General Motors et Ford en très forte baisse à Wall Street

 |  | 312 mots
Lecture 1 min.
Standard & Poor's ramène la note de GM à C, un cran au dessus du défaut de paiement. Et Credit Suisse affiche ses inquiétudes à propos du constructeur automobile américain.

Les valeurs automobiles ont souffert ce lundi à Wall Street, à la suite de l'annonce de Toyota qui s'apprête à subir la toute première perte d'exploitation de son histoire. General Motors (GM) a chuté de 21,60% à 3,52 dollars et Ford de 12,20% à 2,59 dollars.

Outre les sombres perspectives de son concurrent nippon, GM a pâti de commentaires négatifs de la banque Credit Suisse, qui a calculé que les conditions posées par l'administration américaine pour son aide impliquaient des pertes considérables pour les actionnaires mais aussi que General Motors était au bord de la crise de trésorerie. L'aide massive - quelques 20 milliards de dollars débloqués par les Etats-Unis et le Canada - ne ferait donc pas le bonheur de Wall Street.

Surtout, on apprenait après la clôture que l'agence de notation financière S & P (Standard & Poor's) abaissait une nouvelle fois la note de GM pour la ramener à C, marquant la dernière étape avant un défaut de paiement. Pas de quoi rassurer les investisseurs. 

Quant à Ford, l'agence Moody's a décidé de dégrader de deux crans sa note redoutant une restructuration sous la contrainte de son endettement qui serait très défavorable à ses créanciers. La note de Ford a été abaissée de "Caa1" à "Caa3" et est assortie d'une perspective négative, signifiant que Moody's n'exclut pas de la dégrader encore à l'avenir. Selon Moody's, "la dégradation reflète le risque accru que Ford ait à prendre des mesures de type restructuration du bilan, dans l'objectif d'obtenir les mêmes concessions syndicales que GM et Chrysler", ses concurrents qui ont accepté vendredi des conditions très sévères de Washington en échange d'une aide financière d'urgence. Ford, considéré comme le moins mal en point des trois constructeurs de Detroit, a dit ne pas avoir besoin d'un financement d'urgence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Choquant

Que les banques et les agences de notation qui ont mené la planète au bord du gouffre se permettent encore aujourd?hui par leurs notes
(qui n?ont que la valeur que l?on veut bien leur donner) de propulser n?importe quelle entreprise soit vers le haut soit vers la faillite me semble impensable.
A quand un groupement international de constructeurs et fabricants au sens le plus large du terme qui mettrait sur pied une agence internationale afin de coter les organismes bancaires et les agences de notations.

Ce ne serait que normal au vu des récents événements.

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Qui croit encore aux histoires des economistes (ilusionistes plutôt) et des agences de notation? le tertiaire est peuplé d'escros neoliberaux

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :