Mobilités : pourquoi le normand Moveo devient NextMove

 |  | 581 mots
Lecture 3 min.
A Rouen, NextMove accompagne le projet Autonomous Lab porté par Renault et Transdev
A Rouen, NextMove accompagne le projet Autonomous Lab porté par Renault et Transdev (Crédits : DR)
Premier pôle de compétitivité français pour les mobilités, Moveo change d’identité pour matérialiser sa fusion avec les associations de l’automobile normande et francilienne. Ce mariage de raison lui permet d’embrasser simultanément la production d’idées et la conception de produits mais aussi d’atteindre la masse critique exigée par Bercy. Derrière son nouveau nom NextMove, on lira une invitation à penser le coup d’après malgré la crise qui met la filière sous pression.

Le faire part de naissance date du 7 janvier 2021. Mais la gestation remonte en réalité à l'été 2018 lorsque l'Etat et les Régions lancent l'appel d'offres dit de « Phase 4 » dans l'idée de revisiter le catéchisme des pôles de compétitivité jugés trop centrés sur les concepts et pas assez sur les produits ou services « vendables ».

Objectif avoué : ne conserver que les pôles les plus susceptibles de rayonner au niveau européen et les plus bankables. En clair, ceux capables de générer au moins la moitié de recettes propres. Cette nouvelle approche plus exigeante donnera lieu à plusieurs opérations de consolidation dont celle qui nous occupe ici.

Une grosse puissance de feu

NextMove est issu de la fusion opérée fin 2019 entre Moveo, l'Aria (Association régionale des industries automobiles normande) et son équivalent le Ravi (Réseau automobile & véhicules d'Ile de France). « Ce rapprochement a obéi à la nécessité d'atteindre une masse critique mais il est aussi né de la volonté de la Région Normandie et de la Plateforme Automobile de limiter le nombre de représentants de la filière » précise Marc Charlet, ex directeur de Moveo promu patron opérationnel de NextMove.

L'écosystème qu'il anime revendique une grosse puissance de feu. Il agrège, autour de la vallée de Seine, des installations industrielles de premier plan et des centres de recherche de niveau mondial. De Dieppe berceau de l'Alpine à la digital factory de PSA à Poissy, ses adhérents produisent plus d'un demi milliard de véhicules par an et génèrent 70 % de la R&D automobile bleu, blanc, rouge sur des sites comme le Technocentre de Guyancourt (Renault), le Centre technique de Vélizy (PSA) ou le campus de Saclay.

Mais un écosystème aux pieds d'argile

Reste que la création de ce pole XXL, dont le siège reste domicilié sur le campus Sciences et Technologies de Rouen, intervient dans un contexte très compliqué. Non seulement, la crise sanitaire a fait perdre à l'automobile 25% de ses volumes mais le secteur dans son entier est à la veille de transformations majeures qui pourraient mettre en péril le creuset hier fécond de la vallée de Seine, comme le souligne Rémy Bastien, président de NextMove.

« Les prochaines années vont être charnières pour se positionner sur des technologies, services et marchés clé. La mobility valley française, ne pourra perdurer qu'en possédant une capacité complète d'innovation, de développement, d'expérimentation et d'industrialisation de solutions de mobilité ».

 Les défis sont nombreux : la transformation technologique avec l'arrivée de nouvelles motorisations, la digitalisation avec l'apparition de véhicules intelligents et autonomes mais aussi l'évolution des usages (la location plutôt que l'acquisition par exemple).

Face à ces enjeux, il devient urgent de dissoudre les étanchéités, à tous les niveaux, entre chercheurs et fabricants, entre les laboratoires privés et le monde académique entre élus et industriels et entre les filières elles mêmes, analyse Marc Charlet.
« Evitons de répéter le syndrome de l'écran plat ou des LED inventés en France et partis se faire fabriquer ailleurs. Si l'on veut penser le coup d'après, le credo collaboratif qui est la raison d'être des pôles n'a jamais été été aussi pertinent que maintenant alors que les capacités d'investissement se réduisent ». A méditer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :