Espionnage industriel chez Renault : les services secrets vont mener l'enquête

 |   |  312  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
La Présidence de la République a mandaté la Direction centrale du renseignement intérieur pour aider Renault victime d'une des plus grosses affaires d'espionnage industriel de ces dernières années. La piste chinoise est privilégiée.

La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) a été saisie par l'Elysée d'une enquête sur le dossier d'espionnage industriel dans lequel trois cadres de Renault sont soupçonnés et elle suit une piste chinoise, a-t-on appris vendredi de source proche du gouvernement.

Le constructeur a mis à pied lundi trois hauts cadres, dont un membre du comité de direction, pour protéger ses actifs stratégiques et technologiques après que "des faits très graves" eurent été commis. Le groupe, qui prévoit de porter plainte dans les prochains jours, n'a pas précisé les faits dont ces personnes sont soupçonnées. "L'Elysée a confié à la DCRI une enquête. Elle suit une piste chinoise", a précisé la source interrogée par Reuters.

Une porte-parole de Renault s'est refusé à tout commentaire. Si les soupçons étaient avérés, il s'agirait de l'une des plus grosses affaires d'espionnage industriel de ces dernières années.

Renault n'a pas précisé s'il porterait plainte contre ses trois cadres, contre X ou contre une société tierce. Les trois cadres du groupe ne peuvent être placés en garde en vue que dans le cadre d'une procédure judiciaire, qui n'a pas encore été ouverte à ce jour.

Les trois personnes mises à pied avaient toutes des liens avec le programme de véhicules électriques, une technologie sur laquelle Renault mise beaucoup et dans laquelle il a décidé d'investir quatre milliards d'euros avec son partenaire Nissan.

Cette technologie, qui permet de ramener à zéro les émissions de CO2 des voitures, est désormais jugée incontournable par l'ensemble des constructeurs mondiaux et est soutenue par les pouvoirs publics à travers le monde. L'agence Chine nouvelle avait rapporté mi-octobre, citant un officiel du gouvernement, que la production nationale de véhicules électriques devrait dépasser le million d'unités d'ici 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2011 à 17:43 :
L'enquête va mener à un certain Carlos Ghosn qui risque un licenciement tout simplement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :