Alstom-Areva : la guéguerre continue

 |  | 336 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Anne Lauvergeon évoque l'entrée à hauteur de 2% dans le capital d'Areva du japonais Mitsubishi Heavy Industries. "Mauvaise idée" réplique Alstom.

Le japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) pourrait acquérir environ 2% du capital d'Areva à l'occasion de la levée de fonds du spécialiste du nucléaire, a déclaré vendredi Anne Lauvergeon, la présidente du directoire du groupe français.

Contrôlé à près de 90% par l'Etat, Areva doit procéder à une augmentation de capital de 15%, estimée à un maximum de 3 milliards d'euros, pour financer ses investissements. Des fonds souverains du Qatar et du Koweït sont également pressentis pour participer à l'opération, censée intervenir avant la fin de l'année.

Evoquant MHI, Anne Lauvergeon a déclaré vendredi lors d'un entretien à la radio BFM: "A la japonaise, qu'ils aient une petite participation dans Areva, de l'ordre de 2%, est quelque chose de symboliquement fort des alliances futures. On n'en est pas à Renault-Nissan, pas du tout."

Selon une source syndicale citée par Reuters, MHI obtiendrait très certainement une participation nettement inférieure à 5% et que le Qatar décrocherait la plus grosse part dans le cadre de l'augmentation de capital du fabricant de réacteurs nucléaires.

Anne Lauvergeon a également jugé infondées les craintes d'Alstom à l'égard d'une entrée de MHI, qui est un concurrent du spécialiste français des infrastructures d'énergie dans les turbines pour centrales électriques. "C'est vrai qu'il y a une concurrence entre Mitsubishi et Alstom dans (...) les turbines, mais on ne vend pas de turbines, c'est le client électricien qui choisit sa turbine", a déclaré Anne Lauvergeon.

"Pendant que Siemens  était actionnaire d'une partie d'Areva, on n'a pas vendu de turbines Siemens pour autant. Je crois qu'Alstom a des craintes qui n'ont pas véritablement de bases", a-t-elle ajouté.

Patrick Kron, le PDG d'Alstom, a de son côté jugé jeudi qu'une entrée de MHI au capital d'Areva serait un inconvénient "majeur". " Mitsubishi est un concurrent direct d'Alstom et faire rentrer un concurrent direct d'Alstom au capital d'Areva est une mauvaise idée", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :