170 postes supprimés chez LU France et Kraft Foods France

 |   |  199  mots
Les directions des groupes ont annoncé la suppression de 170 postes. Mais il n'y aurait réellement que 60 suppressions nettes, car 45 postes vont être créés et 60 vont être pourvus dans le cadre de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

LU France et Kraft Foods France pourraient supprimer 170 postes. C?est ce qu?ont annoncé les directions des groupes, ce jeudi, aux représentants du personnel. Le but est de réorganisé les activités commerciales pour avoir ?une organisation commune simplifiée?

Néanmoins, il n?y aurait que 60 suppressions nettes, selon les directions. En effet, parallèlement, 45 postes vont être créés et 60 postes, qui sont actuellement vacants, vont être pourvus dans le cadre de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC).

Selon le comité central d?entreprise (CEE) de LU France, certains métiers vont être transférés ?au siège européen de Zurich ou dans des centres de compétences partagés à Bratislava (Slovaquie) et/ou Madrid (Espagne) ?. Mais surtout, après que Kraft ait fermé récemment une usine en Roumanie et cédé une usine en Espagne, le CEE de Lu France craint que ces suppressions de postes soient ?le début d?une restructuration plus globale?.

Le groupe agroalimentaire français Danone avait cédé en 2007 au groupe américain Kraft Foods son pôle biscuits et produits céréaliers, qui correspond en France à LU.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
en faite ils font comme les autres ils delocalises ! ! !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
19 juin. Un protocole de fin de conflit est signé. Le piquet de grève est levé. L?usine, qui devait d?abord fermer en mars 2010, ne rouvrira plus. Bilan : 209 licenciements économiques, 8 500 euros de prime en plus des 15 000 euros déjà négociés en février. «Je suis un peu déçu», lâche Vincent Berton, 28 ans et six années passées à Lagny en tant qu?opérateur. «Partir avec ça après deux mois et demi de grève? Près de chez moi il y a une boîte, au bout d?une semaine et demie, certains ont obtenu plus de 40 000 euros.»
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les entreprises en France sont incitées au départ par le taux annormalement élevé de taxes/impots/charges/etc etc .. le consommateur fait la même chose en choisissant le lieu de ses achats au moins cher !!! Cette spirale va perdurer... les entreprises partents, les impots doivent être relevés pour compenser (et pour asssurer le train de vie de l'Etat)... ce qui déclenche d'autres départs.. L'Etat ne donne pas l'exemple et maintient la même logique suicidaire ... la France va se retrouver prochainnement sans industrie et les sociétés de services vont bientôt les suivres !!! ... restera le tourisme ???
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je connais LU FRANCE et depuis le rachat par KRAFT nous attendions les décisions de celui-ci. Véritable rouleau compresseur, ils vont laminer cette belle société et bientôt les usines elles aussi seront concernées. DANONE avait essayé (et réussi en partie) en 2001, KRAFT va le réaliser. Je pense à mes anciens collègues qui vont vivre ce cauchemar une fois de plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :