Sécu : le "reste à charge" payé par les ménages diminue inexorablement, est-ce vraiment formidable ?

 |  | 305 mots
Le reste à charge poursuit sa lente érosion: de 9,2% en 2009, il est descendu à 6,9% l'an dernier, soit tout de même 14,3 milliards d'euros sur un peu plus de 208 milliards de soins et biens médicaux, écrit le service statistique des ministères sanitaires et sociaux, la Drees, dans son rapport annuel sur les comptes de la santé.
Le "reste à charge" poursuit sa lente érosion: de 9,2% en 2009, il est descendu à 6,9% l'an dernier, soit tout de même 14,3 milliards d'euros sur un peu plus de 208 milliards de "soins et biens médicaux", écrit le service statistique des ministères sanitaires et sociaux, la Drees, dans son rapport annuel sur "les comptes de la santé".
Dans son rapport annuel sur les Comptes de la Santé, la DREES montre que l'érosion de la part des dépenses de santé payée par les ménages se poursuit. Et pourquoi cette tendance de fond n'est pas le résultat d'un cercle vertueux mais bien plutôt d'un mécanisme de vases communicants.

En 2019, la part des dépenses de santé payée par les ménages a encore diminué, passant sous les 7%, la sécurité sociale continuant d'assurer "une participation croissante", selon une étude publiée mardi par la Drees.

Le "reste à charge" poursuit sa lente érosion: de 9,2% en 2009, il est descendu à 6,9% l'an dernier, soit tout de même 14,3 milliards d'euros sur un peu plus de 208 milliards de "soins et biens médicaux", écrit le service statistique des ministères sanitaires et sociaux dans son rapport annuel sur "les comptes de la santé".

Tendance de fond

Ce reflux reste essentiellement lié au vieillissement de la population, qui s'accompagne d'une hausse constante du nombre de malades chroniques pris en charge intégralement par la Sécu, dont la part s'est élevée à 78,2%, quand celle des complémentaires santé stagnait à 13,4%.

Une tendance au long cours complétée en 2019 par un "net repli de la consommation de médicaments non remboursables", ou encore "un ralentissement des dépassements d'honoraires chez les (médecins) spécialistes".

Les effets d'aubaine de la réforme Macron du "reste à charge zéro"

En revanche, la réforme "100% Santé", traduction du "reste à charge zéro" promis par Emmanuel Macron, a eu "un effet paradoxal", les baisses de prix des prothèses dentaires ayant créé "un effet d'aubaine" poussant certains à se faire soigner quitte à assumer une partie des frais.

Le "reste à charge" des soins dentaires augmente par conséquent de près d'un point à 21,1%, toujours devancé par l'optique (22,6%) où la réforme est entrée en vigueur début 2020.

En tenant compte des autres "dépenses courantes de santé" (dépendance, handicap, arrêts de travail, prévention, recherche...) le reste à charge est resté stable à 9% sur un total de 265,8 milliards d'euros en 2018, la France conservant le taux "le plus limité" des pays membres de l'OCDE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/09/2020 à 18:48 :
Ce n' est pas du tout mon ressenti...illusion d'optique au rabais ou appareils auditifs sans batterie...????
a écrit le 15/09/2020 à 16:49 :
En 2019, on a dépensé 3000€ et qq par français, en moyenne, j'ai regardé mon relevé : 45 € d'ophtalmo (visite une fois tous les 6 ans), remboursé 10,17 € car pas de médecin traitant désigné (j'en ai pas vu un depuis que c'est obligatoire d'en désigner un, pas eu besoin, même si la santé est "gratuite" en France une fois la complémentaire [obligatoire] payée & déménagé en Savoie), 447€ de lunettes et verres progressifs, remboursés 14,14 €. Je coûte peu à la Sécu. N'ayant pas de médecin j'ai pas de maladie, pas connue du moins. :-) Mais chercher le relevé m'a fait réaliser que j'ai oublié de prendre mon RdV annuel chez le dentiste en 2019, c'est systématique, habituellement, aïe, il faut prévenir, ça évite les frais (puis dire que les prothèses c'est cher ! Quand on peut les éviter.....)
a écrit le 15/09/2020 à 14:48 :
il est bien mentionne les vieux et leurs maladies chroniques
mais je ne vois nulle part le bon public prioritaire qui ne cotise pas et se voit tout rembourser a 100% ( normal, hein, vu que ce bon public ne cotise pas) , tous ces gens qui se font porter pale avec des handicaps qui existent ou pas, mais qui leur donnent une ald qui met tout a 100%, etc.......
Réponse de le 15/09/2020 à 22:02 :
Et allez donc faire un tour dans un service d’urgence. Inutile d’être malade. De toute façon, si vous ne l’êtes pas en arrivant, vous le serez en sortant. Pas à cause des personnels soignants, qui font un travail formidable dans des conditions hallucinantes. Mais plus sûrement en constatant la raison pour laquelle un nombre croissant de personnes se rendent dans un service qui pourtant annonce URGENCES en grosses lettres rouges.
J’en ai fait l’expérience il y a peu et je comprends mieux à présent pourquoi l’attente est aussi longue, et le coût de la santé aussi élevé.
Pourtant il serait très simple de régler le problème : instaurer un “reste à charge » minimum de 50 euro à chaque passage dans un service d’urgence.
Ainsi les personnes qui en ont vraiment besoin seraient prises en charge en urgence par un personnel dévoué qui ne serait plus désabusé par la dérive de ces services d’excellence
Ce n’est pourtant que du bon sens.
Aïe ! Je crois bien que je viens de dire un gros mot...
a écrit le 15/09/2020 à 12:50 :
Cela déresponsabilise complètement les gens. Pourquoi se priver, puisque c'est gratuit ? Ce système finira par imploser dans quelques années.
a écrit le 15/09/2020 à 10:37 :
les Français ont le plus faible reste à charge de l'OCDE, et le coût de la santé est raisonnable en général (Is your country expensive ?, Eurostat, 24/08/2018). alors que la France a les meilleurs résultats en matière de morts évitables (Eurostat ; Commonwealth Fund, 09/2011).
les Français sont bien lotis.
a écrit le 15/09/2020 à 10:13 :
La santé doit être gratuite, la classe productive doit être à 100% de sa forme physique et mentale afin de produire au mieux. Maintenant vu que nos médias de masse ont besoin d'apeurer les citoyens afin d'imposer les ordres d'une classe dirigeante de plus en plus défectueuse il est bien évident que de nombreuses personnes, surtout les retraités ce qui est logique car ayant encore plus le temps de s'écouter, ont peur générant des dépenses excessives à l'image de ceux qui font un test du covid par jour actuellement. Encore heureux que ce soit désagréable !

La cupidité maladive du secteur pharmaceutique particulièrement apprécié des politiciens car sachant être généreux côté pots de vin n'aide pas non plus à chercher une homogénéité dans le traitement de la santé des citoyens français. Jusqu'à quel degrés d'horreur sont ils parvenus par pure cupidité ? Sachant qu'en agro-industrie ils n'hésitent pas via les perturbateurs endocriniens à nous donner le cancer pour toujours plus de profits je pense même que je ne préfère pas savoir en matière de santé directe humaine.
Réponse de le 15/09/2020 à 16:39 :
"Sachant qu'en agro-industrie ils n'hésitent pas via les perturbateurs endocriniens à nous donner le cancer "
bigre, vous avez lu ça où ? Vous ne l'avez pas encore le cancer instillé par l'agro-alimentation industrielle ? Il faut cuisiner soi-même, non ? C'est quoi ce complot ?
On utilisait de la peinture au plomb (blanche) à une époque, il s'avère que c'est toxique quand tombe en poussière si on l'absorbe, c'est fait exprès ? Les fabricants n'ont pas pris des pigments "sains" (oxyde de titane par ex, non y a des nano-particules) sciemment ? Pour intoxiquer les gens ? Le minium, à base de plomb aussi, c'est rare les pigments non à base de métaux (sais pas ce que c'est l'ocre qu'on trouve naturellement, un dérivé métallique, à voir quelle composition).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :