Carlos Ghosn exerce ses stocks-options et dégage un profit de 6 millions d'euros

 |   |  439  mots
Carlos Ghosn cumule plusieurs casquettes de grand patron, dont celui de PDG de Renault, Nissan et désormais président de Mitsubishi.
Carlos Ghosn cumule plusieurs casquettes de grand patron, dont celui de PDG de Renault, Nissan et désormais président de Mitsubishi. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
En exerçant ses options d'achats d'actions, le PDG de Renault valorise cette participation avec une plus-value de 6,36 millions d'euros. La question de la rémunération de Carlos Ghosn est régulièrement dénoncée par l'Etat français qui est parvenu à baisser de 20% sa part fixe, en tant que PDG de Renault...

Le PDG de Renault Carlos Ghosn a exercé des options d'achat d'actions (ou stock-options) attribuées au titre de sa rémunération variable, qui pourraient lui permettre d'empocher plus de six millions d'euros de plus-value, selon un document consulté mardi par l'AFP.

Dans une déclaration à l'Autorité des marchés financiers (AMF), publiée par ce "gendarme de la Bourse", le dirigeant automobile indique avoir acquis le 16 décembre 132.720 actions de sa société au prix unitaire contractuel de 37,43 euros.

Or, le cours de l'action Renault Paris était mardi après-midi de 85,34 euros, soit une plus-value potentielle de 6,36 millions d'euros pour M. Ghosn, s'il revendait ces titres à ce prix.

L'Etat conteste la rémunération de Carlos Ghosn

Ce développement, révélé par l'économiste Benoît Boussemart et le magazine Capital, et sur lequel Renault n'a pas souhaité faire de commentaire mardi, intervient à l'issue d'une année lors de laquelle la rémunération de Carlos Ghosn a provoqué des vagues.

Le 29 avril, les détenteurs de titres du groupe automobile français, dont l'Etat qui jouit de 20% des droits de vote, ont en effet rejeté en assemblée générale une résolution à valeur consultative portant sur la rémunération de Carlos Ghosn pour 2015, soit 7,251 millions d'euros au total dont 1,737 million en numéraire.

Les critiques du salaire de Carlos Ghosn avaient noté que celui-ci touchait également d'importants émoluments en tant que PDG du constructeur japonais Nissan. Cette somme a atteint 9 millions d'euros au titre de l'exercice décalé 2015-2016.

La part variable abaissée de 20%

Après avoir dans un premier temps maintenu la rémunération de M. Ghosn, le conseil d'administration de Renault avait tendu un rameau d'olivier aux actionnaires fin juillet en annonçant une réduction de 20% de la part variable du salaire du PDG pour 2016.

Renault avait souligné que la part fixe de ce salaire, à 1,23 million d'euros, était inchangée depuis 2011. Le paiement de la part variable, qui dépend des résultats du groupe, "reste effectué à hauteur de 25% en numéraire et 75% en actions, acquises à l'expiration d'une période de trois ans sous condition de présence", selon la même source.

L'expérience, "cela se paie"

Carlos Ghosn a pris à la mi-décembre la tête du conseil d'administration d'un troisième constructeur, Mitsubishi, dont Nissan a acquis 34%.

Interpellé à la mi-septembre sur son salaire lors d'échanges avec des étudiants, M. Ghosn avait rétorqué que dans le monde de l'industrie automobile, "le talent, l'expérience acquise, l'unicité, (cela) se paie", tout en soulignant à deux reprises: "Je ne parle pas de moi."

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2016 à 14:10 :
La nouvelle délocalisation de Renault chez Samsung en Corée du sud est une excellente initiative mais pas pour les Français malheureusement.
Des résultats oui, mais pour qui ?
a écrit le 28/12/2016 à 13:18 :
Et combien le gouvernement qui s'offusque va t il récupérer en imposition et autres CSG sur ces six millions de plus value? Curieusement on en parle jamais.
a écrit le 28/12/2016 à 10:54 :
Que l'état s'occupe de protéger les français contre le terrorisme et des six millions de chômeurs plutôt que de la rémunération de Ghosn.
a écrit le 28/12/2016 à 4:09 :
Jamai assez, il faut se gaver, se goinfrer a l'exces. Heureusement il reste la mort egale pour tous.
Réponse de le 28/12/2016 à 10:10 :
Maigre consolation puisqu'on n'en profite pas vraiment. Par contre jusqu'au dernier moment la vie reflète les inégalités, ne serait-ce qu'en termes d'espérance de vie.
a écrit le 27/12/2016 à 19:38 :
Bravo , les vrais managers producteurs de richesses pour le pays , ont encore "un peu " de liberté pour faire valoir leurs droits...! au fait , F.Hollande..., et sa nomenklatura ont produit quelles richesses pour le pays en 5 ans..?
a écrit le 27/12/2016 à 19:23 :
Un besoin d'accumulation semi-pathologique, tel Picsou. Maintenant, question au super PDG que tout le monde nous envie et que l'on pourrait en avoir 3 aussi compétents pour ce prix là : quelle est le moteur diésel le plus sale en Europe ?
Celui de la Renault-Dacia : les émissions d'oxyde d'azote sont 8 fois > à la limite fixée. (Le Parisien 19/9/16). Le PDG de VW, après la découverte d'un logiciel truqué dans ses moteurs, lui, il a démissionné. Pas concernés au ministère de Mme Royal ?
Réponse de le 28/12/2016 à 10:11 :
Semi-pathologique voire plus. À quand une inscription au DSM?
Réponse de le 28/12/2016 à 10:32 :
C'est quoi votre conclusion?
Que vous préférez un PDG qui gagne peu et qui coule Renault pour mettre ses salariés au chômage ?
Cher Alban, Renault à l'heure actuelle n'a pas triché comme vous le laissez entendre.
Heureusement que la guillotine n'existe plus, de nombreuse têtes seraient coupées rien que pour faire plaisir à votre soit disant justice...
Si les normes actuelles et les tests ne sont pas bon on les faits évoluer mais on n' accuse pas dans le vide. Salutations,
a écrit le 27/12/2016 à 18:23 :
A partir d'un certain niveau cela devient indécent. Ce qui me console c'est que je ne fais pas partie de ceux qui donnent leur argent à ce monsieur.
a écrit le 27/12/2016 à 18:22 :
A 33 euros l'action, il a fait cet achat en 2011 probablement, il faut tout de même être honnête. Dire qu'il a acheté le 16 décembre sans indiquer l'année, cela laisse croire qu'il a gagné 6 millions en bourse en 15 jours... La bourse peut fluctuer mais tout de même ce n'est pas la loterie en général. Il faut aussi être réaliste. Il n'est pas possible à la fois de refuser (ce qui est normal parce que cela n'a aucun fondement) un salaire mirobolant à un PDG du CAC 40 et aussi lui refuser d'acheter des actions de son entreprise. En 2008 l'action Renault valait 120 euros, il l'a acheté à 33 euros vers 2011, elle était allée en-dessous de 10 euros en 2009. En achetant à 33 euros, il a parié qu'il redresserait l'entreprise, il a réussi, pourquoi n'en bénéficierait-il pas ?
Pour ce genre de salarié, le normal devrait être un fixe correct sans plus, cent cinquante mille euros par an, c'est très largement assez pour vivre même dans ce type de milieu où on jette l'argent par la fenêtre, un variable en fonction des résultats et une prime de départ en fonction des résultats. C'est beaucoup mieux que d'avoir un gros salaire fixe ou pire un parachute doré même si on a coulé la boîte. Parce que de toute façon, les entreprises ont besoin de ces dirigeants très pointus et eux, ils aiment l'argent, donc il faut leur en donner pour les garder mais intelligemment, comme pour tout salarié, le principe, c'est motiver le personnel dans l'intérêt de l'entreprise pas dans l'intérêt du salarié.
Réponse de le 28/12/2016 à 3:16 :
Si je ne me trompe pas, il n'a pas acheté les actions au prix du marché sur le marché mais en utilisant ses stock options. De plus vous affirmez qu'il a gagné ces 6 millions pourtant l'article précise qu'il ne les encaissera que si "Il revend les actions", les 6 millions étant la plus-value théorique sur base du prix actuel du marché.
Mais je suis tout à fait d'accord avec vous quant à la légitimité de cet "acte". Il a tout à fait le droit de racheter des actions moins chère grâce à un ancien investissement, du moins cela ne m'a pas particulièrement choqué d'un point de vue moral.
a écrit le 27/12/2016 à 17:27 :
Carlos Ghosn mérite largement les millions qu'il retire de ses stocks options, sans lui Renault Nissan aurait été dans la même situation que Peugeot avant l'arrivée de Dongfeng.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :