OGM : polémique sur l'indépendance des experts de Bruxelles

 |   |  349  mots
Les experts des organismes génétiquement modifiés (OGM) conseillant la Commission de Bruxelles sont-ils indépendants ? C'est la - bonne - question que pose Le Parisien ce vendredi.

Alors que Bruxelles vient d'autoriser la culture d'une pomme de terre OGM, l'Amflora, produite par BASF - décision aussitôt rejetée par l'Autriche -, des questions se posent sur l'indépendance des scientifiques qui conseillent les institutions bruxelloises en la matière, et notamment ceux de l'Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa). Dans un dossier très fouillé, Le Parisien de ce vendredi relève que depuis sa création en 2002, l'Efsa "a rendu plus de quarante avis sur les OGM : tous positifs". 

Mieux ! "Si l'un des membres de la commission quitte son poste, ceux qui restent sont tentés de soutenir la nomination de scientifiques qu'ils jugent dignes de foi et qui leur ressemblent", note un conseiller technique de ... Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, cité anonymement par Le Parisien. Par ailleurs, le quotidien relève, noms à l'appui, que plusieurs membres de l'Efsa ont des liens étroits avec des entreprises de biotechnologies qui travaillent justement sur les OGM, voire en produisent.

Du coup, on peut légitimement se poser la question de la fiabilité des expertises de ces scientifiques. Pour Corinne Lepage, ancien ministre de l'Environnement, la cause est entendue : "il est pratiquement impossible de mener des recherches indépendantes, car les fabricants comme Monsanto - la firme détient 80% des brevets OGM sans le monde - interdisent aux agriculteurs de vendre leurs semences pour la recherche". On se demande bien pourquoi !

Par ailleurs, un "contre-expert" cité par Le Parisien affirme avoir "découvert des effets significatifs (des OGM) qui ont volontairement été dissimulés".

Le quotidien rappelle aussi que le président de la Commission de Bruxelles, José Manuel Barroso, n'a jamais caché son soutien à ces biotechnologies et que la procédure employée pour la pomme de terre BASF a été inhabituelle. Contactée par Le Parisien, l'Efsa a justifié bien sûr ses pratiques et sa rigueur. Mais, en regard, le quotidien publie une interview de Chantal Jouanno, secrétaire d'Etat à l'écologie, qui ne se gêne pas pour affirmer : "nous ne reconnaissons pas les expertises" de l'Efsa.

Affaire à suivre...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2010 à 13:09 :
Nous ne connaissons pas le pouvoir que nous avons en tant que consommateurs : 48 heures de boycott total et BASF, Monsanto sont morts...à jamais.
Alors on se fait passer le mot on ne mange plus de produits à base d'OGM. et ce seront les technocrates de Bruxelles qui vont se régaler à moins qu'ils mangent bio depuis bien longtemps!
a écrit le 05/04/2010 à 14:25 :
est-ce que le france l'a adopté ?on ne pourais pas faire comme l'autriche
a écrit le 08/03/2010 à 13:21 :
Autrement dit, la Commission de Bruxelles est une extension de Monsanto payée par nos soins qui va à l'encontre de notre volonté. Il faudrait donner un bon coup de pied dans la fourmilière pour se débarrasser de cette corruption. Montrer du doigt les fautifs, il faut des noms aujourd'hui, pas dans 50 ans. Il faut leur mettre la pression, qu'ils engagent réellement leur responsabilité (bien propres, rentes à vie de fonctionnaires, etc...).
a écrit le 06/03/2010 à 8:49 :
LA P D T o g m ,UN VERITABLE SCANDALE ,LES FIRMES COMME MONSANTO ONT DES MOYENS ENORMES , LES ENJEUX SONT COLOSSEAUX ,IL EST EVIDENT QUE LES COMMISSAIRES ONT TOUS DES INTERETS FINANCIERS DA^NS CETTE AFFAIRES ,IDEM POUR LE PRESIDENT ,PRENDRE DES DECISIONS AUSSI LOURDES DE RESPONSABILITES POUR LA SANTE DES GENS ,FAUT VRAIMENT QUE çA RAPPORTE GROS , QUELLE HONTE ,NOUS SOMMES VRAIMENT DES ZOZOS JUSTE BONS A PAYER
a écrit le 05/03/2010 à 16:04 :
"Il n'y a pas de risque". Peut-être, mais y-a-t-il un vrai besoin de société?
a écrit le 05/03/2010 à 15:01 :
Dans 20 à 30 ans, ça donnera ça : "Oui, c'est terrible. Des millions de gens sont morts ou sont malades. Vous savez, on ne savait pas à l'époque. Et puis, j'étais pas tous seul. En plus, un procès maintenant ça servirait à quoi ? Les décideurs de l'époque ont disparus. Moi, maintenant, je suis vieux. Ca rimerait à quoi de mettre un vieux de 80 ans comme moi en prison ? Et puis, je n'étais qu'un lampiste. Et puis, on avait une telle pression. Allez. Je fais mes excuses aux malades et aux familles, vous me disputez et on passe l'éponge".
a écrit le 05/03/2010 à 14:14 :
La vraie critique que l'on peut faire face à la mise au point de ces variétés 0GM,c'est le déficit de démocratie : plus de 80% des européens ne veulent pas des OGM. C'est pourtant facile à comprendre, nous ne voulons pas d'OGM, sauf à des fins de recherche et en milieu fermé.
Pourquoi ? La dissémination de ces nouveaux gènes est irréversible , oui vous avez bien lu ,c'est irréversible. Ces gens sont des irresponsables qui veulent prendre à notre place des décisions irréversibles. On nous dit qu'aujourd'hui il n'y a pas de risque...soit . Mais si demain un risque est avéré, il sera trop tard , ils diront qu'ils sont désolés ... et changeront de nom de société.
Il faudra qu'ils entendent un jour la voix de la démocratie : nous n'en voulons pas , comme nous avons refusé la viande aux hormones dans les années 70 en Europe, nous ne voulons pas des OGM
a écrit le 05/03/2010 à 11:35 :
Tous ces experts autoproclamés, aux égos surdimensionnés, inféodés aux grands groupes, financés par eux, vont nous envoyer tous à la catastrophe. La morale, la déontologie, les conflits d'intérêts, le mélange des genres, ils n'en ont rien à fiche tant que le chèque est gros.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :