Le Roundup face à ses juges

[REPLAY] À la lumière du procès symbolique de Monsanto tenu en 2016, Marie-Monique Robin expose l'ampleur du scandale sanitaire lié au Roundup, herbicide le plus vendu au monde. Un réquisitoire accablant, paroles de victimes et d'experts à l'appui.
(Crédits : Reuters)

C'est l'histoire d'une colère citoyenne, jusque-là quasi inaudible, et d'une lutte contre un écocide, ou crime contre l'environnement, commis en toute impunité par la firme championne des OGM. En octobre 2016, à La Haye, victimes et experts témoignent - une première - devant le Tribunal international Monsanto, au fil d'un édifiant procès symbolique contre le Roundup, l'herbicide le plus vendu au monde, et sa très toxique molécule active, le glyphosate. Cette année-là, quelque 800 000 tonnes de ce "tue-tout" (son surnom en espagnol) ou de ses génériques ont été déversées sur la planète. Si la multinationale a refusé de comparaître, les victimes ont raconté à la barre les conséquences de son épandage : malformations des enfants, cancers, maladies respiratoires ou rénales et destructions environnementales. Éclairé par des scientifiques, cet accablant réquisitoire révèle l'ampleur de ce scandale sanitaire, qu'illustrent des reportages bouleversants sur la tragédie en cours, de la France à l'Argentine en passant par les États-Unis et le Sri Lanka - premier pays à interdire le glyphosate. "Ce pulvérisateur nous a apporté la mort, alors qu'on voulait simplement gagner notre vie", lâche, amer, un riziculteur sri-lankais contaminé.

Lanceuse d'alerte

Presque dix ans après son enquête "Le monde selon Monsanto", Marie-Monique Robin démontre, faisceau de preuves à l'appui, l'extrême nocivité du Roundup, à l'heure où l'Union européenne doit décider de prolonger ou non l'autorisation du glyphosate sur le marché. Déclaré en mars 2015 "cancérigène probable" par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), et reconnu comme tel par des études scientifiques secrètes commanditées par Monsanto, l'herbicide, omniprésent dans l'eau, l'air, la terre et les aliments, est aussi un perturbateur endocrinien, un antibiotique et un chélateur de métaux - il séquestre les minéraux.

Face au silence coupable des agences de santé et à l'inertie des gouvernements, le film, à travers ce procès, montre également la mobilisation à l'œuvre de la société civile mondiale pour faire reconnaître l'écocide. L'enjeu ? La poursuite au pénal des multinationales dont les activités menacent la sûreté de la planète et la santé des hommes.

(source ARTE)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 13/08/2018 à 17:56
Signaler
Ok, vu pour le Roundup. Mais d'autre part, que penser de l'Espagne sui nous vend des fruits et légumes traités avec des produits chimiques interdits en France ? M.Hulot pourrait faire quelque chose de suite à moins que l'Espagne respecte la législati...

à écrit le 13/08/2018 à 15:09
Signaler
"Déclaré en mars 2015 "cancérigène probable" par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ)". Pourquoi probable ? Le Circ n'est pas capable d'identifier une substance cancérigène avec certitude ?

à écrit le 13/08/2018 à 14:17
Signaler
Comme elle le dit le glyphosate n'est rien à coté de la dangerosité des produits de l'agro-industrie, il faut bien faire attention à cela. L'agriculture gaspille l'eau à cause des ses produits chimiques, tuent les agriculteurs et les consommateur...

à écrit le 13/08/2018 à 11:39
Signaler
Au même titre que le diesel le glyphosate est un poison mortel. Vivement que tous ces braves gens se retrouve face à la justice. Mais voilà les agriculteurs tiennent à leurs pesticides et les automobilistes à leur diesel...bien que cela commence à ch...

le 13/08/2018 à 15:21
Signaler
Les agriculteurs ont aussi grand besoin de diesel depuis que le moteur thermique a remplacé la traction animale. Je vous conseillerais bien de vous mettre aux manches d'une charrue tractée par un beau percheron pour savoir combien vous traceriez de s...

à écrit le 13/08/2018 à 10:29
Signaler
Le Roundup face à ses juges En France, les citoyens se doivent de poursuivre les promoteurs et les épandeurs du Roudup, car ce sont eux qui répandent le poison mortifère pour leurs seuls intérêts de cupidité absolue, les politicards qui soutien...

à écrit le 13/08/2018 à 4:23
Signaler
Que fait cet article dans La Tribune ? Il serait à sa place dans un blog écolo mais pas dans un journal sérieux . Je sais que Marie-Monique Robin est une journaliste célèbre mais ce n'est pas une raison pour publier tout ce qu'elle écrit sans l'exami...

le 13/08/2018 à 10:04
Signaler
On reproche à l'écologie ( qui est d'ailleurs une science) de se cantonner à certains sujets.Cette fois-ci et dans nombre d'autres débats on touche également à la SANTE à l'ECONOMIE et surtout au fonctionnement de nos DÉMOCRATIE ! Je ne vénère person...

à écrit le 12/08/2018 à 18:50
Signaler
notre décideur ( écologiste) a quoi sert il avec ses( tutos ecolo) ? critiqué de toute part. désavoué par l artiste BRIGITTE BARDOT a juste raison ... ha! les intérets personnels avant tout

à écrit le 12/08/2018 à 18:49
Signaler
notre décideur ( écologiste) a quoi sert il avec ses( tutos ecolo) ? critiqué de toute part. désavoué par l artiste BRIGITTE BARDOT a juste raison ... ha! les intérets personnels avant tout

à écrit le 12/08/2018 à 16:08
Signaler
Oui oui aucun danger. Monsanto ne fait que du bio ! On pourrait même en manger hein ! https://mobile.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/glyphosate/en-images-glyphosate-agent-orange-pcb-les-ravages-de-monsanto-denonces-par-un-photographe-f...

le 12/08/2018 à 21:33
Signaler
Où avez-vous vu que le bio est sain: le bio, dans l'affaire du concombre espagnol (fenugrec) a fait plus de morts en Europe (42 je crois) que l'agriculture raisonnée depuis 50 ans.. Le tout bio entrainera de très graves crises alimentaires et sanitai...

le 12/08/2018 à 23:20
Signaler
@BHL N' importe quoi, personne n' a jamais prouvé l' implication de e coli dans les concombres en provenance d' Espagne ... http://www.liberation.fr/terre/2011/05/30/intoxications-la-piste-du-concombre-espagnol_739147

le 13/08/2018 à 11:02
Signaler
Tout le monde sait que les concombres n'y étaient (finalement) pour rien, mais que ce sont les graines de fenugrec, germées sans les désinfecter, qui étaient contaminées, et a créé ce désastre..Il suffisait pourtant de les tremper 10 secondes dans u...

à écrit le 12/08/2018 à 15:31
Signaler
Le glyphosate n'est certainement pas nocif., absolument pas. Les produits alimentaires finis et produits d'entretien des sols et pièces d'eau le sont DANGEREUSEMENT. Les produits Ushuyaya de " l'écolo " !! DANGEREUX, lui qui est opportunément, contr...

le 12/08/2018 à 20:32
Signaler
Vous avez raison, pour l'apéro, c'est le meilleur, avec des glacons!!

à écrit le 12/08/2018 à 14:47
Signaler
N'en déplaise à Mme Robin, les données sont contre ses croyances, et c'est bien ce que retiennent toutes les agences de santé du Monde, y compris l'OMS qui a désavoué la position du Circ. Pour faire très simple, les plus grosses études publiques amér...

le 12/08/2018 à 19:52
Signaler
J' ai rarement lu aussi hilarant ....!

le 12/08/2018 à 20:35
Signaler
Meme abstraction faite des études financées ou influencées par les industriels???

le 13/08/2018 à 11:05
Signaler
Oui, c'est dur de demander de générer à grands coûts des données (publiques), et de s'apercevoir qu'elles vont dans le sens contraire de ce que l'on cherchait à démontrer.. alors mieux vaut s'asseoir dessus? (pour info, les données de cohortes sont l...

le 13/08/2018 à 18:06
Signaler
Il fait plaisir de lire un avis qui soit un tant soit peu rationnel au milieu d'autant de réactions tripales. Malheureusement, le débat est devenu hystérique, vous pécherez dans le désert. Comme je vous crois "honnête homme" au sens où on l'ent...

le 13/08/2018 à 19:03
Signaler
Vous prêchez dans le désert des barbares dont Mme Robin fait son beurre.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.