GM et Chrysler entre sauvetage et dépôt de bilan

 |  | 598 mots
Lecture 3 min.
Plusieurs agences de presse évoquent un déblocage de fonds d'urgence pour les constructeurs. Mais hier encore, l'administration américaine affirmait qu'un dépôt de bilan était une des options envisagées.

Concernant le secteur automobile américain, les informations contradictoires se multiplient. Dans la nuit, des "'sources proches du dossier" ont affirmé que General Motors et Chrysler, les deux groupes les plus en danger, étaient proches d'un accord avec les autorités américaines sur des prêts d'urgences.

Les agences Bloomberg et Reuters affirment toutes deux que des fonds fédéraux d'urgence destinés aux deux groupes pourraient être annoncés dès ce vendredi.

Pourtant, les dernières déclarations du secrétaire au Trésor, Henry Paulson, laissaient entrevoir une toute autre issue à la crise. En effet, dans l'attente de l'arrivée du nouveau locataire, Barack Obama, le 20 janvier prochain, l'administration du président George W Bush n'exclut pas un dépôt de bilan des constructeurs automobiles américains. Un dépôt de bilan maîtrisé, et non pas incontrôlé, figure parmi "un éventail d'options" examinées par l'administration, "et les options sont nombreuses", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino. Et cette dernière d'affirmer encore: "nous sommes très proches" de la décision. C'est bien la première fois que le gouvernement américain évoque ouvertement un dépôt de bilan.

Elle a certes répété qu'un dépôt de bilan incontrôlé n'était "pas une option" pour George W Bush. Mais c'est la première fois que le gouvernement américain dit aussi explicitement qu'un dépôt de bilan maîtrisé était l'une des issues envisagées. Une faillite non contrôlée aurait des conséquences "terribles" sur une économie américaine qui est déjà mal en point et qui ne pourrait pas les supporter, a dit Dana Perino devant la presse. En revanche, "on peut déposer un bilan de manière ordonnée et favoriser un atterrissage moins brutal", a-t-elle dit.

L'évocation du dépôt de bilan n'a en tout cas pas été appréciée par les marchés, toujours inquiets du sort des constructeurs. General Motors a ainsi plongé de 16,25% à 3,66 dollars jeudi et Ford a chuté de 9,55% à 2,84 dollars.

Au bord de la faillite
 

La situation est plus qu'urgente pour les constructeurs automobiles américains. Chrysler a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi qu'il fermait pour une durée d'un mois toutes ses usines dans le monde afin d'écouler ses stocks. Les salariés ne retrouveront leur poste que le 19 janvier prochain. Durant cette période, ils sont en chômage technique. Le numéro un du secteur, son compatriote General Motors, a, lui, annoncé que sa production serait réduite de 60% au premier trimestre 2009.

En pleine déroute avec la crise financière qui a complètement stoppé la possibilité pour les particuliers de s'offrir une voiture à crédit, les constructeurs automobiles voient leurs ventes chuter très lourdement depuis la rentrée de septembre. Et clairement il y a urgence pour leur survie. Les constructeurs sont dans l'attente d'un plan d'aide fédéral. Washington est d'accord, la Chambre des représentants aussi mais le Sénat a refusé de voter l'aide de 14 milliards de dollars. Du coup la situation s'est encore noircie. Et la faillite ne semble plus très loin pour les groupes.
General Motors et Chrysler n'ont pas caché que si rien n'était fait d'ici à la fin de l'année, ils seraient obligés de déposer leur bilan. Quant à Ford, la situation apparaît un peu moins tendue mais le groupe n'a pas de quoi faire face trop longtemps à l'absence de ses clients.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
S'ils profitent d'un chapter 11 pour ne pas honorer leurs dettes, les conséquences seront catastrophiques.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Un dépôt de bilan contrôle ou non reste un dépôt de bilan
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
cela demeure la façon ideale de pouvoir ré-ouvrir les contracts de travail qui minent la rentabilité et la compétivité de ces entreprises... Les Sociétés aériennes. particulierement aux USA ont eu recourus à cette approche
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Un dépôt de bilan selon les lois U.S. suspend touts les accords syndicaux.
Belle opportunité pour les financiers.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonjour
La GENERAL MOTORS a déjà été renflouée trois fois par le gouvernement fédéral BUSH,elle ne peut continuer ainsi quant a ses chaines de production elle ne sont pas adaptées aux véhicules futurs,ce manque de prévoyance et surtout la gaspillage de l'argent ne permet pas de donner encore des dollars a cette société qui doit être en liquidation définitive ,l'Allemange d'ailleurs demande a reprendre sa Marque DE VON OPEL vous avez compris
charlemagne
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tout repose sur le crédit à la consommation aux USA.Les dettes sont fiscalement déductibles, donc il faut être endetté. Et partout dans le monde, les voitures s'achètent à crédit. Pour le plus grand bonheur des banques et établissements spécialisés des constructeurs.Plus de crédits, plus de ventes. Idem dans l'immobilier, et même l'électro ménager.La solution d'une "mise en sommeil" temporaire est la seule économiquement viable, mais comment faire?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :