LDC pourrait racheter les surgelés Marie

 |   |  265  mots
Uniq, groupe alimentaire britannique, pourrait céder au spécialiste de la volaille (poulets Loué) la société de frais et de surgelés Marie.

Le spécialiste de la volaille LDC est entré en négociations exclusives avec Uniq, groupe agroalimentaire britannique, en vue de racheter la société de plats cuisinés Marie. Cette période de négociation exclusive devrait permettre de finaliser les accords entre les deux parties portant sur le rachat de la totalité du capital. Si l'accord aboutit, la transaction valoriserait 100% des actions Marie à 60 millions d'euros.

L'opération reste toutefois soumise à l'approbation de l'assemblée des actionnaires d'Uniq, détenteur de 100% de Marie, ainsi qu'à l'autorisation des autorités de la concurrence. Cette acquisition confirme la stratégie de LDC de s'implanter dans le secteur traiteur, à forte valeur ajoutée. En mai, LDC avait déjà annoncé l'acquisition du groupe vendéen Arrivé, numéro quatre du secteur volailler, avec pour principal objectif de se développer sur le marché des produits transformés. A l'international, LDC avait également annoncé l'acquisition du polonais Tarczynski.

LDC, propriétaire notamment des marques de volailles Loué ou Le Gaulois, a affiché en 2008 un chiffre d'affaires consolidé en croissance de plus de 6,4%, à 1,95 milliard d'euros. Le pôle volaille France, qui représente 79,5% de l'activité totale du groupe, a dégagé, au cours de l'exercie 2008-2009, un résultat opérationnel courant de 51,8 millions d'euros.

La société Marie, qui a réalisé en 2008 un chiffre d'affaires de 265 millions d'euros, dont 142 millions avec les marques Marie, Weight Watchers (sous licence) et Luang, est présente sur les marchés du traiteur frais (46% de l'activité) ainsi que du surgelé. Le groupe emploie 1.423 personnes réparties en France sur sept sites.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
racheter 73 millions une entreprise qui ne fait aucun résultat, qui perd de la part de marché sur chacun de ses marchés, et dont il faudra motiver ( s'il en reste, des équipes déjà trés démotivées ), quelle complémentarité industrielle????
ni nestlé, ni herta, ni findus ( qui n'a peut être pas les moyens ) ne sont acquéreur.
le seul point positif est la construction d'un pôle 100% français, et une rentabilité qui sera améliorée par des économies d'échelles et de structures particulièrement au niveau commercial
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
JE TROUVE PAS NORMAL QUE LES ABATOIRS COMME ARRIVE LDC FASSENT DES BENEFICES MONSTRES ALORS QU'à la base les éleveurs de volailles travaillent pour ne rien gagné . jusqu'à quand cela va t'il durer

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :