Comment Dacia réussit à produire moins cher que la concurrence

 |   |  483  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Coûts salariaux faibles, fournisseurs dans les pays émergents, réutilisation de pièces existantes, composants simples : tels sont les secrets de ce 4 x 4 peu onéreux.

Mais comment fait donc Dacia pour parvenir à des prix de vente si bas ? Le nouveau 4 x 4 Duster de la filiale à bas coûts de Renault sera en effet disponible à partir de 11.900 euros en deux roues motrices, de 13.900 en quatre Soit 10.000 euros de moins, au bas mot, que des véhicules équivalents. "Nous réutilisons un maximum de pièces d'autres modèles. 50 % en nombre et 70 % en valeur des composants proviennent d'une Sandero ou d'une Logan", nous explique Gérard Detourbet, patron de Dacia . "Le Duster partage les portières avant, le pare-brise, la planche de bord, les sièges d'une Sandero", et bien sûr la mécanique.

"Quand on étudie une Dacia , on fixe un prix de vente. Et c'est d'après cela qu'on construit la voiture. Si une fonctionnalité est trop chère, on la retire. Chaque pièce est regardée centime par centime", poursuit Gérard Detourbet. Du coup, une Dacia est beaucoup plus simple, comprend bien moins de pièces qu'une Renault, avec une offre de versions limitée. Les Dacia ayant des durées de vie en production très longues, les séries sont plus importantes, et le coût unitaire s'en trouve abaissé. La plate-forme sera utilisée bientôt massivement par le russe Avtovaz (Lada).

Par ailleurs, les coûts salariaux en Roumanie, où est fabriqué le Duster, jouent bien sûr leur rôle. "Ils sont dans un rapport de 1 à 7 avec la France. Les fournisseurs proviennent à 75 % de Roumanie ou des pays de la région, Turquie ou République tchèque." Au total, l'"économie de coûts par rapport à un véhicule identique qui serait produit en France est de 2.000 euros".

Ces recettes font que pas moins de 535.200 véhicules d'entrée de gamme ont été vendus l'an dernier par Dacia , mais aussi sous le label Renault en Russie, Amérique du Sud, Iran, dont 180.000 à 200.000 en Europe de l'Ouest. "On fera les mêmes volumes globaux ou un peu plus cette année", assure Gérard Detourbet. Avec la prochaine usine marocaine de Tanger, "nous disposerons de capacités d'un million d'unités". Seules les performances en Iran et en Inde sont décevantes. En Iran, "70.000 à 80.000 véhicules seulement sont planifiés pour 2010, au lieu d'un objectif initial de 200.000, à cause des problèmes de paiement du pays". En Inde, la Logan est frappée par une taxe qui la renchérit.

Pour le nouveau 4 x 4 Duster, dont les premières livraisons auront lieu en avril, "le potentiel est de 80.000 à 90.000 sur l'année. Il sera de 150.000 ensuite". Et des capacités additionnelles "de 60.000 unités à Moscou et d'autant au Brésil seront installées". Après le 4 x 4, le groupe prévoit un modèle encore moins cher que la Sandero au Brésil, en Russie et en Chine. Enfin, deux autres véhicules seront fabriqués à Tanger. On évoque notamment une familiale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2010 à 7:07 :
Je pense que renault/Dacia a raison d'aller a contre sens du marché et de ce fait il met a mal les marques asiatiques et surtout coréenne et cela profite au marché Européen et à l'emploie ! Mais une autre réflexion pour tous !! ne pensez vous pas que les marques Française surestiment le prix de ses voitures ? avez vous déjà vu une laguna coupé sur nos route ?? moi non et le fait de la mettre cette memevoiture a un prix presque identique à une Audi A5 est complétement fou , mais l'inexpliquable c'est son prix de 8 000 euros de différence par rapport à la berline laguna ! Bravo au marketing Renault ils ont chopé le melon ces petits !! et comment Peugeot a enterré le coupé 407 alors que la 406 coupé a cartonné ! mais le pire c'est qu'au commercial des marques française une fois qu'une décision est prise , personne ne revient en arrière en france la flexibilité n'est pas de mise et ou les marketeurs se plantent pas mal bref moi je dis que pour une fois une qu'une stratégie est payante pour Dacia/renault il faut continué dans ce sens avec un prix réaliste et rester sur son marché et de toute les façons les décideurs sont les clients et leur portefeuille.
a écrit le 12/04/2010 à 13:30 :
dans l'acticle vous dites que le véhicule revient 2'000.- euros moins cher à produire et qu'il est vendus 10'000 euros de moins cher qu'un véhicule comparable chez la concurrence...c'est assez imcompréhensible...il faut donc chercher l'explication des 8'000.- euros de différence dans le "comparable à la concurrence" ou admettre que Dacia ne fait pas de marge...
a écrit le 04/04/2010 à 11:13 :
il est impossible de concurrencer les pays a bas couts, il faut utiliser le systeme des taxe pour reequilibrer la concurrence local par rapport aux produits chinois ou indiens.
a écrit le 03/04/2010 à 20:09 :
Il suffirait de baisser les charges des entreprises françaises et de taxer les importations (la taxe aurait comme indice le coût de la protection sociale en France,que ne supportent pas les pays "à bas coût".)

Et surtout que les technocrates arrêtent de considérer le mot protectionnisme comme un vilain mot.Protéger ses emplois en remettant les mêmes règles pour la concurrence extérieure ,semble être le bon sens.
a écrit le 02/04/2010 à 18:59 :
En tout cas, moi je crois que le Duster va faire un beau score de vente SI la fiabilité est au rendez vous et seulement si elle est là.
a écrit le 02/04/2010 à 12:56 :
il qest facile de faire croire au public que les dacia ne sont pas cher mais quand vous rajoutez quelques options du catalague paru sur le net a un prix et que le vendeur vous facture de la main d oeuvre en plus pour du bidouillage ca fait vite beaucoup d argent en plus si en pus le chef des ventes est desagreable avec le client on a envie de ne rien acheter
a écrit le 02/04/2010 à 6:48 :
Croissance ANNUELLE de prés de 10% pendant 17 ans, bien sûr.
a écrit le 02/04/2010 à 6:46 :
@un citoyen normal: ça c'est le réflexe et la logique dont on voudrait nous persuader. Prenons les choses différemment: le problème serait en partie résolu si les monnaies d'Europe centrale étaient réévaluées de 30% minimum. Pour ce qui est de la Chine les USA ont calculé qu'un rééquilibrage des échanges deviendrait significatif avec une réévaluation du Yan de 100%. Le problème essentiel n'est pas de mener des "réformes structurelles". Il s'agit de réajuster les parités monétaires. Mais l'Allemagne n'y a aucun intérêt. Bien au contraire. Oongez que la croissance de la POlogne, Hongrie, Tchéquie a été de prés de 10% pendant 17 ans sans qu'il s'en soit suivi un effet sur la valeur de la monnaie de ces pays. A l'instar de la Chine. Etrange, non?
a écrit le 02/04/2010 à 3:47 :
Et bien alors pourquoi ne pas baisser les salaires en France de 20à30%,mais aussi les retraites, les prix bien sùr.Quels seraient les perdants!!!!!!! Les usines reviendraient en France, le chômage diminurait,les gens retrouveraint le moral,etc...
Comment peut-on lutter contre la chine et les autres dans ces conditions.
a écrit le 01/04/2010 à 22:46 :
Bonne analyse, "2000euros"! Rassurez vous le Sénat vient de constituer une commission d'enquête chargée d'étudier le problème de la désindustrialisation de la France. Le Sénat est lent à comprendre les problèmes et à bouger. C'est pour cela qu'on parle d'un "pas de sénateur". Pour le reste félicitations à Renault pour sa stratégie industrielle qui ne me semble pas très éloignée de celle de VW, non? Par ailleurs fournir Daimler pour les modèles d'entrée de gamme ne fera qu'accroître les économies d'échelle dans la fabrication des composants valables pour les deux firmes. Ca aussi c'est intelligent. Tiens puisque on veut instaurer une taxe sur les banques à raison des risques qu'elles font courir au système financier et à l'économie, pourquoi ne pas instaurer une taxe sur les entreprises automobiles qui licencient en France, fabriquent à l'étranger et réimportent ces véhicules en France? Une taxe de 2000 euros par véhicule par exemple. Dans le passé ça s'appelait un droit de douane afin de rendre équivalent le prix des produits fabriqués en France et celui des produits importés. Ce que font les Indiens qui ne sont pas idiots. Ah, c'est vrai les indiens sont protectionnistes et non libéraux. J'avais oublié. Comme en Chine au demeurant. Peut être la Russie et le Brésil aussi? Les BRIC quoi. Et on s'ébahit de leur taux de croissance! Enfin remercions Renault d'apporter la solution à la désindustrialisation de la France: diviser les salaires ouvriers par 7. Je prédis qu'un jour "ça va péter".
a écrit le 01/04/2010 à 17:38 :
et pour 2000 euros de plus les français n'auraient pas acheté?
sachant que ce modèle aurait couté 8000 euros moins cher que la compétition!
pendant ce temps là le chômage en france augmente et l'industrie continue de décliner!
et des ouvriers en moins, cela fait :
des maternité, des écoles, des médecins, des commerçants, ....
en moins et au chômage aussi qui eux mêmes diminuent le besoin en profs, en auto école, en militaire, en artistes, qui au chômage aussi n'ont pas besoins de pompiste, soudeurs, maçons, aubergistes, qui eux mêmes sans emploi , etc, etc, etc, etc

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :