niveau d'épargne et rend ainsi plus difficile l'investissement qui a besoin d'épargne au préalable pour se financer.

Un effet désincitatif de la fiscalité excessive

Au final, l'effet de la fiscalité excessive est désincitatif pour le travail et pour l'épargne, et in fine diminue le potentiel de croissance d'une économie, et donc sa capacité à générer de l'emploi marchand et des revenus pour la population. Notons cependant que dans les pays où le secteur public est protégé et repose sur des rentes d'activités sans concurrence et sans objectif d'efficacité, les populations évoluant dans la sphère publique ne supportent pas ce coût économique car leur statut et leur fonctionnement est financé par ponctions sur la sphère privée directement (fiscalité) ou indirectement (endettement public qui est une fiscalité différée sur les jeunes ou les futures générations) (cf. "illusion fiscale").

Les fondements libéraux de l'économie de l'offre

L'objectif attendu de la politique de l'offre est le changement des comportements des agents économiques :

  • Accroissement de l'offre de travail ;
  • Accroissement de l'offre d'épargne ;
  • Plus grande incitation au travail (notamment via l'arrêt des mesures déresponsabilisantes) ;
  • Accroissement de la concurrence ;
  • Fin des gaspillages et des distorsions économiques (en jouant notamment sur les "signaux" adressés aux différents marchés). Les "signaux" renvoient en substance à des politiques d'incitation (la carotte) et de désincitation (le bâton).

Dans ce raisonnement, la production précède les revenus et la demande, alors que dans la vision keynésienne traditionnelle qui prévaut en France depuis de nombreuses décennies, c'est la demande qui crée les revenus et qui précède la production. Dès lors, pour stimuler l'offre et donc l'investissement capable de produire des richesses, il convient d'une part de diminuer la fiscalité et, d'autre part, d'éliminer (ou en tout cas d'amoindrir) toutes les réglementations et les rigidités qui de surcroît ont tendance à générer un accroissement du nombre des structures étatiques et des fonctionnaires inefficaces.

Faire en sorte que l'économie s'autorégule

La politique budgétaire de l'Etat n'a pas le pouvoir de freiner ou de stimuler l'activité économique, car un déficit ne fait en réalité que remplacer une demande privée à court terme. L'important, c'est de faire en sorte que, à long terme, l'économie s'autorégule; ce qui est profondément différent de la vision de Keynes qui disait que, "à long terme, nous serons tous morts", signalant ainsi que pour lui la seule chose qui importe, c'est le court terme, au détriment des impacts possibles au-delà de cet horizon temporel. Dès lors, pour lui, les conséquences de long terme des décisions de court terme ne regardent pas les générations actuelles mais concernent les générations futures qui hériteront de la situation engendrée.

Au final, l'économie de l'offre fait référence à la "Loi des débouchés" de l'économiste Jean-Baptiste Say selon laquelle "l'offre crée sa propre demande".

Toutes ces formulations peuvent apparaître comme extrémistes, mais ce n'est pas un hasard car seules des propositions radicales peuvent profondément changer le comportement des agents économiques. Par conséquent, cette politique de l'offre ne peut réussir que si l'exécutif qui s'assigne cet objectif le fait au nom de l'intérêt général et peut aller au-delà des intérêts particuliers, et notamment de ceux liés au secteur public. Par conséquent, toute la question est celle de la crédibilité du gouvernement en place, en d'autres termes, si ce dernier dépasse les discours et passe aux actes.

Plus  d'informations sur le site de L'Economiste

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2015 à 10:42 :
Une conclusion telle une énième variante du célèbre "Ce sont les fonctionnaires qui coûtent trop cher à la France", mais bel effort de renouvellement de la formulation M. Fontan... Par ailleurs je confirme que le problème de la fiscalité et de ses effets sur l'économie est traité d'une manière trop simplifiée et incomplète pour être pertinente.
a écrit le 20/01/2015 à 10:09 :
Nouveau !

L’état, avec l’accord du gouvernement, à décidé de diminuer de 50% son budget de dépense publique inutile, en 2014 / 2015.
Les 50% économisés seront redistribués aux contribuables moyens, ceux entre 5 et 20% de leurs revenus annuels.
Pour ce faire, ils recevront, par lettre recommandé, un chèque du trésor public à partir du 1er Septembre 2014. Somme non imposable.
Objectif : redonner de l’oxygène aux foyers, relancer, peut être la consommation, participer au désendettement individuel.
Enfin de l’air !
a écrit le 19/01/2015 à 21:20 :
Le mythe du libéralisme est que ceux qui le répandent y croient ce qui n'est pas le moindre de la supercherie et du défaut de logique .
En effet depuis que l'homme vit il a d'abord découvert désirer entrepris .
Ces trois facteurs n'en font qu'un ; ils sont l'expression vivante de l'évolution,de la création, du progrès qui créent la demande et les débouchés de la production qui en découlent.
Ce sont les mêmes qui vous assènent le libéralisme comme une loi quasi scientifique inéducable naturel en quelque sorte découlant...de la nature, qui ensuite vous invoquent que les lois de l'économie sont avant tout affaire de ressort psychologique
a écrit le 19/01/2015 à 19:14 :
l'offre au qatar ou à l'arabie saoudite, l'offre aux milliardaires de partout, bien sûr ça marche, c'est le modèle allemand tourné vers l'exportation, spécialement en europe, ce qui en passant a plombé pas mal d'économies locales, par contre vue le niveau des salaires en allemagne, il a été nécessaire de créer une revalorisation du travail, en bref je veux dire, je ne suis pas sûr que cette politique de l'offre soit la panacée, elle ne fait que faire fructifier la capital pour le capital et oublie la population, le lien social, enfin tout ce qui n'est pas économique mais bien réel pourtant pour une nation
a écrit le 19/01/2015 à 17:39 :
Pourquoi la France compte-t-elle moitié moins d'ETI que les anglais et le tiers des allemands avec des retraites non financées?
Sommes-nous suicidaires: sous-compétitifs en zone de monnaie forte. Nous sommes classés 27èmes.
Des fonctionnaires volent la retraite des salariés précaires... on appelle cela justice?
C'est un ETAT VOLEUR!
a écrit le 19/01/2015 à 16:35 :
Le Progrès ne crée pas de richesse. Il crée un gain de temps qui n'est de l'argent que par la Plus-value qu'entraîne une plus grande production ou une moins grande quantité de travail à payer par licenciement d'une partie de la main d'oeuvre employée, gain partagé avec les consommateurs par baisse du prix de vente. D'où l'expression «  Le temps c'est de l'argent ».
Or, très souvent le personnel licencié ne retrouve pas de travail d'autant plus que la demande va bénéficier ou à des consommateurs repus – intermédiaires de la mondialisation surtout - ou à des salariés quasi insolvables car exploités honteusement . Au détriment de la demande solide et locale des salariés licenciés.
Réponse de le 19/01/2015 à 19:09 :
qui serait favorable à la lutte contre l'effet de serre qui souffre d'une multiplication d' échanges qui, pour gagner des miettes de compétitivité, nuisent à l'emploi et favorisent le développement de la dette.
a écrit le 19/01/2015 à 16:05 :
Je preconise quelques modifications de styles qui irritent le lecteur :
-Arreter avec les "eureka" du type : encore bien qu il nous faudrait , et bien pas cette fois"
-etre conscient de la longueur et de la lourdeur du texte
-essayer de sortir des hypotheses mécaniques propre a l économie où "ceci engendre innevitablement cela"mais inclure le specific propre a la situation.
- rendre le texte human en incluant les dynamiques de masses sur le plan individuel ainsi que les cause d'une action qui germent par le desir et le coeur.
a écrit le 19/01/2015 à 15:57 :
Ce qu'on attend de Hollande, c'est qu'il baisse les taux.
Ce qu'on attend de l'auteur, c'est qu'il définisse le taux idéal de rendement: voilà qui ferait l'affaire!
a écrit le 19/01/2015 à 15:15 :
Il ne s'agit pas d'opposer politique de la demande et politique de l'offre, mais de stimuler les 2 !
La politique de la demande n'est pas idiote à 3 conditions.
que les concurrences déloyales soient éliminées : travail au noir, bricolage, robotisation et délocalisations, par remplacement des cotisations par la TVA.
Que les entreprises aient intérêt à embaucher et à payer : par l'indexation de la masse salariale sur 50 % de la valeur ajoutée avec déduction limitée par emploi.
Que les banques aient intérêt à prêter par utilisation de la monnaie bancaire et par assujettissement à indexation de la masse salariale comme toutes les entreprises.
Conclusion : Il n'est plus nécessaire de combattre le chômage par l'emploi public, ce qui est une erreur majeure, donc les prélèvements peuvent descendre sous les 50 % !
Réponse de le 19/01/2015 à 16:20 :
Éliminer le bricolage, voilà une idée intelligente. Il faudra aussi éliminer la cuisine à domicile assurée par les ménages, et aussi le ménage des residences effectue en famille, le covoiturage, les aides entre amis ou familiers. Tout cela est de la concurrence déloyale pour divers corps de métiers et une perte de recettes fiscales et sociales. En résumé, toute activité doit être socialisée et subir le contrôle des pouvoir publics!!
Réponse de le 19/01/2015 à 18:27 :
Il ne s'agit pas d'interdire le bricolage mais de favoriser l'emploi en diminuant l'intérêt que cela représente, quitte à supprimer les charges sociales égales au coût des salaires nets. Il vaut mieux des chômeurs occupés et dispensés de charges, plutôt que totalement à charge !
C'est valable aussi pour la restauration et l'artisanat, c'est ce que prévoit mon idée de Taxe de 20 % sur la valeur ajoutée assortie d'un crédit d'impôt et d'où on pourrait déduire l'équivalent du SMIC.
L'emploi est capital pour la dignité humaine, point . L' homme ne vit pas pour l' Économie, celle-ci est à son service !
a écrit le 19/01/2015 à 13:28 :
Le seuil en question dépend de la démographie, du capital humain et de l'efficacité énergétique.
a écrit le 19/01/2015 à 13:27 :
On sait depuis la crise de 1929 que la prétendue "loi de Say" n'en est pas une. N'importe quel entrepreneur sait que l'offre ne crée pas sa propre demande. Ce serait trop simple ! Le revenu distribué lors de la production peut être thésaurisé ou employé à réduire l'endettement, et alors pas de demande.
a écrit le 19/01/2015 à 13:18 :
Il faut basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique, jusqu'à un certain seuil. C'est ce que préconise la note n°6 du conseil d'analyse économique du premier ministre.
a écrit le 19/01/2015 à 13:15 :
Utilisez ce raisonnement en comparant le cout du travail avec le prix de l'énergie. Qu'en pensez-vous?
a écrit le 19/01/2015 à 13:14 :
Je n'ai jamais lu un tel ramassis de conneries, et pourtant j'ai été chef d'entreprise, alors l'économie de l'offre et de la demande, je connais.
a écrit le 19/01/2015 à 13:13 :
Trop d'impots sur le travail favorise le chomage; trop d'impots sur le capital décourage l'investissement; trop d'impots sur l'énergie incite à économiser l'énergie; c'est justement ce que l'on recherche avec la transition énergétique.
a écrit le 19/01/2015 à 12:46 :
Ce qui est etonnant en France c'est d'avoir des economistes qui font des analyses sans chiffres a l'appui...
Bref on a une disertation ou de la philosophie..
a écrit le 19/01/2015 à 12:17 :
La courbe de Laffer est une supercherie. On ne peut pas isoler l'effet de la "pression fiscale" de celui de l'ensemble des paramètres de la fiscalité. C'est très différent, par exemple, d'augmenter la pression fiscale avec la TVA ou avec l'impôt sur le revenu. En outre, on ne contrôle pas directement la pression fiscale, mais les taux et les assiettes.
a écrit le 19/01/2015 à 11:51 :
Voilà un beau plaidoyer d'un expert-sachant-économiste, neutre bien sur soutien honteux de l'ordo-libéralisme qui veut garder son pouvoir(1% / 99%).
L'intérêt général c'est celui de l'oligarchie et les intérêts particuliers sont ceux du peuple.
C'est du pur Medef.
a écrit le 19/01/2015 à 11:35 :
Ce qui différencie "l'offre" de "la demande" est le sens (direction) de "la communication": "Qui a besoin de communiquer pour obtenir ce dont il a besoin?" Une fois que "la demande" est satisfaite c'est le progrès qui crée "l'offre"! Ce sont deux éléments complémentaires que l'on ne peut séparer!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :