Ghosn : Renault signale des flux suspects avec Oman, Tokyo envisage une 4e inculpation

 |  | 636 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Issei Kato)
L'enquête interne de Renault recoupe celle de Nissan sur ces transferts de millions de dollars à un concessionnaire du Golfe. Une partie de cet argent serait indirectement revenu à l'ex-PDG d'une part pour acheter un yacht et d'autre part pour investir dans un fonds d'investissement dirigé par son fils aux États-Unis.

Le parquet de Tokyo va décider sous peu de poursuivre ou non sur de nouvelles accusations l'ex-patron de Nissan, Carlos Ghosn, déjà inculpé à trois reprises pour des malversations financières présumées, ont rapporté mardi des médias japonais.

Les procureurs soupçonnent le magnat déchu de l'automobile d'avoir détourné à des fins personnelles, entre 2012 et 2018, de l'argent versé par le constructeur à un distributeur d'Oman, selon l'agence de presse Jiji et d'autres médias japonais.

La "réserve du PDG" n'est pas réservée à des fins personnelles

L'enquête interne de Nissan a mis au jour qu'une somme de 35 millions de dollars issue de la "réserve du PDG" - un fonds initialement destiné à parer à des imprévus - avait été versée à la société Suhail Bahwan Automobiles, qui vend les véhicules de Nissan dans ce pays du Golfe, a affirmé à l'AFP une personne proche du dossier.

D'après cette source, un employé de cette société a alors transféré l'argent à une compagnie libanaise, "Good faith investments" (GFI), géré par des associés de M. Ghosn. Une partie de cet argent lui serait indirectement revenu pour acheter un yacht et investir dans un fonds d'investissement dirigé par son fils aux États-Unis.

Si le parquet décide d'engager une procédure, il s'agira du quatrième chef d'accusation visant Carlos Ghosn.

"Le procureur pourrait retenir de nouvelles charges contre M. Ghosn sans nécessairement demander une nouvelle mise en détention", a commenté un avocat du barreau de Tokyo, contacté par l'AFP.

Renault signale à la justice française des flux suspects similaires

A l'issue d'une enquête parallèle, Renault a signalé à la justice française des transactions suspectes similaires au sein du groupe français.

Renault a alerté la justice française après avoir découvert l'existence de paiements suspects à un partenaire commercial de Renault-Nissan à Oman, au Moyen-Orient, remontant à l'ère Carlos Ghosn, ont déclaré à Reuters deux sources proches du dossier.

Ce signalement, qui concerne des flux ayant circulé entre 2011 et 2016, a été réalisé en fin de semaine dernière, a précisé l'une des sources.

Selon cette enquête, Renault a versé pour plusieurs millions d'euros désignés comme des primes de performance à Suhail Bahwan Automobiles, distributeur commercial des marques de l'alliance à Oman, ont dit les sources au fait du contenu détaillé des investigations.

Nissan a établi pour sa part dès janvier que sa propre filiale régionale avait effectué des paiements suspects de plus de 30 millions de dollars à SBA.

Selon un porte-parole de M. Ghosn toutefois, "aucune somme versée par Renault aux distributeurs d'Oman n'a été détournée de ses objectifs commerciaux et en aucun cas tout ou partie de cette somme n'a profité à Carlos Ghosn ou à sa famille".

L'ancien bâtisseur de l'alliance Renault-Nissan est déjà sous le coup de deux inculpations sur la période cumulée 2010-2018, pour avoir omis de déclarer une grande partie de ses revenus dans des documents de Nissan remis aux autorités boursières.

Il est également poursuivi pour abus de confiance. Selon le parquet, il a tenté de faire couvrir par Nissan "des pertes sur des investissements personnels" au moment de la crise financière d'octobre 2008.

Assigné à résidence au Japon, Carlos Ghosn nie toute malversation

Il a été libéré le 6 mars en échange du paiement d'une caution d'un milliard de yens (environ 8 millions d'euros). Actuellement assigné à résidence dans la capitale japonaise, il nie toute malversation.

Depuis, les médias attendent qu'il s'explique lors d'une conférence de presse. Selon un compte Twitter certifié au nom de l'ancien PDG de Renault-Nissan, elle devrait se tenir le 11 avril.

Lire aussi : Ghosn ouvre un compte Twitter pour annoncer qu'il est prêt à "dire la vérité"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/04/2019 à 10:51 :
L'état français s'est couché face à Nissan suite à l'arrestation du PDG...Nissan ne veut absolument pas de fusion et veut garder les mains libres face à Renault.
Il faut remercier Macron alors ministres des finances qui a mis le feu aux poudres face à Nissan....ce sont des faits avérés car les japonais ne veulent absolument pas être dépendant de Renault....
Que fait donc Macron maintenant face à cette justice féodale où Ghosn ne peut absolument pas se défendre et où tout est miraculeusement contre lui.
Quoi qu'est pus faire Ghosn et cela reste à prouver, c'est un scandale !
a écrit le 04/04/2019 à 22:03 :
Il se dit inquiet pour l'avenir de Nissan, et tout à la fin de l'interview, il demande de l'aide au gouvernement français. Bref, une défense totalement incompréhensible.

Le sujet principal, mon bonhomme, c'est ton incarcération, Nissan, tu n'est plus dans le coup, quant à l'état français, bah je pense qu'il vaut mieux que tu demandes de l'aide dans le pays où tu payes tes impôts, i.e. les Pays-Bas.

Et enfin, pour mémoire, tu n'avais pas l'accès à l'internet dans ton contrôle judiciaire, or tu viens d'ouvrir un compte Twitter pour déballer ta science. Rien qu'avec ça, tu peux repartir en taule ! Il te conseille quoi ton avocat ? De te déguiser en ouvrier pour sortir de, prison ? Change donc, prends en un troisième, en un mois de temps, ça fait déjà 2 âneries magistrales à son actif, et tu viens de repartir à la case prison, sans toucher tes 20000 € (oh pardon, 700 000 € annuels de retraite chapeau qui partent en fumée).

Bonne chance avec les libanais, les brésiliens, ou les hollandais. En France, on a baissé le rideau avec les évadés fiscaux.
a écrit le 04/04/2019 à 9:33 :
J'attend de voir. Les premières accusations sont du flan. Pourquoi celles ci seraient plus vraies? Ghosn devait donner une conférence de presse le 11/04... Très opportun cette nouvelle accusation juste avant. Au début on nous a sorti des accusations de fraudes fiscales, or c'est déjà hs et complètement faux.
a écrit le 04/04/2019 à 7:35 :
L'Etat français et les politiciens français sont beaucoup trop silencieux. On n'en est plus au procès des Templiers, en 2019, et ils ne pourront pas dire qu'ils ne savaient pas...
a écrit le 04/04/2019 à 4:20 :
Cet homme est innocent, c'est un complot,
Réponse de le 04/04/2019 à 8:32 :
Absolument c'est un coup monté contre celui qui a mis dans la mouise des milliers d'emplois 😢
a écrit le 03/04/2019 à 19:33 :
Quelqu’un peut me dire comment ces transferts se sont faits sans que d'autres responsables soient au courant 35M$ c'est juste un pourboire peut être dans ces sociétés les auditeurs ne s’intéressent pas à ces modiques sommes!!!
Maintenant tout le monde découvre qu'il y a malversations vols Etc...
Avait-on affaire à un gangster qui a fait sauter la banque d'autant que cela dure depuis 2011!!!!
a écrit le 03/04/2019 à 16:14 :
Attendons sa version des faits et ses explications avant de le lapider.
c'est toujours plus facile de condamner quand le suspect est privé de s' exprimé.
a écrit le 03/04/2019 à 14:30 :
Cas d’ecole que ce carlos,a force de se faire passer et d’y croire certainement lui même ,pour le génie irremplaçable tout en faisant tout pour inspirer une sainte trouille a son entourage ,il a fini par ce croire propriétaire de la boutique et non pour l’employe ,même le mieux payé et charge de rendre des comptes a son actionnaire.Les enquêtes sont en cours chez Renault,Nissan et vont réserver sans doute d’autres surprises.....les japonais c’etaIent un peu ramollit sous la pression,c’est les hommes de Renault qui semblent venir en soutient.Proxinvest continues ton travail de vigie!
a écrit le 03/04/2019 à 11:34 :
Tiens, voilà que c'est au tour de Renault de comploter contre Carlos Ghosn ! Toujours la thèse du complot défendue par beaucoup ?
Réponse de le 04/04/2019 à 9:39 :
A force de crier au loup, on fini par ne plus y croire à leur accusations. Là ça peut pas mieux tomber en plus : juste avant la conférence de presse de Gohsn (le 11/04). De plus vu le "soutien"" des officiels français ils ne doivent plus avoir d'autres choix que de l'enfoncer aussi.
Réponse de le 04/04/2019 à 11:35 :
Oui, cent fois, c'est un complot.
Bien sur c'est du 2nd degre.
Carlos est un megalo qui va payer le prix fort de ses turpitudes.
a écrit le 03/04/2019 à 10:58 :
1: en général, ils nient tous dans un premier temps
2; on parle en ce moment de la retraite chapeau de 766 000 euros / an de Ghosn....apparemment, il avait commencé à se la servir avant l heure...
3; hormis certaines qualités dans le secteur automobile....en particulier celle de faire baisser les coûts et moduler les salaires.....il s est servi de l alliance pour la siphonner en douceur.....sans prévenir ses p'tits copains dirigeants.....

pour ce qui est du génie automobile..... nissan vit sur la bête depuis 10 ans.....ça commence à tousser.... les renault qui se vendent vraiment... clio et megane..... scénic en france... mais la marge a longtemps été faite grace à Dacia....poule aux oeufs d or initiée par son prédécesseur et dont nombre de modèles sont rebadgés Renault dans le monde
a écrit le 03/04/2019 à 10:51 :
"Vérité"

Ça doit terrifier nos dirigeants ça...

L'UERSS a laissé les pleins pouvoirs à un homme qui les a utilisé logiquement aussi pour servir ses intérêts et maintenant l'UERSS le lâche.

On voit bien l'influence de l'oligarchie allemande hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :