Opel : GM choisit Magna mais pose ses conditions

 |   |  367  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le constructeur américain a opté pour une vente de sa filiale européenne à l'équipementier automobile canadien Magna International. Mais cette transaction s'effectuera sous conditions.

General Motors est prêt à céder Opel à Magna International, ont assuré ce jeudi deux sources proches du dossier à Reuters. Mais le conseil d'administration du géant de Detroit a posé des conditions pour la réalisation de cette vente. Peu avant, il avait entériné le principe d'une cession de sa filiale européenne, après avoir étudié ces dernières semaines la possibilité de la conserver grâce à des aides de plusieurs Etats européens.

Dans le détail, Magna et son associé, la banque russe, Serbank, vont prendre 55% du capital d'Opel. GM conservera une participation de 35% alors que le personnel détiendra 10% dans la nouvelle entité. Le gouvernement allemand apportera de nouvelles garanties au constructeur. Les syndicats devront donner leur accord écrit pour la restructuration du groupe.

GM a ajouté que plusieurs points importants seraient finalisés dans les semaines qui viennent pour aboutir à des accords contraignants sur le nouvel Opel . Une source au sein de la coalition allemande a indiqué à Reuters que le géant de Detroit voulait mettre des limites au transfert de technologie vers la Russie, afin de préserver ses brevets et sa technologie automobile. En outre, le marché américain sera fermé au nouvel Opel, pour ne pas concurrencer son ancienne maison mère.

L'accord définitif sera prêt à être signé "dans l'espace de quelques semaines", pour un bouclage de l'opération dans quelques mois. Cela mettra ainsi fin à plusieurs mois de suspens et de rebondissements. L'équipementier automobile canadien et Sberbank ont été préférés au fonds d'investissements belge RHJ International. Il s'agissait de la piste privilégiée par les syndicats et par le gouvernement allemand, très actif sur ce dossier.

La chancelière allemande Angela Merkel a d'ailleurs confirmé en personne que GM souhaitait bien vendre Opel à Magna. Berlin était particulièrement impatiente de connaître le sort réservé au constructeur européen, qui emploie 50.000 personnes en Europe, dont la moitié en Allemagne. D'autant que les élections législatives auront lieu dans un peu plus de deux semaines et que le dossier est devenu un enjeu politique.

Par ailleurs, John Smith, a annoncé que le site d'Anvers en Belgique serait fermé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quel dommage de voir la situation actuelle de la marque Opel!...Hier, elle était encore synonyme de qualité, de robustesse, et cette marque avait un certain prestige; tout le monde ou presque connaît un ou plusieurs possesseur(s) inconditionnels d'une Opel!.. Qu'est-il donc arrivé pour que son déclin commercial ait atteint une telle ampleur?!...J'éspère vivement que, quel que soit le repreneur, celui-ci réussisse à redorer l'image Opel et à faire prospérer cette marque qui mérite autre chose que voir General Motors s'en débarasser!...Bonne chance à Opel et à tout son Personnel!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c'est vrais la qualité des véhicules est là, le service et l'accueil du sav des concessionnaires par contre est lamentable, j'en suis a me demandé si j'acheterai une 4ème opel
Magna vous avez du pain sur la planche, bonne chance
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
j'aimerais aussi que le sors de gm strasbourg, sois aussi enfin connu, les salariés de se site sont aussi en attente d'une vente depuis 1 an
y a t'il ou pas un repreneur , cela a mon sens a ssez durer
soyez clair messieurs , a bon entendeur
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Noter au passage le pretectionisme américain une fois de plus. Est-ce que GM ne restera qu'aux US ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :