Renault risque de payer au prix fort l'affaire des vrais-faux espions

 |   |  280  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Photo Reuters)
Les trois cadres de Renault injustement mis en cause par la direction de Renault demandent plus de 9 millions d'euros de réparations pour le préjudice moral, selon l'hebdomadaire Marianne.

Les trois cadres de Renault mis en cause à tort dans la fausse affaire d'espionnage réclameraient au total 9,1 millions d'euros de réparations pour le préjudice moral qu'ils ont subi, rapporte Marianne. Dans son édition de samedi, l'hebdomadaire indique que Matthieu Balthazard, ancien directeur de l'amont et des projets, aurait déjà touché 480.000 euros d'indemnités légales auquelles viendraient s'ajouter 750.000 euros d'indemnités pour licenciement abusif. Marianne ajoute qu'il réclamerait de surcroît 3,2 millions d'euros au titre du préjudice moral subi, soit en tout 18 ans de salaire environ.

Bertrand Rochette, son ancien bras droit, aurait touché quant à lui près de 200.000 euros d'indemnité légale et se verrait octroyer 500.000 euros pour licenciement abusif, poursuit l'hebdomadaire. Il demanderait par ailleurs à Renault 3,5 millions d'euros de réparations. Les deux hommes ont déjà fait savoir qu'ils ne souhaitaient pas réintégrer le constructeur. Matthieu Tenenbaum, numéro deux du programme véhicules électriques du groupe jusqu'à ce que l'affaire éclate, réclamerait de son côté 2,4 millions d'euros pour le préjudice qu'il a subi. Ce montant viendrait s'ajouter à 50.000 euros d'indemnité légale et à 120.000 euros pour licenciement abusif.

L'hebdomadaire ajoute que Philippe Clogenson, licencié pour sa part dès la fin 2009, négocierait lui aussi sa réintégration. Si l'on additionne les indemnités légales, les indemnités pour licenciement abusif et les réparations réclamées, la facture pour Renault atteindrait 11,2 millions d'euros, du jamais vu dans ce type d'affaires, ajoute Marianne. Une source proche du groupe a indiqué pour sa part jeudi soir à l'agence Reuters que la question serait très probablement abordée au cours d'un conseil d'administration programmé lundi 11 avril.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2011 à 15:59 :
Renault a proposé la poursuite des contrats des 3 personnes. Il est certain que l'indemnisation s'ils refusent sera de moins du tiers de la somme demandée et un peu moins importante encore s' ils acceptent. Carlos Ghosn se tire correctement de cette ténébreuse attaque dont il n'est en rien responsable. Ceux qui devraient démissionner sont ceux qui l'ont organisée... il est cependant probable qu'ils n'exercent pas dans l'entreprise. Les 3 malheureuses cibles le savent bien.
Réponse de le 08/04/2011 à 19:25 :
CORSO je tiens à vous rappelez que carlos ghosn est venu au 20h00 avec des CERTIDUDES il a un mode de management digne du 18e 19e siecle il doit en toute objectivité donner sa démission . Mais la c'est une autre histoire comment peut on garder dans un groupe comme renault un dirigeant pareil c'est à vous dégouter d'acheter une renault !
Réponse de le 09/04/2011 à 12:52 :
L'argument est faible. Quelqu'un quelque part s'est joué de la carrière de 3 hommes mais ce n'est pas Carlos Ghosn. L'affaire n'a pas été sortie par lui mais pas son second avec une histoire à dormir debout de Ministre que l'on ne pouvait pas livrer à un traître, etc. dès lors son rôle, il n'avait plus le choix était d'être présent et de couvrir le corporate. Que se serait-il passé s'il avait joué celui qui ne sait pas ou au contraire l'opposition débouchant sur une guerre interne ? Le coup a manqué, admettez-le et ceux que vous soutenez sont les vrais responsables. La dernière thèse restante est celle de la litote de la démission ou encore du mauvais gestionnaire, mais ne vous fatiguez plus : les français ont compris.
Réponse de le 11/04/2011 à 8:18 :
ca oui CORSO les francais on bien compris cela et certain !!!
a écrit le 08/04/2011 à 15:31 :
pour le clin d'oeil, les victimes dans cette affaire ont aussi de l'humour....puisqu'ils demandent l'équivalent du salaire annuel du PDG!! mais pour 18 ans de bons et loyaux services
le "cost kealer" s'est transformé en "cost maker"....le conseil d'administration devrait le licencier pour faute grave....averée cette fois!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :