Nouvelles économies en vue pour Lafarge en 2012

 |   |  313  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le premier cimentier mondial a réalisé sur le trimestre écoulé un chiffre d'affaires en hausse de 1% à 4,21 milliards d'euros, soit une croissance de 6% à périmètre et taux de change constants, mais un résultat net, part du groupe, en baisse de 10% à 336 millions d'euros.

Lafarge a annoncé vendredi de nouvelles réductions de coûts en 2012 afin d'améliorer ses résultats, pénalisés au troisième trimestre par l'inflation des coûts qui a éclipsé une progression des volumes.

Le premier cimentier mondial a réalisé sur le trimestre écoulé un chiffre d'affaires en hausse de 1% à 4,21 milliards d'euros, soit une croissance de 6% à périmètre et taux de change constants, mais un résultat net, part du groupe, en baisse de 10% à 336 millions d'euros.

"Le chiffre d'affaires est en progression aussi bien sur le trimestre que depuis le début de l'année, grâce à la croissance soutenue des volumes dans les marchés émergents", a souligné Lafarge dans un communiqué. "Le groupe continue d'anticiper une demande de ciment en hausse et maintient une estimation de croissance de ses marchés comprise entre 2 et 5% en 2011."

Lafarge a également annoncé un nouveau programme de réduction de coûts de 500 millions d'euros, dont la plus grande partie devrait être réalisée en 2012, qui vient s'ajouter aux 200 millions d'économies programmées pour 2011.

"Cet ensemble de mesures, qui comprend également des actions sur les prix de vente en réponse à l'inflation des coûts, s'inscrit dans notre démarche d'amélioration des résultats, de réduction de la dette et de maintien de notre forte liquidité", a souligné le groupe.

Dans le cadre de son désendettement - la dette nette de Lafarge ressortait fin septembre à 14,26 milliards d'euros - le cimentier a confirmé son objectif de réduire celle-ci d'au moins deux milliards d'euros cette année et dit vouloir poursuivre l'an prochain ses désinvestissements.

L'action du groupe a clôturé jeudi à 29,42 euros, donnant une capitalisation boursière de l'ordre de huit milliards d'euros. Depuis le début de l'année, le titre a perdu 37% environ, après une baisse proche de 19% sur l'ensemble de 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :