Blackstone veut investir massivement dans l'éolien allemand

 |   |  279  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Aurélien Lyon)
Le fonds américain a annoncé, ce vendredi, vouloir investir des milliards d'euros dans l'énergie éolienne en mer en Allemagne. Le pays ayant renoncé à terme au nucléaire, Blackstone flaire un marché potentiel de l'éolien qui pourrait s'avérer très lucratif.

Le fonds d'investissement Blackstone a informé Berlin, ce vendredi, de son intention de miser massivement sur le marché de l'énergie éolienne outre-Rhin. Un budget de 1,2 milliard d'euros a été bouclé par la compagnie et elle déclare avoir obtenu un permis de construire un parc éolien dans le Nord de l'Allemagne. Un second parc éolien figure dans les projet du fonds d'investissement qui lui coûterait 1,3 milliard d'euros. L'année 2013 verra le premier parc de 80 éoliennes sortir de terre, construit par Siemens, et un second parc de 64 éoliennes sera terminé à l'horizon 2016.

David Foley, un des dirigeants de Blackstone, cité dans un communiqué, a salué "l'effet bénéfique qui se manifeste quand des capitaux privés s'associent avec l'Etat, l'industrie et les entreprises". Le directeur exécutif de Blackstone, Sean Klimczak, a souligné dans une conférence de presse donné à Berlin le défi technique que représente la construction d'un parc éolien : "Il y a des risques, cela n'a rien à voir avec l'implantation d'une éolienne dans une cour de ferme: le vent, qui est toujours imprévisible même après des milliers de simulations, et bien sûr la construction". "Le grand problème n'est pas le savoir-faire industriel, c'est la connexion au réseau" électrique allemand, a ajouté pour sa part Peter Giller, qui pilote les projets éoliens de Blackstone en Allemagne.

Incontestablement, l'Allemagne fait la part belle au secteur de l'énergie éolienne et ne semble pas vouloir tarder puisque mardi dernier, le groupe suisse ABB a remporté un contrat d'une valeur d'un milliard de dollars pour la connexion électrique entre un parc éolien en mer du Nord et le réseau électrique allemand.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/08/2011 à 22:20 :
Ca y est, les parasites commencent a attaquer les énergies renouvelables. Cela présente deux messages. 1 : Les énergies renouvelables commencent a être crédibles. 2 : On va les payer vachement plus cher que prévu pour payer ces parasites...
a écrit le 06/08/2011 à 14:15 :
Rappelons que les aides à l'éolien (très faibles comparativement à celles reçues depuis le temps par les énergies nucléaire et fossiles : voir site de l?AIE pour le détail), vont baisser à nouveau en 2013 et que sur la facture EDF elle ne représente qu'une part modeste. La CSPE (voir site pour le détail) permet en effet de "rétribuer les distributeurs d'électricité (EDF et les entreprises locales de distribution) pour les éventuels surcoûts liés à la mission de service public qui leur incombe. En particulier, cela concerne quatre aspects :
- l'obligation d'achat de l'électricité produite par la cogénération gaz et les énergies renouvelables : le surcoût est calculé à partir de la différence entre le tarif d?achat pour la filière considérée et les prix de marché de gros de l'électricité
- la péréquation tarifaire, c'est-à-dire le surcoût de la production électrique dans certaines zones îliennes non connectées au réseau
- les aspects sociaux de la fourniture d'électricité, en particulier depuis son classement en « produit de première nécessité » par la loi du 10 février 2000 (cf. Tarif de première nécessité)
- une partie des charges liées au tarif réglementé et transitoire d'ajustement au marché (TaRTAM).
La répartition des charges prévisionnelles pour 2011 (3,4 G?) est la suivante :
42,4% : rachat énergies renouvelables en métropole continentale (EOLIEN 11,8% !! Photovoltaïque 26,4%)
35% : péréquation tarifaire (y compris le surcoût de production des énergies renouvelables) dans les zones non interconnectées
21,2% : rachat cogénération et diesel dispatchables
1,4 % : dispositions sociales
Elle sert également à financer le médiateur de l?énergie".
La ressource étant gratuite l'éolien est rentable en quelques années, sans parler des retombées économiques nationales et régionales (plus de 200 entreprises déjà concernées en France actuellement). Ce n'est d?ailleurs pas sans raisons qu'une centaine de pays dans le monde optent pour l'éolien et on peut y compris citer les écossais qui en font très largement (objectif 100% d?énergies renouvelables en 2020) qui ne sont pourtant pas réputés pour "gaspiller" leur argent !! Enfin pour mémoire, par rapport au coût actuel d'une centrale nucléaire neuve tous frais compris, l'éolien et le solaire sont désormais plus rentables (on ne parlera pas des accidents du nucléaire aux coûts exorbitants qui se produisent statistiquement tous les 22 ans ! ). Pour mémoire aussi, dans la zone japonaise touchée et à Fukushima 1 seule éolienne sur plus de 1700 s'est légèrement penchée suite au tremblement de terre de + de 9 sur l?échelle de Richter et tsunami, les japonais n?ont donc pas manqué de courant « éolien ». L?éolien existe depuis plus de 30 ans au Danemark et subit de fortes tempêtes régulièrement en offshore sans dommages. Pour les prix comparatifs voir entre autres : "Le solaire et la combinaison de plusieurs énergies renouvelables moins chers que le nucléaire" Etude de Duke University USA, parmi bien d?autres études : http://www.ncwarn.org/wp-content/uploads/2010/07/NCW-SolarReport_final1.pdf
a écrit le 06/08/2011 à 10:15 :
Comme le photovoltaïque, une erreur économique qui ne tient que par la ponction généreuse sur le consommateur (voir la dernière ligne de votre facteur EdF)...
Réponse de le 07/08/2011 à 7:25 :
Circulant pour mes activités -qui n'ont rien à voir avec les ENR - je constate qu'il n'y a qu'en France que l'on peut lire ou entendre de tels propos caricaturaux et gratuits sur l'éolien ou le photovoltaïque !
Au contraire , partout ces ENR sont porteuses d'activités economiques et de recherche pleines d'espoir ...
Ce doit être l'esprit français trop "frileux" ...et imprégné de raccourcis trop souvent répétés ...
Dans tous les autres pays , ils ne sont pas idiots et les investisseurs s'y lancent ...on restera encore à la traîne !

a écrit le 05/08/2011 à 21:15 :
Un gouffre financier qui ne mènera nul part.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :