Essai auto : Peugeot 5008, un sacré numéro pour la famille

 |   |  1095  mots
Doux à conduire, confortable, spacieux, pratique, le monospace de la marque au lion représente un maître achat. La présentation gagnerait à être plus chaleureuse.

Loin des lignes fluides du Renault Scénic ou de la luminosité d'un Citroën C4 Picasso, le Peugeot se veut massif, carré, rassurant. Un peu à la manière d'un Toyota Verso, mais en plus harmonieux quand même. Le 5008 n'est pas forcément un séducteur - l'arrière nous semble notamment peu inspiré - et il laisse peu de place à l'émotion, contrairement à ce qu'affirme le nouveau slogan de la firme ("motion et émotion"). Mais, enfin, ne nous plaignons pas ! Peugeot a mis assez longtemps à sortir un monospace compact pour ne pas saluer son arrivée. D'autant qu'il se présente d'emblée comme l'un des meilleurs.

A l'intérieur, on retrouve l'énorme planche de bord de son petit frère 3008, lancé quelques mois plus tôt. Un peu encombrante, celle-ci est toutefois assez rationnelle et ergonomique. Et, heureusement, le bas de la console est plus plat que celui du 3008. On n'ira donc pas ici s'abîmer les mains pour trouver les boucles de ceinture de sécurité. La position de conduite, haute, est bonne. On regrettera juste le haut de la portière très arrondi, à cause du pare-brise plongeant, qui entrave un peu l'accessibilité à bord, et le plastique laqué décoratif ( ?) sur la console, qui fait plastique. Sinon, il y a peu de bruits parasites à bord, sauf quelques rares grésillements dans la planche de bord, ce qui témoigne d'une qualité de construction soignée. Alors que nous avions noté récemment des grincements plus présents sur un 3008, fabriqué sur les mêmes chaînes. Un bon numéro, ou alors la fabrication s'est-elle améliorée depuis? Les sièges, noirs et rêches, pourraient quand même être plus chaleureux. C'est décidément une vraie tare de l'automobile actuelle, ces intérieurs lugubres !

Pour le reste, c'est-à-dire l'essentiel, tout apparaît bien pensé. L'habitabilité se révèle excellente (sauf sur la troisième banquette en option à 700 euros, réservée aux enfants à l'arrière) et le coffre fort logeable. On a certes un peu moins de place que sur le grand monospace 807 (surtout à sept personnes). Mais, comme le 5008 est plus court de vingt centimètres et autrement maniable, tout en coûtant 10.000 euros de moins environ, on lui pardonne volontiers. D'autant que le maniement des sièges est beaucoup plus pratique. Rationnel, fonctionnel, le 5008 conviendra parfaitement aux familles.

La conduite est une très bonne surprise. On s'en doutait un peu, il est vrai, tant le 3008, essayé l'année dernière, était déjà plaisant. Mais, ici, on craignait les centimètres et les kilos en plus. Mais ils ne font rien à l'affaire. Avec le petit diesel 1,6 litre de 110 chevaux, on profite toujours d'une disponibilité étonnante à bas régime. Il ne faut pas faire patiner l'embrayage comme sur un Scénic. La voiture démarre avec une fluidité exceptionnelle pour un petit diesel. Elastique, ce moteur se révèle doux et docile, avec un embrayage parfait et une commande de boîte plaisante. D'ailleurs, on change peu de vitesses, tant le moteur est à l'aise. Evidemment, avec ses petits 110 chevaux, le 5008 de base ne fournit que des performances moyennes. Mais, tant que l'on n'est pas à pleine charge, la mécanique ne donne aucunement l'impression de peiner. Et on profite d'une consommation moyenne de 6,5 litres aux cent (durant l'essai), en conduite coulée, très intéressante vu le gabarit.

Malgré sa hauteur et son poids, le 5008 se conduit comme n'importe quelle bonne berline, distillant un vrai plaisir de conduite. On enchaîne même les virages avec satisfaction. Comme quoi, même un engin familial peut distiller une certaine sensualité. Notre modèle d'essai, en version d'entrée de gamme, étant équipé de jantes normales de 16 pouces avec des pneus à flancs assez hauts, le confort nous est apparu tout aussi soyeux. Mais, attention ! Celui-ci se dégrade avec les grosses jantes de 17. Le "toucher de route" est très au-dessus de la moyenne. Félicitations aux ingénieurs de PSA, dont le savoir-faire traditionnel en matière de moteurs diesel et de trains roulants se confirme une fois de plus. Rien à voir avec le côté rugueux d'un Volkswagen Touran ou la sécheresse d'un Opel Zafira.

Le 5008 est une réussite. Contrairement au 3008, dont la vocation nous paraît moins claire, il n'y a pas d'ambiguïté. On est bien à bord d'un vrai monospace qui se revendique comme tel. Le nouveau modèle de la firme au lion séduit par sa disponibilité, son caractère feutré, son aisance dans toutes les circonstances, avec un volume habitable extrêmement conséquent. Notre véhicule d'essai avec le petit diesel et la finition de base Confort Pack est aussi attractive en prix. Même si un Grand Scénic avec le diesel de 105 chevaux - trop juste pour le poids - est vendu moins cher.

"Notre" 5008, qui s'affiche à 500 euros de plus à peine qu'un 3008 plus petit, comportait d'ailleurs l'essentiel, comme les "airbags" frontaux, latéraux avant et rideaux, la climatisation (manuelle), le frein de stationnement électrique, le système de retenue pour les démarrages en côte. Pour le GPS, il faudra néanmoins débourser 960 euros de plus. La peinture métallisée est à 480 euros. Signalons au passage le scandale : une seule couleur, grise, est disponible sans supplément. C'est abusif, non ? On peut aussi avoir une boîte robotisée pour 600 euros. Mais celle-ci n'est guère indispensable tant la transmission manuelle donne satisfaction. Pas moyen en revanche d'accéder à l'affichage "tête haute" de la vitesse, devant les yeux du conducteur. Mais nous nous en passons, personnellement, sans problème.

La finition supérieure Premium ne donne pas grand-chose de plus pour 1.400 euros de supplément, sinon la possibilité d'accéder à une teinte intérieure grise, moins sinistre. La Premium Pack apporte, elle, une panoplie de gadgets (aide au stationnement, GPS, affichage "tête haute"...). Mais c'est beaucoup plus cher. Il faut compter 4.400 euros de plus. Et on a droit aux jantes de 17 pouces, qui rendent la voiture moins confortable. Sans intérêt, donc, d'après nous. "Notre" 5008 HDi 110 Confort Pack est un choix de premier ordre.

Prix du modèle d'essai : Peugeot 5008 1,6 HDi Confort Pack : 24.400 euros
Puissance du moteur : 110 chevaux (diesel)
Dimensions : 4,53 mètres (long) x 1,84 (large) x 1,64 (haut)
Qualités : moteur doux et docile, agrément routier, confort, habitabilité, fonctionnalité
Défauts : présentation triste, une seule couleur disponible sans option
Concurrents : Renault Grand Scénic dCi 105 Authentique : 23.000 euros ; Citroën C4 Grand Picasso HDi 110 Pack : 25.500 euros

Note : 14,5 sur 20

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2013 à 14:26 :
Possédant juste avant un 3008 premium pack, votre essai me conforte dans mon choix.
Nous avons opté pour un 5008 Allure de finition identique.
Je désirai la même type de véhicule seulement avec un coffre de plus grande capacité, cause 2ème enfant+logistique associée.
Nous sommes très satisfaits de notre choix car nous hésitions à reprendre un véhicule type SUV de taille moyenne(pb capacité coffre) qui ne nous aurait rien apporté de plus.
Pour trouver l'équivalent en SUV il fallait investir dans un très gros gabarit et là ce n'est plus le même tarif...
Hormis le look moins fashion qu'un SUV, le monospace reste une valeur sûre et je pense se démodera moins.
a écrit le 30/01/2010 à 16:12 :
Dommage qu'on ne face pas référence aux prix du reste de la gamme 5008

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :