Paris : l'encadrement a fait baisser de 3% les loyers de relocation qui dépassaient le plafond

 |  | 241 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : iStock)
L'Observatoire des loyers de l'agglomération parisienne (Olap) publie ce matin les chiffres du second semestre 2019, constatant "un effet indéniable, mais limité, de resserrement des loyers de relocation des logements non meublés autour de la fourchette légale", mais note une augmentation des dépassements.

L'encadrement des loyers à Paris s'est traduit au second semestre 2019 par une baisse moyenne de 3% des loyers de relocation qui dépassaient le plafond, a annoncé mardi l'observatoire de référence.

Cette mesure avait été réintroduite à Paris en juillet 2019 et a eu "un effet indéniable, mais limité, de resserrement des loyers de relocation des logements non meublés autour de la fourchette légale", selon l'Observatoire des loyers de l'agglomération parisienne (Olap).

L'encadrement des loyers est en vigueur depuis 2015 dans la capitale mais a été suspendue pendant plus d'un an autour de 2018. Le loyer de relocation est le loyer appliqué au nouveau locataire après le départ du locataire précédent.

Au premier semestre 2019, les loyers de relocation supérieurs au plafond avaient progressé de 2,6% avec un dépassement moyen de 12% du loyer hors charges, soit 168 euros par mois, pour plus d'un quart des logements, selon l'Olap.

Des dépassements en augmentation

À partir de juillet, le retour de l'encadrement s'est traduit "par une baisse moyenne de 3% des loyers de relocation initialement supérieurs au loyer de l'ancien locataire".

La part des dépassements était "de 28% des relocations" soit "un peu plus que pendant la précédente période d'encadrement (26% en 2015, 23% en 2016 et 21% en 2017)", précise l'Observatoire.

Ils concernaient en particulier les logements de moins de 20 m2, où ils représentaient sept cas sur dix.

Les données pour l'année 2020 ne sont pas encore disponibles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2021 à 17:04 :
ben si les bureaux se viedent et que les parigots vont en proche banlieue, ca va baisser tout seul

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :