Bayer-Monsanto : à quoi ressemblera le nouveau géant de l'agrochimie ?

 |   |  720  mots
Bayer assure qu'il ne cèdera pas d'actifs pour financer l'acquisition de Monsanto.
Bayer assure qu'il ne cèdera pas d'actifs pour financer l'acquisition de Monsanto. (Crédits : © Ina Fassbender / Reuters)
Le nouveau groupe devrait générer 23 milliards de chiffre d'affaires annuel et devenir leader en agrochimie si la fusion se déroule comme prévu en 2017. Bayer assure qu'en dépit de l'acquisition de Monsanto il ne reléguera pas son activité pharmaceutique au second plan.

A quoi devrait ressembler le futur groupe issu de la plus importante acquisition jamais conclue par une entreprise allemande ? Bayer a annoncé mercredi s'être entendu avec Monsanto pour racheter ce dernier à 128 dollars par action, soit 66 milliards de dollars (58,8 milliards d'euros). Bayer espère finaliser l'acquisition en 2017, mais il lui faudra obtenir le feu vert des autorités de régulation. Dans une note publiée mardi, les analystes financiers de Bernstein Research estiment à 50% seulement la probabilité de voir le projet franchir l'obstacle de l'examen par les autorités antitrust, même s'ils citent une étude auprès d'investisseurs chiffrant cette probabilité à 70% en moyenne, rapporte Reuters.

Futur numéro 1 de l'agrochimie

Si le rachat se passe toutefois comme prévu, Bayer compte sur les synergies de l'acquisition, qu'il évalue à 1,5 milliard d'euros, Monsanto concentrant plus ses activités sur les semences et les pesticides que le groupe allemand.

Ainsi, la principale division du nouveau géant Bayer-Monsanto sera la division Crop Science, qui comprend toutes les divisions liées à l'agrochimie (semences, pesticides...). Si l'on ajoute les chiffres d'affaires 2015 de Bayer (plus de 12 milliards de dollars) et de Monsanto (plus de 15 milliards) dans ce domaine, le nouveau groupe génèrera au moins 28 milliards de dollars (23 milliards d'euros) de revenus annuels. Ainsi Monsanto-Bayer sera leader devant CHemChina-Syngenta et Dow Chemical-DuPont, qui ont annoncé leur fusion en 2015. Dans un autre scénario, ce chiffre d'affaires pourrait être revu à la baisse si les autorités de régulation conditionnent une fusion à la cessions d'actifs.

La division pharmaceutique, principale division de Bayer aujourd'hui, représenterait la deuxième activité du groupe, si l'on se réfère aux 22 milliards de dollars (19,5 milliards d'euros) de chiffre d'affaires en 2015. Interrogé par La Tribune, un porte-parole de Bayer assure qu'il ne relèguera pas sa division pharmaceutique au second plan, bien qu'aucune acquisition n'est prévue sur le moyen-terme.

Un marché mondial

En acquérant Monsanto, Bayer va s'ouvrir les portes de l'Amérique du Nord. Aux Etats-Unis Monsanto génère 57% son chiffre d'affaires dans les semences de maïs hybride (36% du marché), avec une place de numéro un du secteur. Concernant les herbicides, le nouveau géant Bayer-Monsanto sera le leader mondial en disposant de 34% de parts de marché, notamment grâce entre autre au Roundup (glyphosate), selon des données de Morgan Stanley compilées par le Wall Street Journal. En outre, le nouveau géant devrait devenir coleader avec Syngenta et ChemChina, en plein processus de fusion, dans les pesticides avec 23% des parts de marché.

En outre,  Bayer va se renforcer en Europe de l'Est et de l'Ouest où Monsanto est respectivement numéro un et numéro deux dans les maïs hybrides. Egalement, l'Allemand va se renforcer au Brésil où Monsanto est numéro 1 dans les maïs hybrides avec plus de 40% des parts de marché.

Un groupe sans activité en santé animale ?

Le géant agrochimique détiendra-t-il l'activité santé animale de Bayer et Covestro en 2017? Cette question est le fruit de nombreuses rumeurs. Le géant pourrait se délester de ses deux divisions, qui rapporteraient potentiellement 11 milliards milliards d'euros, afin de ne pas trop s'endetter avec le rachat de Monsanto, est-il avancé dans Bloomberg.

Bayer assure pourtant qu'il va "recourir à l'emprunt et à des fonds propres pour financer l'opération". Il prévoit d'augmenter ses fonds propres avec l'émission d'obligations à conversion obligatoire en actions et l'émission de droits de souscription. il assure disposer de 19 milliards de fonds propre actuellement.

"Nous ne prévoyons pas de céder des actifs pour financer cette acquisition, nous n'en avons pas besoin car le business model de Monsanto est suffisamment bon. Si nous cédons des actifs, ce sera pour raison stratégique", explique le porte-parole de la société allemande contacté par La Tribune.

Siège mondial en Allemagne pour l'activité agrochimie

Par ailleurs, le siège mondial de l'activité agrochimie (crop science) sera basé en Allemagne à Monheim, siège de la division actuelle de Bayer crop science. Les activités R et D de Monsanto et Bayer seront en outre regroupées.

Possible changement de nom

Bayer expliquait en juin qu'en cas d'acquisition du géant agrochimique Monsanto, il pourrait changer le nom de ce dernier. Cette éventualité n'a pas été évoquée lors de l'annonce du rachat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2016 à 0:54 :
A quoi ça ressemble? A un grand danger pour l'homme et son environnement.
a écrit le 15/09/2016 à 10:00 :
Combien de dettes svp ? Sachant que Bayer selon un de vos autres articles avait déjà 10 milliards de dettes...

Comment les banques peuvent elles financer des aberrations financières de ce genre ?

Le citoyen lambda par contre quand il est à découvert de 3 euros est immédiatement sanctionné par des agios de 27 euros.

ET on s'étonne que notre économie s'écroule.
Réponse de le 15/09/2016 à 12:00 :
Decouvert de 3 € et des aggios de 27 € Vous avez vu ça ou vous !Et de toutes façons en tant que français cette operation ne vous regarde pas ....
a écrit le 15/09/2016 à 8:29 :
Il ne reste plus qu'à renommer le nouveau groupe Bonsanto.. (j'imagine que d'autres l'ont déjà faite..).
a écrit le 14/09/2016 à 19:36 :
"Science for a better life" surtout l'empoisonnement de la planète entière !!
a écrit le 14/09/2016 à 19:36 :
"Science for a better life" surtout l'empoisonnement de la planète entière !!
Réponse de le 15/09/2016 à 12:02 :
Oui, a better life pour l'humanité, et c'est la réalité quoi que vous en pensiez. Globalement, cela s'entend.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :