Toyota fait chuter General Motors de son piédestal, du jamais-vu en 90 ans

C'est du jamais-vu depuis... 90 ans ! En 1931, GM passait sur la première marche du podium devant Ford... jusqu'à cette année 2021 où le constructeur japonais Toyota réalise l'exploit de vendre plus de voitures, mais aussi plus de pick-up et de camions que le géant américain. Explication.
Jérôme Cristiani
Le Toyota Tundra, pick-up haut de gamme, vendu aux Etats-Unis par le constructeur nippon à partir de 35.950 dollars prix de base (moins de 32.000 euros)... aux États-Unis. En France, le prix est bien plus élevé.
Le Toyota Tundra, pick-up haut de gamme, vendu aux Etats-Unis par le constructeur nippon à partir de 35.950 dollars prix de base (moins de 32.000 euros)... aux États-Unis. En France, le prix est bien plus élevé. (Crédits : Toyota)

[Article publié le 5.01.2021 à 9:02, mis à jour à 11:29 avec ventes de Stellantis, gammes électriques, et derniers cours de Bourse à 12:45]

Ce n'était pas arrivé une seule fois en 90 ans pour General Motors qui est numéro un des ventes de véhicules aux Etats-Unis depuis 1931, année où il est passé devant Ford pour ne plus jamais redescendre de son piédestal. Jusqu'à cette année 2021, où le constructeur japonais Toyota réalise l'exploit de monter sur la première marche du podium, réussissant pour la première fois à vendre plus de voitures, pick-up et camions que le géant américain.

Et c'est encore une fois le manque chronique de semi-conducteurs, de composants électroniques apparu depuis la pandémie qui est pointé du doigt. Cette pénurie, due à la désorganisation non seulement des outils de production mais aussi des chaines d'approvisionnement, a affecté la production des groupes automobiles du monde entier depuis le début de l'année. Au quatrième trimestre les ventes de Toyota ont fini par être lourdement touchées chutant de 28%. Mais celles de GM ont été encore plus catastrophiques, plongeant de 43%.

Ventes sur l'année 2021: Toyota +10%, GM -13%

En revanche, sur l'ensemble de l'année 2021, Toyota a vu ses ventes augmenter de +10%, à 2,3 millions d'unités, tandis que celles de General Motors sont restées négatives à -13%, avec 2,2 millions d'unités vendues.

Toyota a eu le triomphe modeste:

"Être numéro un n'a jamais été un objectif ni une priorité", a dit son vice-président senior Jack Hollis, tout en exprimant la "gratitude" du constructeur envers ses clients.

Toyota tacoma

Ford, l'autre géant automobile américain, devrait dévoiler ses chiffres demain.

Stellantis, la maison mère de notamment Chrysler,  Dodge, Jeep, Ram, Fiat, Alfa Romeo, Maserati, a publié ses chiffres 2021, annonçant des ventes en recul au quatrième trimestre de -18%, et de -2% sur l'ensemble de l'année à 1,8 million d'unités.

Quelque 14,9 millions de véhicules devraient avoir été vendus au total aux États-Unis en 2021, en hausse de +2,5% par rapport à l'année précédente, selon l'estimation du cabinet Cox Automotive cité par l'AFP.

"Exploit remarquable" de Toyota mais GM a des atouts de long terme

"Il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'un exploit remarquable pour Toyota, mais ce n'est probablement pas le signe d'un changement à long terme", a souligné dans une note Jessica Caldwell, du cabinet spécialisé Edmunds.

Selon la spécialiste, General Motors a de gros avantages sur son marché domestique, comme des gammes de véhicules bien plus larges offrant un choix beaucoup plus important aux consommateurs, et ce, particulièrement sur les segments très prisés aux Etat-Unis des SUV et bien sûr des pick-up.

"GM a l'avantage d'avoir plus de marques et de produits parmi lesquels choisir, notamment les pick-up et les SUV, dont la popularité ne fait que croître au fil des ans", a-t-elle souligné

Si GM sait générer de fortes marges, Toyota a mieux géré sa supply chain

De plus, les marges de ces catégories de véhicules sont en général plus élevées, et elles ont encore dû gonfler avec la hausse des prix de vente: selon Edmunds, cité par l'AFP, le groupe a écoulé ses véhicules à un prix moyen de 48.396 dollars entre janvier et novembre 2021, soit 11% de plus qu'en 2020, et 25% de plus qu'en 2016.

Mais le secret de la réussite du constructeur nippon, redevenu numéro un mondial de l'automobile en 2020 devant Volkswagen, c'est bien d'avoir su beaucoup mieux gérer la pénurie de semi-conducteurs que d'autres constructeurs sur la première partie de l'année, grâce notamment à sa profonde connaissance de ses chaînes d'approvisionnement.

Pour rappel, au Japon, sur son marché domestique, le géant Toyota a écoulé plus de 1,4 million de véhicules en 2021 (en incluant sa marque de luxe Lexus), soit plus de 51% de part de marché.

L'électrique: seulement 3% des ventes aux États-Unis...

Au niveau des perspectives aux États-Unis, les deux constructeurs, Toyota comme GM, ont mis en avant leur stratégie dans l'électrification de leurs gammes, où il reste beaucoup à faire. Car si la compétition s'intensifie sur ce segment, celui-ci ne représente encore que 3% des ventes aux Etats-Unis, segment sur lequel Tesla règne pour l'instant.

Mais les choses pourraient bouger rapidement. Ainsi GM, pour faire oublier le V8 très gourmand de son Hummer cible récurrente des écologistes, le fait renaître sous forme 100% électrique mais d'une puissance toujours monstrueuse (1.000 CV pour la version ultime baptisée "Edition-1", à 110.000 dollars), décliné en versions SUV ou pick-up.

... mais un segment qui bouge vite

Sa filiale GMC a commencé les livraisons du Hummer EV en décembre, certes un peu après la sortie du Rivian, mais prenant ainsi de vitesse Tesla et son "CyberTruck" électrique, ou Ford et son F-150 Lightning (ci-dessous, héritier du F-150, le pick-up le plus vendu aux États-Unis depuis 45 ans), toujours en production, mais promis à un beau succès.

Ford F-150 Lightning

En effet, au vu des 200.000 précommandes, Ford, un peu pris de court par un tel succès, a décidé d'en doubler la production. Chez Cadillac, la Lyriq 2023 en est également au stade des précommandes.

Pour finir, GM doit présenter ce mercredi la version électrique de son populaire pick-up Chevrolet Silverado au CES de Las Vegas, mais pour la livraison il faudra attendre 2023.

Toyota veut rattraper son retard dans le 100% électrique et les batteries

Toyota, pionnier de la voiture hybride, avec la Prius, et de la voiture à hydrogène (pile à combustible), avec la Mirai 1 (lancée en 2014 et la Mirai 2 relancée en 2021), a pourtant pris avec grand retard, au printemps dernier, le virage du véhicule 100% électrique à batterie.

Depuis il met les bouchées doubles: en octobre 2021, il annonçait son intention d'investir, via sa filiale nord-américaine, environ 3,4 milliards de dollars (2,9 milliards d'euros) d'ici 2030 dans le développement et la production de batteries pour véhicules automobiles aux Etats-Unis. Un investissement de 1,29 milliard de dollars est prévu jusqu'en 2031 pour cette nouvelle usine dont la production devrait démarrer en 2025 et qui devrait permettre de créer 1.750 emplois aux Etats-Unis.

En décembre, il déclarait qu'il allait consacrer non plus l'équivalent de 11,4 milliards d'euros -comme annoncé trois mois plus tôt en septembre-, mais la somme affolante de 62 milliards d'euros afin d'accélérer l'électrification de sa flotte automobile d'ici à 2030, la moitié étant dédiée au développement d'une gamme de véhicules électriques à batterie. L'usine de batteries sur le sol américain étant plus que jamais à l'ordre du jour.

Hier soir, à la Bourse de New York (Nasdaq), l'action de Toyota Motor Corp. grimpait de +6,92%, il descendait aujourd'hui de -0,72% vers 11h revenant dans le vert en fin de matinée (+0,06%), mais la progression sur les cinq derniers jours restait élevée, selon le site Boursorama, à +9,04%.

Quant au cours de Bourse de General Motors, pas entamé pour un sou par la nouvelle, il caracole ce matin à 65,74 dollars l'action sur le NYSE à New York, soit un bond de +7,47 % en fin de matinée.

Toyota Tundra airstream

| Lire aussi: Tesla toujours plus haut : les livraisons de voitures ont quasiment doublé en 2021 malgré la pénurie de semi-conducteurs

(avec AFP et Reuters)

Jérôme Cristiani

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 06/01/2022 à 10:02
Signaler
Culture de la qualité et respect du client > cela paye toujours sur le long terme.

à écrit le 06/01/2022 à 4:49
Signaler
Les autos nippones sont de loin les meilleures au monde. Les heureux possesseurs d'une Toyota ou autres Honda, le savent bien. Tres solides, peu exigeantes en maintenance et sure pendant de nombreuses annees. Une americaine est fragile en qualite sur...

à écrit le 05/01/2022 à 20:51
Signaler
Toujours dans le déni les dirigeants des 3 majors de l'auto au USA . Il faut dégonfler l'ego et se remettre en question .Ils perdent du terrain ,malgré les actions agressives que mènent Washington pour ralentir l'Asie .Toyota est il bon ou MG est il...

à écrit le 05/01/2022 à 10:56
Signaler
Je me demande comment les US vont remplacer leurs millions de pick up surmotorises par des propulsions 4x4 électrique. The End of American Dream.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.