Pierre Cardin pourrait se vendre à des Chinois

 |   |  368  mots
Le créateur de mode est en discussion avec plusieurs sociétés pour un éventuel rachat de la marque. Deux groupes chinois pourraient devenir acquéreurs.

Et si un créateur de mode français devenait chinois? Pour Pierre Cardin, rien d'illogique. Bien implanté dans le pays depuis 1978, le designer français a décidé de vendre sa marque en Chine et à l'international en accordant la priorité aux 900 sociétés qui exploite sa licence, présente dans 140 pays. Si pour le moment, le groupe parle d'acheteurs de nationalités différentes, ce sont bien les Chinois qui pourraient mettre la main sur la marque de haute couture.

D'après les informations du quotidien chinois le Shenzhen Commercial Daily, c'est un fabricant de chaussures de Guangdong, la Jiansheng trading Compagny, qui serait en passe de conclure le deal avec une offre de rachat de 200 millions d'euros. Pour le moment, les responsables de Pierre Cardin préfèrent évoquer une offre conjointe de deux groupes des provinces du Guangdong et du Zhejiang. "C'est le prix que, selon certaines informations, elles ont offert, d'autres ont proposé des prix plus élevés et des prix plus bas", a précisé Fang Fang, directrice de Cardin en Chine.

L'accord, qui pourrait être conclu en un mois, se situera dans la continuité de l'histoire de la marque. Les liens entretenus entre Pierre Cardin et la Chine date des années cinquante. Le couturier, mal aimé en France, est très populaire dans l'ex empire du milieu. D'après la presse, "de nombreux Chinois n'ont que trois images de la France : la Tour Eiffel, le général De Gaulle et Pierre Cardin". Le français, qui a fait ses débuts chez Dior, a été l'un des premiers investisseurs étrangers dans un marché qui lançait à peine ses reformes économiques en 1978. Dès 1983, il ouvre restaurants, boulangeries et boutiques de luxe, "30 ans de relation commerciales et culturelles avec la Chine et les Chinois", comme il le répète. « La Chine deviendra l'un des acteurs majeurs de la haute couture et pourrait même dominer ce marché au cours du 21e siècle" a-t-il déclaré lors d'un entretien à un quotidien mexicain.

En achetant le groupe d'habillement, la Chine parviendrait en tout cas à mettre la main sur une marque liée à la haute couture française. Une première.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :