Chine : un labo biopharmaceutique à Lanzhou laisse échapper une bactérie, plus de 3.000 malades

 |  | 309 mots
Lecture 2 min.
En laboratoire, la manipulation des agents biologiques infectieux requiert des mesures de sécurité absolument drastiques. (Photo d'illustration: au centre de contrôle et de prévention des maladies à Hefei, en Chine, pendant la crise de la grippe aviaire en 2013, un technicien, protégé par sa combinaison et par une vitre pour éviter les éclaboussures, effectue des tests sur des échantillons suspectés d'être contaminés par le virus H7N9.)
En laboratoire, la manipulation des agents biologiques infectieux requiert des mesures de sécurité absolument drastiques. (Photo d'illustration: au centre de contrôle et de prévention des maladies à Hefei, en Chine, pendant la crise de la grippe aviaire en 2013, un technicien, protégé par sa combinaison et par une vitre pour éviter les éclaboussures, effectue des tests sur des échantillons suspectés d'être contaminés par le virus H7N9.) (Crédits : Reuters)
Ce grave incident sanitaire s'est déroulé il y a plus d'un an. Un laboratoire public situé dans la ville de Lanzhou a utilisé en juillet-août 2019 un désinfectant périmé lors de la production de vaccins anti-brucellose destinés aux animaux, ont indiqué mardi dernier les autorités. Conséquence: la stérilisation était incomplète et la bactérie était toujours présente dans les rejets de gaz de l'entreprise.

Plus de 3.000 personnes ont attrapé une maladie dans le nord-ouest de la Chine après la fuite en 2019 d'une bactérie depuis une usine biopharmaceutique produisant des vaccins pour animaux, ont indiqué les autorités.

La brucellose est une affection transmise par le bétail ou des produits animaux. Elle est en général non contagieuse entre humains. Mais elle peut provoquer des fièvres, des douleurs articulaires et des maux de tête.

Un total de 3.245 personnes ont été testées positives à la bactérie, un chiffre établi à la suite de tests réalisés depuis l'incident, selon les autorités chargées de la santé à Lanzhou, la capitale de la province du Gansu.

Elles ont précisé qu'aucun cas de transmission interhumaine n'a été constaté.

Stérilisation incomplète et propagation dans les rejets aériens du labo

Un laboratoire public implanté dans la ville a utilisé en juillet-août 2019 un désinfectant périmé lors de la production de vaccins anti-brucellose destinés aux animaux, ont indiqué mardi les autorités.

Conséquence: la stérilisation était incomplète et la bactérie était toujours présente dans les rejets de gaz de l'entreprise -- l'Usine biopharmaceutique de Lanzhou pour l'élevage d'animaux.

Ce gaz contaminé s'est propagé par les airs jusqu'à l'Institut de recherche vétérinaire voisin, où il avait infecté près de 200 personnes en décembre dernier.

Le labo sanctionné s'excuse auprès des victimes et les indemnise

Le Bureau de la santé de Lanzhou a indiqué vendredi que la bactérie provient généralement des moutons, des bovins ou des porcs.

Le laboratoire avait présenté ses excuses cette année et s'est vu retirer son autorisation de produire des vaccins contre la brucellose.

Les malades recevront des compensations financières à partir d'octobre, selon les autorités de Lanzhou.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2020 à 10:08 :
Conseil de lecture : ne manquez pas de lire "Terres rares" de Jean Tuan chez C.L.C. Editions (sortie le 09 mars 2020). Un néo-polar épicurien et érudit qui dévoile les menaces que la Chine fait peser sur le monde. Lecture édifiante et jubilatoire ! Disponible en librairie et via les principaux sites d'internet.
a écrit le 20/09/2020 à 13:40 :
Conseil de lecture : ne manquez pas de lire "Terres rares" de Jean Tuan chez C.L.C. Editions (sortie le 09 mars 2020). Un néo-polar épicurien et érudit qui dévoile les menaces que la Chine fait peser sur le monde. Lecture édifiante et jubilatoire ! Disponible en librairie et via les principaux sites d'internet.
a écrit le 19/09/2020 à 12:48 :
Et cette information-là, c'est celle que le gouvernement chinois a bien voulu laisser publier. Quant à toute la vérité, comme d'habitude, on peut attendre.....
a écrit le 18/09/2020 à 17:43 :
Elle tient toujours la fable du pangolin ??
a écrit le 18/09/2020 à 17:34 :
haha
on ne sait pas tout, on dirait!
a écrit le 18/09/2020 à 15:09 :
En parlant de chinois:

Nouveau coup d'éclat de pirates informatiques chinois, cette fois-ci en Espagne. Alors que les laboratoires de la planète se sont engagés dans une course effrénée pour développer un vaccin contre le virus qui a déjà tué plus de 940.000 personnes et en a contaminé plus de 30 millions, des données de laboratoires cherchant un vaccin contre le Covid-19 ont été dérobées par des hackers de l'Empire du Milieu, affirme le quotidien El Pais.

La numéro un des renseignements espagnols (CNI) Paz Esteban, citée par El Pais, a affirmé que les hackers ont élaboré "une campagne particulièrement virulente, pas seulement en Espagne, contre des laboratoires qui travaillent à la recherche d'un vaccin", sans plus de précisions sur la cyber-attaque ayant visé l'Espagne. La cheffe des services secrets a par ailleurs mis en garde devant la presse jeudi contre une augmentation "qualitative et quantitative" des attaques informatiques durant le confinement, avec des pirates visant "des secteurs sensibles comme la santé et le secteur pharmaceutique".
Réponse de le 18/09/2020 à 16:13 :
Un ordinateur connecté est inévitablement piratable.
Pour avoir eu des soucis ( et il y a déjà fort longtemps !) avec un ordinateur connecté, nous avions dédié un ordinateur spécifiquement à la comptabilité. Plus aucun problème.
De nos jours, tellement de documents sont dématérialisés que ce n'est plus possible.
Le prix à payer est le risque de piratage.
Ça peut coûter très cher, voire être létal pour une entreprise sensible.
a écrit le 18/09/2020 à 12:19 :
Il fallait bien se douter que la cupidité ayant ravagé aussi le secteur pharmaceutique après le secteur agro-industriel ce genre de dérives finirait par nous tomber dessus. C'était inévitable même, cupidité et corruption étant les deux mamelles du déclin.

Argent et santé ne sont pas compatibles mais ils l'ont fait malgré tout et tous, en force comem d'habitude, étant donné que l'on se doute que ce genre d'info a du être diffusée par les services de renseignements américains afin de fragiliser toujours plus le pouvoir chinois.
Réponse de le 18/09/2020 à 13:30 :
"selon les autorités chargées de la santé à Lanzhou, la capitale de la province du Gansu" très américain comme source. :-)
2019 quand même... Y a pas la 5G pour transmettre les infos. :-)
Réponse de le 18/09/2020 à 16:55 :
@le blasé
Etonnant "raisonnement" qui rend les USA et le capitalisme responsable des attaques informatiques d'un régime COMMUNISTE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :