Le marché automobile européen commence à piquer du nez

 |   |  291  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La fin ou la réduction des primes à la casse en Europe commence à se faire sentir. Les ventes de voitures en Europe ont reculé en avril pour la première fois depuis dix mois. Mais Renault progresse encore, notamment grâce à... Dacia.

Le marché automobile européen s'est contracté pour la première fois en dix mois en avril en raison de la fin des programmes de "prime à la casse" dans différents pays et d'une conjoncture économique qui reste difficile, annonce l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). Ces programmes de "primes à la casse" avaient été mises en place au début de l'an dernier et avaient permis au secteur de renouer avec une croissance des ventes alors qu'il était plongé dans l'un des pires crises de son histoire.

Le marché automobile européen a reculé de 7,4% en avril par rapport au même mois de l'an dernier, le nombre d'immatriculations de voitures neuves étant ressorti à 1.134.701. Sur les quatre premiers mois de l'année, l'évolution reste positive, avec une progression de 4,8% du marché. Par rapport à la même période de 2008, époque qui précède de peu l'accélération de la crise financière au tournant de l'été 2008, le marché ressort toutefois en baisse de 11,6%.

"Au cours des premiers mois de l'année en cours (...) les mesures d'incitation à l'achat qui avaient mises en place par les Etats ont été retirées (...) et la situation économique reste difficile", souligne l'ACEA dans un communiqué. L'Allemagne, dont le programme de prime à la casse a été arrêté en septembre, a subi la plus forte baisse de ses immatriculations, avec un recul de 31,7%. En France, où un tel programme, quoiqu'allégé par rapport au dispositif initial, est toujours en place, le marché a progressé de 1,9%.

Par constructeurs, le numéro un européen, Volkswagen affiche une baisse de 7,7% de ses ventes en avril. Côté français, Renault toujours dopé par le succès de sa filiale Dacia, affiche une hausse de 8,7%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2010 à 16:52 :
Rassurez vous la Chine commence à fabriquer des voitures de qualité correcte... Les constructeurs européens peuvent trembler. Voilà peut-être une des raisons profondes ayant entrainé la crise que nous vivons depuis déjà trois ans : une perte de croissance au profit des pays émergents, que les banques centrales ont dangereusement tenté de compenser par des taux trop bas, qui eux même ont entrainé la bulle de l'immobilier et la crise des subprimes...
a écrit le 17/05/2010 à 13:52 :
A messieurs les journalistes ayant pronostiqués une baisse à partir de janvier 2010. Tout comme les économistes n'ayant pas vu venir la crise qui aujourd'hui nous explique ..... A quand des infos positives dynamiques redonnant le moral ,il est vrai que le temps est morose
a écrit le 17/05/2010 à 13:33 :
Merci à "correction". Il s'agit de Dacia et non de Logan. C'est rectifié,
a écrit le 17/05/2010 à 11:56 :
Logan n'est pas une filiale mais une marque !
a écrit le 17/05/2010 à 11:16 :
Permettez moi de signaler que l'industrie automobile tire l'essentiel de sa productivité du nombre d' automates qui peuplent les chaînes de montage, que pour la plupart, les ouvriers sont assez largement en dessous des 35 heures tant décriées et qu'enfin les "bagnoles" sont toujours designées et conçues en France.
a écrit le 17/05/2010 à 10:25 :
à gilles : il y a tout lieu de penser que la rigueur que FILLON nous prépare sans l'annoncer vraiment va rendre les français plus frileux dans l'acquisition d'un véhicule neuf "made in slovenie or poland" on a déjà perdu l'automobile : dacia ou turkia c'est quoi ? avec la disparition de la prime à la casse , plus de stimuli - les plus pauvres attendront la voiture jetable made in india car les petites cylindrées sont trop chers pour nos smicards .....
a écrit le 17/05/2010 à 9:36 :
Et le pire est à venir pour la France laquelle adéjà perdu le textile, la mécanique etc. L'automobila a délocalisé devant les coûts au paradis des 35 heures... Il faudrait revenir tout de suite aux 40 heures afin d'augmenter la productivité. Sinon il ne restera plus rien du tout dans 10 ans.
a écrit le 17/05/2010 à 8:23 :
Ce retournement du marché n'a rien de surprenant en ayant soutenu artificiellement ce marché avec les primes on ne peut qu'avoir un contre-coup ce d'autant plus que le moral des consommateurs (sauf évidemmant les acheteurs des grosses allemendes) ne va pas aller en s'améliorant. Les constructeurs auto n'ont plus qu'à compter sur les écolos pour forcer le consommateur à acheter du véhicule propre pour "sauver la planète" Vive l'hypocrisie.
a écrit le 17/05/2010 à 7:09 :
@eanlucorgeval, je vous rassure, Mercedes, c'est pareil. J'ai acheté une Mercedes qui présentait des dysfonctionnements inacceptables à 30 000 km sur une voiture de cette catégorie comme petit moteur électrique de clapet grillé avec fumée dans l'habitacle, variateur électronique de la ventilation défectueux, vanne de recyclage des gaz de combustion rouillée, témoin esp allumé par intermittence (le garage ne sait pourquoi), roulement avant avec jeu.
a écrit le 17/05/2010 à 6:43 :
Deux remarques en tant que Francais:
2 mois et demi d'attente pour une Peugeot 308 fabrication mulhouse est ce normal?
Laguna de 31000? (voiture perso)avec des composants low cost, joint de porte qui fuit et ceinture de securité qui s'effiloche comme au beau vieux temps de la 2 cv, derniers avatars d'une longue serie de composants foireux dont la liste fait peur (capteur pneus, moteur volet clim, frein de parking...).
Pourquoi acheter des voitures neuves? Que Renault ne s'appelle plus Renault mais Dacia ou Turkia. En plus Peugeot suit le meme chemin avec 3 ans de retard (voir les contrats d'achats sur les composants à venir). Bientot les voitures jettables comme les jouets made in china.
a écrit le 17/05/2010 à 6:07 :
Il est probable que l'Europe en crise va faire évoluer nolens volens la civilisation automobile vers un mode d'utilisation plus rationnel et moins gaspilleur. La baisse probable du pouvoir d'achat en Europe va faire baisser le nombre de voitures immatriculées et le retour en force de la bicyclette et de l'usage des transports en commun.
a écrit le 17/05/2010 à 6:01 :
Avec un baril de pétrole qui joue au yo yo permanent, l'achat d'une voiture représente d'avantage une menace de coûts divers et variés qu'un moyen de locomotion associé au plaisir et à la joie comme le disent certaines publicité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :