Biotechnologies : le FSI s'engage sur un fonds d'aide au secteur

 |   |  613  mots
Le fonds stratégique d'investissement (FSI) a décidé de lancer un fonds de 100 à 150 millions d'euros pour aider au développement des sociétés de biotechnologies. Il pourra prendre aussi une participation directe dans certains groupes.

Les entreprises de biotechnologies ont fait l'actualité cette semaine à l'occasion d'un sommet qui leur était entièrement consacré. Parmi les principales annonces, l'engagement du Fonds stratégique d'investissement (FSI) qui a décidé de dégager une enveloppe de 100 à 150 millions d'euros pour aider le secteur.

"Le FSI annonce le renforcement de ses moyens d'action au service des entreprises de biotechnologie pour soutenir le développement d'un secteur stratégique pour l'économie française", indique dans un communiqué le fonds souverain détenu à 51% par la Caisse des dépôts et à 49% par l'Etat francais. "Cette contribution est motivée par le potentiel de croissance, la très haute valeur ajoutée des innovations présentées par ce secteur, et les enjeux de santé publique associés".

Le fonds destiné aux "biotechs" devrait être mis en place d'ici à la fin du mois de juillet. Il sera souscrit pour un tiers par le FSI et pour le reste par des investisseurs financiers et des laboratoires pharmaceutiques français. "Géré par une équipe spécialisée, et appuyé sur un comité d'experts à mettre en place, ce fonds aurait vocation à financer le développement des entreprises les plus prometteuses du secteur", précise le FSI.

Le fonds stratégique d'investissement pourra aussi directement intervenir dans le capital de certaines entreprises de biotechnologies, comme il l'a déjà fait avec l'équipementier automobile Valeo, l'équipementier aéronautique Daher ou le spécialiste de la sécurité numérique Gemalto dernièrement.  "Le FSI pourra financer directement les entreprises cotées ou matures dans le secteur des biotechnologies, en prenant des participations minoritaires supérieures à 10 millions d'euros et avec des co-investisseurs, conformément à sa doctrine d'investissement", indique le communiqué.

Le FSI augmentera également ses investissements dans des fonds dédiés aux biotechnologies et y consacrera 75 millions d'euros sur les deux prochaines années.

Malgré cet engagement, les professionnels du secteur s'avouent un peu déçus, notamment sur les sommes allouées. "Ce n'est pas énorme", a commenté le directeur de l'association France biotech, Philippe Pouletty. "Au niveau des montants alloués nous recommandons que ce soit aux alentours de 400 millions d'euros", avait pour sa part déclaré mardi à l'agence Reuters Loïc Maurel, le président du directoire d'Exonhit.

Outre l'annonce du FSI, plusieurs entreprises de biotechnologies ont également profité de cette semaine pour dévoiler leurs prévisions et stratégies. Ce jeudi, la société Transgene, spécialisée dans les vaccins thérapeutiques, a ainsi annoncé qu'elle pourrait conclure dans le courant de l'été un accord de partenariat permettant de développer son traitement d'un type de cancer du poumon, le TG4010, dont la phase II est aujourd'hui achevée et qui s'annonce très prometteur. Une commercialisation pourrait être envisagée à partir de 2014.

De son côté, la société marseillaise, Innate Pharma a annoncé disposer d'assez de trésorerie pour se financer jusqu'à la mi 2011. Elle compte par ailleurs délivrer aux dates prévues les résultats de ses deux principales études, sur l'IPH 1101 (cancer du rein et du sang) et l'IPH 2101 (leucémie).

Pour sa part, la vedette du secteur, NicOx, a confirmé mercredi que le dossier du Naproxcinod, son traitement contre l'arthrose, sera déposé cet été auprès des autorités sanitaires américaines et à l'automne en Europe. Ce qui devrait permettre de déboucher sur des partenariats commerciaux.  Le groupe, qui pourrait vendre le traitement aux Etats-Unis au mieux à la fin 2010, attend que le Naproxcinod réalise à terme un chiffre d'affaires annuel d'un milliard de dollars. Celui de son concurrent, le Celebrex de Pfizer, a totalisé des ventes de 2,5 milliards de dollars l'an dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :