Dassault Aviation : premier vol pour le Falcon 8X

 |   |  621  mots
Premier vol du Falcon 8X de Dassault Aviation
Premier vol du Falcon 8X de Dassault Aviation (Crédits : Dassault Aviation)
Le triréacteur à très long rayon d'action Falcon 8X a effectué son premier vol avec succès. Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, prévoit la certification de l'appareil mi-2016 et les premières livraisons au second semestre 2016.

Premier vol ce vendredi pour le Falcon 8X, le nouvel avion d'affaires de Dassault Aviation. "Le triréacteur à très long rayon d'action Falcon 8X a effectué son premier vol avec succès ce jour, un peu plus d'un mois après son roll out", a annoncé l'avionneur dans un communiqué publié vendredi. Aux mains des pilotes d'essais Eric Gérard et Hervé Laverne, le Falcon 8X n° 1 a décollé à 14h00 de l'usine Dassault Aviation de Mérignac. Pour le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, cité dans le communiqué "nous avons franchi aujourd'hui un jalon important du programme 8X et nous sommes en ligne avec notre calendrier qui prévoit la certification mi-2016 et les premières livraisons au second semestre 2016".

L'appareil est monté à 1.500 mètres d'altitude et a rentré son train, avant d'entamer des tests systèmes et des manœuvres de vérification des qualités de vol à 4.500 mètres. Il a ensuite grimpé jusqu'à 12.000 mètres et accéléré pour atteindre la vitesse de Mach 0.80. Après quoi il est redescendu à 4.500 mètres pour des manœuvres préparatoires en vue de l'atterrissage. Celui-ci a eu lieu vers 15h45.

Un succès technique et commercial

Le nouveau vaisseau-amiral de sa flotte d'avions d'affaires "démontre déjà les excellentes qualités de vol qui sont la marque de Dassault Aviation, a estimé Eric Gérard. Les performances recherchées pour cette première sortie ont toutes été atteintes et même dépassées sur certains points. Je suis très confiant pour la suite du programme et tout simplement heureux d'avoir piloté un avion aussi beau et aussi bien conçu".

Ce qui donne confiance à Eric Trappier : "ce nouveau Falcon, déjà bien accueilli par le marché, s'annonce comme un succès technique et commercial. (...) C'est aussi grâce aux compétences de pointe issues de nos activités militaires que nous savons proposer des avions civils conjuguant confort, fiabilité, haute technologie, faibles coûts d'utilisation et performances de vol exceptionnelles.

Les Falcon 8X n°2 et n°3 prendront l'air dans les prochains mois pour participer au programme de développement et de certification. Environ 500 heures d'essais en vol sont prévues. Le Falcon 8X n°3 partira à Little Rock (Arkansas, États-Unis), pour recevoir un aménagement commercial complet et entreprendre des essais de maturation très poussés.

Un appareil bien né

Annoncé en mai 2014 à Genève lors de la European Business Aviation Convention & Exhibition (EBACE), le Falcon 8X a effectué son roll out le 17 décembre 2014. L'éclissage des ailes et l'installation des réacteurs ont été achevés en juillet 2014 sur le Falcon 8X n° 1. La première mise sous tension a eu lieu peu après. Les essais au sol (commandes de vol, vibrations, carburant, etc.) ont été finalisés en novembre, et le premier essai moteur a pu être effectué début décembre. Selon Dassault Aviation, le 8X offre la plus grande autonomie de toute la gamme Falcon ainsi que la plus longue cabine. Il pourra parcourir 6.450 nm (11.945 km) sans escale à Mach 0.80 avec huit passagers et trois membres d'équipage à bord.

Le 8X offrira un cockpit redessiné, équipé en option d'un affichage "tête haute" (HUD) combinant les modes de vision infrarouge et synthétique. A l'image du 7X, le Falcon 8X pourra effectuer des approches à forte pente (jusqu'à 6 degrés), afin de desservir des aéroports réputés difficiles d'accès comme ceux de London City Airport (LCY) ou de Lugano en Suisse, souvent inaccessibles pour les autres avions à large cabine. Le 8X pourra décoller sur des pistes d'une longueur de 6.000 ft (1.830 m) et afficher une vitesse d'approche d'environ 107 kts (197 km/h) à la masse type d'atterrissage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2015 à 22:14 :
Bel oiseau.
nm, c'est nautic mile ? Dans ma spécialité c'est nanomètre (un milliardième de mètre) :-)
a écrit le 06/02/2015 à 21:10 :
D'après la rédactrice de "Le Figaro" ( un journal quotidien français propriété du Groupe Dassault), le vol s'est terminé à 11h30 locales. D'après www.ainonline.com et "La Tribune", le vol s'est terminé à 15h45, heure locale. A se demander s' il existe plusieurs fuseaux horaires en fonction du titrage des Bordeaux, ou si le vol a réellement eu lieu, ou si la journaliste, pigeant en home office, a mal recopié un communiqué interne au "Groupe" - ce dernier point, ns ne le saurons pas eu égard à la "confidentialité des sources".
Gageons tout de même que les clients potentiels à 58 M$/pièce sont demandeurs de données précises. Longue vie au bel oiseau destiné à contrer les G6 et Gl Express.
a écrit le 06/02/2015 à 19:15 :
Une fois de plus, un grand Bravo à Dassault Aviation !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :