Gecina grimpe après la suspension de sa séparation avec Metrovacesa

 |  | 370 mots
Lecture 2 min.
Ce rebond est déclenché par l'annonce ce vendredi de la suspension de l'accord de séparation avec sa maison-mère Metrovacesa. Du coup, le titre de la foncière française s'est adjugé plus de 2%.

L'action Gecina grimpe en Bourse de Paris ce vendredi. Ce rebond est déclenché par l'annonce ce vendredi de la suspension de l'accord de séparation avec sa maison-mère Metrovacesa. Du coup, le titre de la foncière française s'est adjuge 2,13% ce vendredi à 51 euros. 

Metrovacesa, mis en difficultés par la détérioration du marché immobilier espagnol et la crise financière mondiale, détient 26,9% du capital de Gecina. Le divorce entre les actionnaires de Metrovacesa, la famille Sanahuja d'un côté et la famille Soler assistée de Joaquin Rivero, président de Gecina, de l'autre, traîne en longueur depuis plus d'un an.

Gecina, l'un des grandes foncières en Europe avec un patrimoine de plus de 13 milliards d'euros situé essentiellement à Paris et en région parisienne, a également décidé, rompant avec son habitude, de verser un acompte sur dividende de 2,50 euros par action au janvier 2009, au titre de l'exercice 2008.

Malgré un contexte difficile, la foncière a aussi annnoncé qu'elle prévoyait une progression de 10% de son cash flow après impôts et avant cession, grâce à une réduction du coût de la dette et des charges d'exploitation, et la hausse de ses loyers. Gecina prévoit en outre un programme de cessions d'actifs compris entre 600 et 700 millions d'euros en 2009, un montant équivalent à celles de 2008, "ce qui permettra de poursuivre la réduction de la dette financière en réponse au climat actuel d'incertitude qui caractérise le marché", écrit la société dans son communiqué.

Au niveau de la structure financière, son ratio dette nette sur valeur des actifs est inférieur à 40%, soit un niveau d'endettement inférieur à la moyenne européenne du secteur.Le montant des liquidités de la société fin 2008 (trésorerie disponible augmentée des lignes de crédit non utilisées) est estimé à plus de 500 millions d'euros et la dette bancaire arrivant à maturité en 2009 à 150 millions, soit 3% de la dette nette. En outre, le ratio de couverture des frais financiers devrait s'améliorer en 2009 compte tenu des estimations actuelles de cash flow et de charges financières, précise Gecina qui affirme sa volonté de réduction de la dette du groupe. 
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :