Total : avant l'accident, la plateforme déversait déjà des hydrocarbures

 |   |  675  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
La plateforme Total en mer du Nord, toujours menacée d'explosion, présentait déjà des défaillances. Avec d'autres plateformes pétrolière, elle avait même été épinglée par un organisme de sécurité britannique pour avoir déversé des hydrocarbures.

La plateforme Total avait déjà déversé du pétrole et du gaz en mer du Nord au cours de ces dernières années. Elgin-Franklin, située à 240 km au large de la ville écossaie d'Aberdeen est menacée d'explosion depuis quatre jours en raison d'une fuite de gaz. Comme d'autres infrastructures de ce type, elle aurait régulièrement déversé des hydrocarbures en mer du Nord entre 2009 et 2010. C'est ce qu'indique LeMonde.fr, citant un article du "Guardian" datant de juillet 2011. Au rythme d'une fuite par semaine, quelques 34.000 kg d'hydrocarbures se sont répandues, selon un rapport de l'organisme britannique "Health and safety executive", que s'était procuré le quotidien d'outre-Manche.

Total sanctionnée plusieurs fois

Dans le classement des compagnies responsables du plus grand nombre de fuites, Total figurait même en deuxième position derrière Shell. Le groupe Français, qui compte une vingtaine de plateformes pétrolière dans cette zone, a même été sanctionné plusieurs fois par l'organisme britannique, comme l'avait exposé le journal écossait "Herald Scotland".

L'origine de la fuite détectée

 "Ce que nous savons, c'est que la fuite provient d'un puits désaffecté, un puits qui a été bouché il y a un an, dans une formation rocheuse à 4.000 mètres de profondeur", a expliqué une porte-parole du groupe pétrolier Total.

Total a réussi à localiser dans un puits désaffecté à 4.000 mètres de profondeur la fuite de gaz qui l'a obligé à évacuer une de ses plateformes en mer du Nord, à cause des risques d'explosion. Une torchère brûle depuis dimanche suite à une fuite de gaz sur une des plateformes en mer du Nord de Total. Le pétrolier explique que lorsqu'une plateforme est fermée en urgence, la torchère "ne peut être entièrement purgée". Il reste donc du gaz dans le système mais une fois qu'il sera évaporé, elle "s'éteindra d'elle-même", espère le groupe. Ce qui peut prendre encore plusieurs jours.

Boucher le puits, creuser un puits de secours ou... attendre

Si la localisation de la fuite est "un pas important" pour la suite, selon l'expression de Total, elle laisse toutefois ses experts devant trois options difficiles, compte tenu des risques de déflagration qui ont conduit à l'évacuation des quelque 200 employés de la plateforme dans la nuit de dimanche à lundi.

La première serait de boucher le puits avec des boues de forage, mais il faudrait pour cela que des techniciens montent sur la plateforme aujourd'hui inaccessible et autour de laquelle une zone d'exclusion maritime de 3,7 km a été instaurée. Une autre option serait de creuser "un puits de secours", ce qui, dans ce secteur, pourrait prendre six mois, reconnaît Total. Troisième solution, attendre que la fuite se tarisse.

Les conditions météo restent favorables

Il existe toujours un risque d'explosion si le vent change de direction, mais les dernières prévisions météorologiques restent favorables. "La situation est la même qu'hier" sur cette plateforme située à 240 km au large de la ville écossaise d'Aberdeen. "On en est toujours au même point", a indiqué une porte-parole à l'AFP, qui a souligné que les conditions météo restaient inchangées avec un "vent soufflant de l'ouest" et écartant pour l'instant le gaz de la flamme.

Des navires à incendie se tiennent "prêts à intervenir" en cas de besoin, comme il est expliqué dans la vidéo suivante.

François Hollande s'engage à réviser le code minier"

Du côté des réactions politiques, François Hollande s'engage, s'il est élu, à "réviser le code minier", pour "encadrer très strictement les activités d'exploration et d'exploitation de mines d'hydrocarbures off shore", a déclaré son équipe jeudi, après l'accident sur une plateforme en mer du Nord.

Il s'engage aussi à "porter, au plus haut niveau européen, une proposition de réglementation clarifiant notamment les responsabilités financières des compagnies (principe pollueur-payeur) tout en anticipant des plans d'urgence efficaces en cas de sinistre", ajoute-t-elle.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2012 à 13:47 :
TOTAL
TOTALEMENT RESPONSABLE

(slogan de GREENPEACE il y a quelques années)
a écrit le 30/03/2012 à 11:08 :
Si c'est bien payé, il va y avoir des volontaires pour aller éteindre la torche
a écrit le 30/03/2012 à 2:46 :
Une grosse fuite comme ca en mer du nord... Ca va mettre le litre de super à combien??
a écrit le 29/03/2012 à 22:19 :
34 tonnes = un camion...
a écrit le 29/03/2012 à 19:24 :
TOTAL, LA MARQUE QUI NIQUE TA MER !!!!
a écrit le 29/03/2012 à 14:10 :
Recommandations chinoises pour le programme socialiste
(classement 2011 des entreprises françaises les plus influentes)
BNP - à casser par une loi séparant le retail du marché
Total - à casser car pollue + créer supertaxes + garder ouvertes les raffineries déficitaires + financer les automobilistes
GDF Suez - empecher de développer les reserves non conventionnelles de gas + forcer a développer du solaire non compétitif
Societe Generale - à casser par une loi séparant le retail du marché
Axa - interdire les probabilités dans les assurance?
France Telecom - Interdire l expansion dans les pays émergents? Obliger a des forfaits gratuits?
SNCF - interdire les TGV pour protéger le paysage et augmenter les salaires
Sanofi - forcer des développer des médicaments pour les populations non solvables, offrir les vaccins, ouvrir les génériques au bout de 5 ans
Credit Agricole - à casser par une loi séparant le retail du marché
EDF - fermer les centrales nucléaires et bloquer le prix de l electricite
Vivendi - fermer la TV payante (canal +), interdire les jeux video violents (Activision)
Vinci - retirer les concession d autoroutes
Renault - forcer a garder des usines a haut cout de production
St Gobain - y a t il un scandale sanitaire (amiante ou autre???)
L'Oreal - Faire partir et dégoûter Mme Bettancourt pour faciliter une vente a Neste
Schneider - empêcher une fusion??
Dior - bouter B Arnault hors de France en augmentant les taxes a 100%
Danone - faciliter une OPEA étrangère et interdire le Dasani
Airbus - interdire l A380 car trop gros
Areva - remplacer les ingénieurs par des poseurs de panneaux solaires
Airbus - baisser les depenses d armement
Dassault - baisser les depenses d armement
Bollore - mettre des bâtons ds les roues en Afrique
CMA - CGM - forcer les navires a prendre un pavillon français + soutenir les grèves dans les ports
Veolia - casser les contrats publics
Arkema - interdire les produits chimiques au profit du bois et du bio
Alstom - augmenter les salaires des ouvriers pour renchérir les produits a l export
La Poste - éviter la modernisation
Air France - éviter que la compagnie redevienne rentable en supportant les syndicats
PPR - cf Dior
Lafarge - droits de pollution + scandale humanitaire?
...
Réponse de le 29/03/2012 à 15:28 :
Bien résumé. Y aura t il la soupe populaire pour tout le monde?
Réponse de le 30/03/2012 à 6:04 :
(Projet économique socialiste a écrit le 29/03/2012 à 16:10 :)
...La vie contre la destruction par le mercantilisme aigu.

Delphin (pas spécialement socialiste)
a écrit le 29/03/2012 à 13:30 :
La plateforme a été évacuée, ce qui veut dire qu'il n'y a personne sur place pour effectuer des mesures, des contrôles etc...et Total nous dit que c'est un vieux forage qui fuit...Ils ont une super boule de cristal chez Total. Ce vieux forage obturé est bien pratique si dans le cas d'une explosion et destruction de la plateforme les assurances devaient être mise à contribution. Thèse plus facile à défendre qu'un défaut d'entretien de conception ou de conditions d'exploitation qui engagerait plus largement la responsabilité de Total.
a écrit le 29/03/2012 à 13:30 :
La plateforme a été évacuée, ce qui veut dire qu'il n'y a personne sur place pour effectuer des mesures, des contrôles etc...et Total nous dit que c'est un vieux forage qui fuit...Ils ont une super boule de cristal chez Total. Ce vieux forage obturé est bien pratique si dans le cas d'une explosion et destruction de la plateforme les assurances devaient être mise à contribution. Thèse plus facile à défendre qu'un défaut d'entretien de conception ou de conditions d'exploitation qui engagerait plus largement la responsabilité de Total.
Réponse de le 29/03/2012 à 14:29 :
parceque la plateforme a été évacuée qu'il reste zéro personnel sur la zone...
Réponse de le 30/03/2012 à 10:49 :
Si vous avez suivi l'actualité vous avez du voir que 4 bateaux sont autour du site, dont un avec un sous marin qui a fait l'inspection.

Donc oubliez la boule de cristal et renseignez vous
a écrit le 29/03/2012 à 13:27 :
PAROLES PAROLES
a écrit le 29/03/2012 à 13:27 :
L'action politique des candidats : réagir immédiatement à chaque évènement qui est repris par les médias en parlant (promesses, engagements, déclaration d'intention, compassion, etc.) , et en (faisant) écrire des projets de loi qui régleront tous les problèmes.
On pourrait en rigoler mais c'est à pleurer. C'est vrai que Coluche est absent. On pourrait faire une loi pour qu'il revienne !
Réponse de le 29/03/2012 à 14:30 :
d'accord avec vous! et après la campagne, il faudra laisser un peu de temps "au peuple" pour oublier toutes les âneries qui auront été débitées, et toutes les promesses non tenues
Réponse de le 30/03/2012 à 12:23 :
Savez-vous s'il existe un site où les promesses des candidats sont listées et suivies de manière à vérifier enfin un jour que les hommes politiques doivent passer des "moyens" aux "résultats" ?
(Voir à ce sujet l'interview de Sarkozy par Arlette CHABOT en 2002 avant les élections, sur les conséquences d'un taux de chomage à 10 % à la fin de son mandant s'il était élu, et sa réponse .... Edifiant ! Il faudrait que cette vidéo passe en boucle sur toutes les chaines de TV !!!!).
Bref, si un journal pouvait un jour faire de l'information avec autre chose que les seules "annonces" des politiciens et permettre à la "France d'en bas" de contrôler véritablement et en temps réel, ses élus et leur faire rendre des comptes si besoin était (comme en Islande en ce moment ou la moité des banquiers ayant entraîné la crise est poursuivie devant les tribunaux -l'autre moitié ayant quitte le pays-).
a écrit le 29/03/2012 à 13:00 :
On ne bâtit pas le droit avec un marteau, à ma connaissance.
Il faudrait donc laisser ceux qui exploitent la planète édicter leurs propres règles.
Quant à stopper la (grosse) fuite, personne ne s'est, pour l'instant, fait connaître. A 4000 m de profondeur, ça ne va pas être facile...
Mais "le risque zéro n'existe pas" répètent-ils, lorsqu'ils ne savent plus quoi faire. A mon avis, ni le risque industriel 0,5, ni celui 0,999999...

Delphin
a écrit le 29/03/2012 à 12:21 :
L'équipe en place est crétine : elle ne prend que des solutions douteuses à la dernière minute. Heureseument que nous allons bientôt voter pour quelqu'un qui pense aux bonnes solutions....
a écrit le 29/03/2012 à 11:24 :
ces politiques qui ne savent pas planter un clou ramènent leurs fraises sur le droit minier . Merci à ceux qui vont stopper la fuite .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :