Donald Trump prive les Palestiniens de 200 millions de dollars d'aide

 |   |  745  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'administration américaine va réorienter cette enveloppe vers de "nouvelles priorités politiques" à définir. Elle a jugé que les autorités palestiniennes n'avaient pas oeuvré dans le sens de la paix depuis que Washington avait reconnu Jerusalem capitale d'Israel avant d'y transférer son ambassade. Les représentants politiques palestiniens dénoncent un chantage sur l'assistance humanitaire.

Les Etats-Unis vont supprimer 200 millions de dollars (170 millions d'euros) d'aides qui étaient destinées aux Palestiniens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, a annoncé vendredi le département d'Etat.

Vers "d'autres priorités"

Ces fonds seront réaffectés à "des projets à haute priorité ailleurs", a indiqué un responsable du département d'Etat sans autre précision.

Donald Trump a menacé à plusieurs reprises, notamment au forum de Davos en début d'année, de suspendre une grande partie de l'aide américaine aux Palestiniens en leur reprochant de ne pas vouloir négocier avec Israël.

"Nous avons entrepris un examen de l'aide américaine versée à l'Autorité palestinienne ainsi qu'en Cisjordanie et à Gaza pour nous assurer que ces fonds sont dépensés conformément aux intérêts nationaux des Etats-Unis et des contribuables américains", a déclaré le responsable du département d'Etat sous le sceau de l'anonymat.

"Suite à cet examen, et sur instruction du président (Trump), nous allons réorienter plus de 200 millions de dollars du Fonds de soutien économique pour l'année 2017 initialement affectés à des programmes en Cisjordanie et à Gaza."

Interrogé sur le devenir de ces sommes, un autre responsable du département d'Etat, qui a lui aussi requis l'anonymat, a répondu : "Nous allons travailler avec le Congrès pour réaffecter ces fonds à d'autres priorités politiques."

Le statut de Jérusalem

Les dirigeants palestiniens ont suscité la colère de la Maison blanche parce qu'ils boycottent ses efforts de paix depuis que le président Donald Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël et y a déplacé l'ambassade des Etats-Unis.

Le statut de Jérusalem, qui abrite les lieux saints des trois grandes religions monothéistes, est l'un des principaux obstacles à la conclusion d'un accord de paix entre Israël et les Palestiniens.

Ces derniers revendiquent Jérusalem-Est pour capitale de leur futur État. Israël estime que Jérusalem est sa capitale éternelle et indivisible.

Pour justifier sa décision de supprimer les 200 millions d'aide, le département d'Etat a cité le fait que la bande de gaza soit contrôlée par les islamistes du Hamas. Les États-Unis et Israël considèrent le Hamas comme une organisation terroriste.

Un "chantage" pour les Palestiniens

Hanan Achraoui, membre du comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a accusé l'administration Trump d'utiliser "le chantage bon marché comme outil politique".

"Le peuple palestinien et ses dirigeants ne se laisseront pas intimider et ne succomberont pas à la contrainte", a-t-elle déclaré.

Le chef de la délégation générale de l'OLP aux Etats-Unis, l'ambassadeur Hossam Zomlot, a déclaré dans un communiqué: "Faire du chantage politique avec l'assistance humanitaire et l'aide au développement ne fonctionne pas".

Les États-Unis avaient déjà annoncé en janvier qu'ils retiendraient 65 millions de dollars sur les 125 millions de dollars qu'ils prévoyaient d'envoyer à l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), qui est financé presque entièrement par des contributions volontaires d'États.

Les réfugiés déjà frappés au portefeuille

Le conseiller américain à la Sécurité nationale, John Bolton, a déclaré à Reuters cette semaine que l'UNRWA était "un mécanisme défaillant" qui violait le droit international sur le statut des réfugiés.

L'UNRWA a été fondé en 1949 au lendemain de la première guerre arabo-israélienne, qui a contraint 700.000 Palestiniens à quitter leur foyer. Il aide environ cinq millions de réfugiés palestiniens, un chiffre qui inclut les descendants des personnes déplacées par les combats.

La Jordanie, qui accueille le plus grand nombre de réfugiés palestiniens au Proche-Orient en dehors des territoires palestiniens, a averti ce mois-ci qu'un grave manque à gagner pour l'UNRWA pourrait avoir un impact "catastrophique" sur la vie de millions de réfugiés dans la région.

Le sénateur démocrate américain Patrick Leahy a critiqué la décision de l'administration Trump.

"Les habitants de Gaza souffrent déjà de graves difficultés sous la tyrannie du Hamas et des restrictions à la frontière imposées par Israël. Ce sont les Palestiniens, prisonniers virtuels d'un conflit de plus en plus instable, qui souffriront le plus directement des conséquences de cette tentative cruelle et peu judicieuse de répondre aux préoccupations de sécurité d'Israël."

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2018 à 17:53 :
.... une aide n'est pas une obligation donc acte !
a écrit le 27/08/2018 à 9:23 :
LE peuple palestinien est le peuple le plus jeune du monde, condamné à être éduqué par les terroristes du hamas dans la haine du juif.

Les palestiniens sont les perdant de ce conflit, au lieu de faire des propositions constructives et raisonnables ils préfèrent continuer de dresser son peuple pour tuer.

TRump est sorti de la pensée binaire afin de mettre un terme à ce conflit, il suit sa stratégie intelligemment qui ne peut que faire mal car ayant bien trop tardé.

"On ne doit jamais laisser se produire un désordre pour éviter une guerre ; car on ne l'évite jamais, on la retarde à son désavantage. " Nicolas Machiavel
Réponse de le 27/08/2018 à 13:49 :
Ah parce que vous croyez que supprimer l'aide aux palestiniens va résoudre quoi que ce soit!
Au contraire!
Pourquoi tant d'individus sont dépourvus d'empathie! C'est là le fond du problème!
Réponse de le 27/08/2018 à 16:47 :
"Ah parce que vous croyez que supprimer l'aide aux palestiniens va résoudre quoi que ce soit!"

Non mais c'est la continuité de la politique américaine qui a tranché dans ce dossier, attendant tout de même un geste d'Israël qui serait bien plus enclin à discuter avec un pouvoir palestinien neutre.

"Pourquoi tant d'individus sont dépourvus d'empathie! C'est là le fond du problème! "

Ah parce que les terroristes du hamas en ont de l'empathie ? Vous croyez réellement que c'est pour le peuple palestinien qu'ils se battent ou plus sûrement pour le seul intérêt de leur organisation ?

L'empathie n'a rien à faire dans cette histoire, pire elle ne fait que prolonger voir acter pour l'éternité les souffrances du peuple palestinien.
a écrit le 26/08/2018 à 18:24 :
Info pour Trump : la bombe c’est rapide et efficace.( radicale)

Évitons les pièges qui tuent à petit feu....
a écrit le 26/08/2018 à 16:45 :
L'Etat israélien doit changer de nom!
a écrit le 26/08/2018 à 11:45 :
C'était le prix de leur silence et permettre la corruption mais nullement une aide pour la population! Le patriotisme palestinien va se faire entendre quand ils auront compris la manipulation!
a écrit le 26/08/2018 à 10:43 :
"En reprochant aux Palestiniens de ne pas vouloir négocier avec Israël."
Il n'y a rien à négocier avec Israël qui veut un territoire sans Palestiniens, et surtout pas d' un Etat Palestinien. Un jour il n'y aura plus de Palestiniens sur le "sol" Israélien.
Israël se croira alors en sécurité...Peut-être...L'Histoire peut aussi se répéter.
Réponse de le 27/08/2018 à 18:06 :
Avec une population qui a plus que quadruplé en 70 ans je ne vois pas comment les palestiniens peuvent disparaître ?
a écrit le 25/08/2018 à 17:13 :
Le premier problème des palestiniens qui souffrent, la corruption souvent dénoncée mais vite étouffée par les dirigeants. Le premier contributeur est l'Europe qui comme dans toutes ses largesses ne contrôle rien préfère la corruption des dirigeants et une nomenklatura locale que de savoir si comme dans tous les pays très corrompus le pauvre "péquin" de la rue reçoit l'aide qui lui est fourni sur le papier. L'excuse de M. Trump de ne plus verser peut être contredite par contre la fin de l'aide pourra peut -être permettre au peuple de renverser les directions corrompues.
Réponse de le 25/08/2018 à 19:11 :
Et si la paix arrivait plutôt avec le renversement de l'extreme droite israélienne corrompue, qui a intérêt à ce que cette guerre continue éternellement pour garder le pouvoir?

Le montant prévu des livraisons d'armes US à Israël est de 38 milliards USD pour la période 2016-2026.... Comme quoi Trump mise plutôt sur la guerre. Et sa famille a des intérêts financiers sur place, ce qui explique beaucoup.
a écrit le 25/08/2018 à 15:55 :
Le Hamas ne peut pas d'un côté critiquer les USA comme étant le "grand satan" et accepter leur dollars!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :