Voiture électrique ou « électrifiée »  : pourquoi le 48 volts pourrait s’imposer

 |   |  1030  mots
(Crédits : Shutterstock)
À l’heure de l’électrification du marché automobile, l’hybridation au 48 volts paraît la solution qui fait sens économiquement. Elle pourrait d’ailleurs s’imposer demain comme la norme.

Au secours ! Les constructeurs automobiles doivent impérativement baisser leurs émissions de CO2... Et pas qu'un peu ! En 2020, l'Union européenne a imposé un objectif moyen de 95 g de CO2 par kilomètre. Soit plus de 20 g d'écart avec la moyenne enregistrée en 2018... Et ce n'est pas tout : en 2030, ils devront encore baisser de 37,5 % leurs émissions.

Au-delà, les pénalités seront massives : certains instituts ont calculé des amendes de plusieurs milliards d'euros par constructeur. Autrement dit, il est impératif que ces derniers accélèrent sur les motorisations décarbonées. La voiture électrique est idéale (en plus, elle compte double crédit dans les calculs de l'UE), mais elle coûte encore cher et les automobilistes rechignent toujours à la choisir en raison du manque d'infrastructures. Avec moins de 2 % du marché du neuf au premier semestre, cette technologie ne suffira jamais à pallier les émissions des motorisations thermiques.

Une seule solution : électrifier les motorisations thermiques. Cela existe déjà avec l'hybridation... Mais cette technologie coûte trop cher. Sauf si on regarde du côté de ce qu'on appelle dans le jargon la « petite hybridation », autrement dit le 48 volts. « Nous sommes convaincus que le 48 volts sera le standard de demain », expliquait en septembre Jacques Aschenbroich dans nos colonnes. Et pour cause, le PDG de Valeo mise beaucoup sur cette technologie pour accroître ses ventes.

Le 48 volts, ou mild hybrid, est une hybridation d'une voiture thermique mais sur une moindre tension que les hybridations connues jusqu'ici, incarnées par la Toyota Prius (300 volts environ). Et cela change tout... « La peau humaine n'est pas conductrice sur du 48 volts, il n'y a donc aucun risque de sécurité pour l'homme », explique Guillaume Devauchelle, directeur de l'innovation chez Valeo. Ainsi, installer ce système est bien moins coûteux qu'une hybridation classique car il n'implique pas d'équipements de sécurité lourds et onéreux (double câblage...).

Jusqu'ici, il y avait sur le marché quelques véhicules qui fonctionnaient avec de la basse tension. Suzuki booste ainsi ses petites voitures avec du 12 volts, ce qui permet d'économiser 1 litre environ au 100 km, nous assure-t-on chez la marque japonaise. « Le 48 volts, c'est la même chose que le 12 volts, mais quatre fois plus puissant », résume Guillaume Devauchelle, pour qui le champ des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2020 à 9:33 :
la fin avec un prix du kwh a 0.80soit plus de 5 fois le prix domestique
et des autonomies toujours ridicule qui oblige a passer a la caisse
la machine a illusion comme ce gouvernement se moque des francais
a écrit le 19/01/2020 à 11:22 :
D'un coté les écolos veulent moins de nucléaire, techno la moins polluante en terme de CO2 et de poussière fine (cf charbon and co dans les pays de l'est !), d'un autre ils veulent passer à l’électrique pour les voitures ce qui va saturer les installations de production électrique.....!

CHERCHER L'ERREUR !

Pendant ce temps là les porte conteneurs chinois au fuel lourd continuent d'arriver en masse en Europe car il faut respecter religieusement le sacro saint libre marché mondialisé
a écrit le 11/01/2020 à 17:35 :
....une vaste escroquerie cette voiture éléctrique qui revient plus cher a n'a aucun bénéfice ecologique en raison des batteries !
Seul intérèt le bruit ! ....mais il va bien y a voir un cerveau fécond qui va pondre une directive d'obligation d'équiper le voitures de bruiteurs car le silence c'est dangereux !
a écrit le 08/01/2020 à 21:14 :
L’Europe fait du greenwashing. Pourquoi compter les émissions co2 lors de l’utilisation et non pour l’empreinte globale ? Une honte qui fait qu’un SUV hybride va être avantagé par rapport à une petite voiture diesel.
Stop aux décisions qui donnent l’illusion d’agir et préférons les alternatives à la voiture pour réduire sensiblement les émissions co2.
a écrit le 08/01/2020 à 18:27 :
Le résultat de ce bricolage aura pour seul effet de durcir encore les règles... Jusqu'à ce que les constructeurs comprennent qu'il faut cesser de chercher des combines pour continuer à vendre des fumantes et qu'il faut s'unir pour créer un véritable réseau de recharge.
a écrit le 08/01/2020 à 9:29 :
Des chercheurs australiens viennent de mettre au point une nouvelle batterie capable d'une autonomie de 1000 km er rechargeable plus rapidement. Une technologie adaptable pour les batteries des portables qui serait de 6 jours. Cette batterie pourrait-être industrialisée d'ici 2 ou 3 ans.
Réponse de le 08/01/2020 à 18:34 :
Ça doit faire bien 14 ans que je lis ce genre d info....pour l instant... Je vois rien venir...
Réponse de le 10/01/2020 à 6:51 :
@Krimhass : c'est pourtant les performances minimum d'une batterie pour que le VE puisse s'imposer. Restera plus qu'à développer une infrastructure de recharge, au moins en Europe, pour recharger de telles batteries. Ce ne sera pas simple et imposera de développer d'importantes capacités de production et de transport de l'électricité.
Réponse de le 13/01/2020 à 8:34 :
Depuis 50 ans des inventeurs prétendent avoir mis au point le moteur à eau ... On n'en voit pas beaucoup sur la route ! Ni de moteur à air comprimé...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :