Bientôt des petites culottes signées Zahia Dehar ?

 |   |  620  mots
La call girl Zahia Dehar, dont les relations sexuelles tarifées avec le footballeur Franck Ribery ont fait scandale, se prépare à lancer des produits à son nom en commençant par de la lingerie.

Bâtir une marque en s'appuyant sur la popularité d'une vedette nationale voire mondiale ? Dans l'histoire du marketing les exemples ne manquent pas. Céline Dion, Britney Spears ou la championne de tennis Maria Sharapova ont par exemple tâté le terrain en donnant leur nom à des parfums. Avec plus ou moins de bonheur.

Le même ressort peut-il servir lorsqu'on doit sa notoriété à un scandale sexuel ? Zahia Dehar, dont les ébats tarifés avec plusieurs stars du football ont fait la une des médias, va tenter de le démontrer. La désormais célèbre hétaïre a déposé ces derniers mois une demi-douzaine de marques comprenant son prénom seul ou en association soit avec son nom de famille soit avec des termes plus explicites. Elle pourrait ainsi exploiter demain la marque Pretty Zahia, Zahiadora, Zahiadise voire "A dream by Zahia", nom envoyé ce mercredi à l'OHMI, l'office européen qui enregistre les dépôts pour toute l'Union européenne.

Celle à qui Franck Ribéry doit d'avoir été mis en examen en juillet dernier, a, pour ses futures affaires, fait appel à un prestigieux cabinet d'avocats. «Nous avons déposé ces marques à titre défensif pour empêcher d'autres de le faire» assure maître Anne-Marie Pecoraro, avocate associée chez Aklea. Le nombre de noms déposés et le fait que ce cabinet ait aussi pris soin de les protéger au niveau européen laisse pourtant clairement à penser que sa cliente travaille à leur utilisation commerciale.

Et si l'on s'en tient à la liste des centaines de produits et services pour lesquelles Mlle Dehar dispose désormais d'un droit d'exploitation exclusif de son prénom, on peut penser que cette jeune femme ne manque pas d'ambition. On y trouve pêle-mêle les huiles de massages, les colliers pour animaux, les nuisettes, ainsi que la production de films, émissions de télévision ou radio, la location de chambres d'hôtels et même... les services de crèches et de pouponnières. Selon nos informations, il s'agit seulement de lancer, dans un premier temps, une ligne de sous-vêtements coquins. La call girl bénéficierait pour cela de l'appui financier d'un homme d'affaires allemand.

Le nom de domaine Zahia.fr déjà déposé par un bloggeur

Mais il y a encore un hic. Le nom de domaine Zahia.fr a été déposé en avril 2010 par une star de la blogosphère : Paul Da Silva, président du parti Pirate, qui milite pour la suppression de la Hadopi. "En avril je dépose le nom de domaine en voyant des messages très drôles sur twitter à ce propos. Je n'ai que faire du foot ou des people, c'est l'humour qui m'amuse et s'il est noir c'est encore mieux. J'ai directement une idée de ce que je veux mettre dessus un agrégateur de ces messages et qui permette de sélectionner les meilleurs pour faire un site d'humour dont le contenu a été créé par plusieurs personnes." explique-t-il.

Mais début décembre, après avoir reçu une lettre de mise en demeure de Me Pecoraro, Paul Da Silva préfère arrêter provisoirement l'exploitation ce ce site. "On a essayé de m'impressionner avec des arguments juridiques fallacieux. Mais j'ai déposé le nom de domaine avant que la marque Zahia le soit." explique-t-il. Ce mercredi, l'avocate, jointe à nouveau, a proposé un arrangement à l'amiable mais Paul Da Silva a décidé de porter l'affaire devant les tribunaux. "Toute demande de suppression de contenu licite en le sachant licite est passible de peine de prison" souligne-t-il. Et il l'assure : pour lui ce n'est pas une question d'argent.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/12/2010 à 9:03 :
Tout était prévu d'avance ;scandale = pub gratuite
a écrit le 23/12/2010 à 16:50 :
Pour tous les sans-humour : l'article s'appelle "petites culottes signées Zahia"! Le titre n'est pas trompeur, si vous n'avez pas envie de le lire, alors cliquez pas dessus! Et arrêtez un peu de râler
Réponse de le 23/12/2010 à 22:20 :
En effet, le titre suffit à dire aux journalistes ce que l'on pense de leur travail et de leur centres d'intérêts, et c'est important de le faire, cela n'aura impliqué pour personne de lire l'article au-delà de cette première phrase. Alors arrête un peu de râler.
Réponse de le 24/12/2010 à 8:08 :
franchement vous en avez pas marre de vous poser en professionnels de la profession. Un journal a le droit de faire des sujets plus légers une fois de temps en temps surtout pour le web non? Franchement je vous trouve un peu méchants là... puis c'est noel, un peu de joie et de tolérance !
Réponse de le 24/12/2010 à 10:58 :
@Ranx Erox : faut arrêter de se prendre la tête! Il s'agit d'un scoop comme un autre sur la construction d'une boite et faut pas que ça vous choque qu'il s'agisse de culottes, on met tous des sous-vêtements, non? Et "..." a raison, le web permet de faire des sujets un peu léger. Je vois pas en quoi ça décrébilise La Tribune si une fois de temps en temps, elle publie des papiers moins sérieux que d'habitude.
a écrit le 23/12/2010 à 8:18 :
Continuez. Ce genre d'article nous intéresse vraiment. Bientôt aussi des fiches cuisine ?
Réponse de le 23/12/2010 à 9:26 :
quoiqu'un peu de legerté c'est pas mal... ça nous fera quelque chose à raconter à table au réveillon... (ma belle mère va adorer !!!)
a écrit le 23/12/2010 à 7:50 :
Merci La Tribune de cette info si strategique a la vie economique francaise et europeenne ! Quel scoop, ca merite bien la une de votre magazine people ...
Réponse de le 23/12/2010 à 8:24 :
c'est un peu notre cadeau de noël?
a écrit le 23/12/2010 à 6:55 :
Ca c'est de l'info !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :