Top départ pour le plan de restructuration d'Areva

 |   |  332  mots
Luc Oursel, Président du directoire d'Areva / Photo Reuters
Luc Oursel, Président du directoire d'Areva / Photo Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Le Comité de groupe européen d'Areva a rendu vendredi 30 mars un avis négatif au plan de restructuration présentée mi-décembre par Luc Oursel. Ce qui permet au groupe nucléaire de lancer en Allemagne la procédure qui va aboutir de 1.200 à 1.500 suppressions d'emplois. En France, le groupe prévoit « un gel des embauches » sans en chiffrer l'impact.

Après l'avis rendu ce vendredi par le Comité de groupe européen, Luc Oursel va pouvoir lancer officiellement le volet social de son « plan d'action stratégique » présenté mi-décembre, en fait un plan d'économies tous azimuts pour Areva. Les syndicats se sont rendus à la nécessité de rendre un avis, pour ne pas bloquer un processus qui va être long en Allemagne, mais leur avis est négatif.

"La direction ne nous a pas fourni les informations nécessaires. Notre expert n'a pas pu travailler", déclare un membre du comité de groupe européen. "Surtout, aucun des éléments fournis ne permet d'évaluer le plan de charge des établissements et donc l'évolution des effectifs", poursuit-il.

200 à 300 suppressions d'emplois se profilent à La Hague

Localement, les syndicalistes commencent à se faire une idée sur une évolution des effectifs. A La Hague, par exemple, "le plan de charge prévu de 1.500 tonnes par an va passer à partir de 2013/2014 à 1.200 tonnes, ce qui pourrait entraîner une suppression de 200 à 300 postes sur les 3.200 salariés d'Areva sur place", affirme un délégué syndicat sur place.

Muni de cet avis, obligatoire pour pouvoir continuer, Areva va pouvoir lancer son plan. En France, pour l'heure, la direction a prévu deux mesures pour ses 28.000 salariés : le gel des salaires, d'ores et déjà effectif, et le gel des embauches, finalement appliqué principalement, dit-elle, aux fonctions supports.

Mystère sur le nombre de postes visés en France

Quelle part représente ces fonctions supports dans les 1.000 à 1.200 départs annuels à la retraite dans l'Hexagone ? Mystère. La direction se refuse à préciser mais évoque, en coulisse, le chiffre de 300 postes.

En Allemagne, le groupe nucléaire ne va pas fermer l'un de ses quatre établissements dont le principal est à Erlangen, siège de son ancien associé Siemens, mais va supprimer environ un quart de ses effectifs. Quelque 1.200 à 1.500 suppressions d'emplois sont prévus sur 5.700 salariés. Le calendrier n'est pas non plus précisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2012 à 16:47 :
55% des salariés d?Areva pensent que leur salaire est en phase avec leur poste et leurs responsabilités.
Sources : http://meilleures-entreprises.com/recrutement/areva/notation-par-les-salaries
Le site meilleures-entreprises.com vous propose les fiches entreprises vous permettant de trouver des réponses à vs questions, et de renseigner vos revenus : c?est totalement anonyme?
http://www.meilleures-entreprises.com

1895 entreprises y sont évaluées, les métiers détaillés, des offres d'emploi sont diffusées, les salaires communiqués. Une véritable plate-forme qui permet aux recruteurs, aux salariés et aux candidats d'échanger et de partager leurs expériences.

a écrit le 31/03/2012 à 16:05 :
En 2005 la calamiteuse Atomic Anne a fait fermer la division eolien de Jeumont Industrie. Si a l'epoque, cette merveilleuse production de l'elite franco-francaise avait ete un peu plus visionnaire, les activites EnR du groupe contrebalanceraient les pertes nuke, a l'image de Siemens.

Mais voila, nous avons les gouverneant parmis les plus nuls de la planete.
a écrit le 31/03/2012 à 7:42 :
Et le titre perd 5,5% dans la journée de l'annonce, les provisions et les pertes à venir sur les "actifs" Uramin ne sont pas terminées; voir Capital d'avril et http://www.capital.fr/bourse/actualites/rebondissement-dans-l-affaire-areva-uramin-le-double-jeu-de-daniel-wouters-707956
Heureusement que Fukushima excuse tout.
a écrit le 30/03/2012 à 18:43 :
gel des salaires (pas pour tout le monde) = démission de nombreux salariés=recrutement obligatoire pour les remplacer=perte d'efficacité sur les projets en cours=perte d'argent....c'est connu.
Au fait c'est quoi les fonctions supports ? Des gens qui ne servent à rien et que l'on peut virer sans impact sur la société ? Donc des postes déjà inutiles ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :