Pertes astronomiques pour Areva en 2011

 |   |  1468  mots
Luc Oursel, président du directoire d'Areva. Copyright Reuters
Luc Oursel, président du directoire d'Areva. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le groupe nucléaire a publié jeudi soir une perte nette de 2,42 milliards d'euros, la première de son histoire. Ce n'est pas le seul problème de Luc Oursel, le nouveau patron d'Areva, qui doit faire face à cinq dossiers sensibles.

C'est fait. Pour la première fois de sa jeune histoire, Areva finit 2011 dans le rouge. Et pas qu'un peu puisque, le groupe nucléaire a annoncé jeudi soir, une perte nette de 2,42 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires de 8,87 milliards d'euros en recul de 2,6 % par rapport à 2010. Ce mauvais résultat a pourtant très peu à voir avec Fukushima puisqu'il est dû en majeure partie à des dépréciations d'actifs de 2 milliards d'euros, dont 1,45 milliard sur le seul actif minier Uramin, objet de vive polémique avec Anne Lauvergeon depuis des semaines. Déjà, en 2010, Areva avait enregistré des pertes opérationnelles (- 423 millions et 1,9 milliard en 2011) mais avait réussi à afficher un bénéfice net de 883 millions d'euros grâce au 1,2 milliard d'euros qu'avait rapporté la cession d'Areva T&D.

Luc Oursel va-t-il devoir recapitaliser Areva ?

C'est la première question qui se pose. Fin 2010, l'Etat, actionnaire à 83% d'Areva, avait péniblement bouclé une augmentation de capital de 900 millions d'euros (grâce à l'entrée du fonds souverain du Koweit au tour de table), très loin des 3 milliards d'euros réclamés par Anne Lauvergeon à l'époque. Après avoir encore consommé 3 milliards d'euros de cash flow en 2011, qui s'ajoutent aux 7,5 milliards d'euros « brûlés » depuis 2006, Areva ne va-t-il pas devoir rééquilibrer une nouvelle fois sa structure financière ? Ceux qui rêvent de voir EDF entrer au capital d'Areva afin d'assumer clairement la tête de la filière nucléaire française n'attendent que cela.
« Une recapitalisation ne sera pas forcément nécessaire si Areva parvient à tenir ses objectifs présentés en décembre dernier », estime un analyste. Deux conditions : d'abord qu'Areva réalise son plan de cession de 1,2 milliard auquel il faudra ajouter environ 800 millions d'euros, qui pourrait venir de la vente de 20% de sa filiale mines (valorisée autour de 4 milliards d'euros). Ensuite qu'Areva renoue avec la génération de trésorerie. Luc Oursel prévoit ce retour à partir de 2015, avec un solde neutre dès 2013. Le tout accompagné d'une baisse des investissements. « Si tout cela marche, le ratio d'endettement du groupe retombera en 2014 à un niveau acceptable d'environ trois fois l'excédent brut d'exploitation », affirme ce même analyste.

Areva a-t-il encore un marché après Fukushima ?

Encore faut-il que les pertes opérationnelles affichées ces deux dernières années par Areva ne traduisent pas un problème structurel ? « Non », tranche un autre analyste. « Areva a dégagé en moyenne depuis 2002 un excédent brut d'exploitation d'environ 1 milliard d'euros. Si on table sur une érosion de ce chiffre en 2011 après Fukushisma, il est logique que des provisions de 2,4 milliards se traduisent par des pertes de 2 milliards ». Soit, mais quel sera le marché d'Areva dans un monde nucléaire gelé par l'onde de choc de Fukushima ? « Areva ne va pas décrocher de nouveaux réacteurs, à part peut être en Grande-Bretagne, commandés par EDF», prédit Per Lekander, chez UBS. « Il va surement y avoir de nouvelles commandes en Chine, en Russie ou en Inde, mais elles n'iront pas au groupe français. C'est sûr », ajoute-t-il.
Ce n'est peut être pas si grave, même si Luc Oursel table dans son fameux plan de redressement sur la commande de 10 EPR d'ici 2016, soit rien de moins que deux par an. Les analystes eux n'en demandent pas tant. « Rien qu'avec les réacteurs existants, Areva peut gagner sa vie », juge l'un d'eux. Ainsi EDF prévoit d'investir 55 à 60 milliards d'euros dans les années à venir pour mener son parc nucléaire au-delà de 40 ans. Areva le martèle d'ailleurs suffisamment : 80% de son chiffre d'affaires est réalisé avec les réacteurs déjà construits. Sans compter qu'« un EPR commandé aujourd'hui ne rapporterait pas un euro de chiffre d'affaires avant 2016 », rappelle un analyste.

Luc Oursel doit lancer son plan de réduction des effectifs.

En attendant, Luc Oursel doit s'atteler au délicat exercice qui consiste à réduire les effectifs d'un groupe public en plein campagne présidentielle. Déjà en décembre dernier, la décision de « geler les embauches » a fait l'objet d'une communication chaotique au terme de laquelle il n'était plus question que d'appliquer cette mesure aux seules « fonctions support ». Le nombre de postes supprimés est ainsi passé de 1.200 à 300 par an (sur les 28.000 salariés en France). En fait, nul ne connait l'ampleur des suppressions de postes, la direction se refusant subitement à toute estimation. Alors qu'elle travaille depuis des années, avec les partenaires sociaux, sur la gestion des nombreux départs à la retraite prévus (1.000 à 1.200 par an en France). Le Comité de groupe européen a d'ailleurs vu rouge et exigé une expertise dont le rapport est attendu mi-mars. Entre-temps, les élus européens s'exaspèrent de ce que certaines mesures du plan de rationalisation sont déjà mises en ?uvre, comme le gel des salaires. « Certes, mais nous avons versé une prime de 500 euros à la très grande majorité des salariés du groupe qui gagnent moins de 55.000 euros brut par an », tient à préciser Areva.
Parallèlement à la fermeture prévue en 2015 de l'usine belge de Dessel, Areva s'apprête à réduire la voilure en Allemagne en supprimant 1.200 à 1.500 postes (sur 5.700). Aucun calendrier n'a encore été précisé.

Comment se tirer du guêpier Uramin ?

Le nouveau patron d'Areva va devoir aborder cette phase de redressement, crucial pour son groupe, tout en tentant de s'extirper de l'affaire Uramin. Cette acquisition, onéreuse, réalisée par Anne Lauvergeon en 2007 tourne ces dernières semaines au règlement de comptes devant les tribunaux entre Atomic Anne et les dirigeants actuels du groupe, qu'elle a pourtant pratiquement tous nommés. Le fond de l'affaire est simple. Areva a acheté trois mines africaines d'uranium (logées dans la société Uramin) quelque 1,8 milliard d'euros en 2007 avant de ramener leurs valeurs dans ses comptes à 410 millions cette année. En cause : une teneur en uranium inférieure aux prévisions. Aujourd'hui, Areva n'a toujours pas annoncé officiellement le montant des réserves sur lesquelles elle table dorénavant. Pour l'une des trois mines, ce chiffre a été divisé par deux. Au total, c'est encore l'inconnu. Ce qui permet à Anne Lauvergeon d'affirmer que les réserves sont au final de 63.000 tonnes contre 60.000 tonnes prévues.
« Ce n'est pas vraiment le problème », affirme-t-on chez Areva. « On va dépenser 1,2 milliard pour développer la mine d'Imouraren au Niger qui recèle 210.000 tonnes. En Namibie, on a déjà investi plus d'un milliard pour des réserves estimées à 26.000 tonnes ». Au-delà de ces mauvaises évaluations pour un achat effectué lorsque les cours de l'uranium s'envolaient, la polémique s'est déchaînée sur deux questions connexes : le bilan d'Anne Lauvergeon et la gouvernance.
Deux rapports, au moins, ont été commandés sur cette affaire à des officines plus ou moins recommandables par un membre actuel du directoire : Sébastien de Montessus. L'un de ces rapports a abouti à la mise sur écoute du mari d'Atomic Anne, un temps soupçonné de conflit d'intérêt. Le comportement de Sébastien de Montessus, ancien proche d'Anne Lauvergeon, qu'elle a promu à la vitesse de l'éclair, pose une série de questions, auxquelles Luc Oursel, refuse, pour l'heure, de répondre. L'implication du nouveau patron d'Areva n'est d'ailleurs pas non plus élucidée. De son côté, Anne Lauvergeon en fait une affaire personnelle et entend laver sa réputation par une série de procès.

Luc Oursel resserre la gouvernance et se rêve en PDG

A défaut de répondre sur son rôle et celui de son adjoint de Montessus, Luc Oursel a annoncé toute une série de mesures pour resserrer le contrôle sur les prises de décisions dans son groupe. Un rapport interne mené sur Uramin par trois administrateurs indépendants a en effet écarté toute irrégularité ou manque de sincérité dans la procédure mais a conclu à des "dysfonctionnements" dans la gouvernance. Dans la foulée, l'Etat en a profité pour demander qu'Areva change de forme juridique et troque son directoire et son conseil de surveillance contre une direction assortie d'un conseil d'administration. Histoire de faire d'une pierre deux coups. Renforcer le contrôle de l'Etat actionnaire sur le management de l'entreprise tout en résolvant le problème Jean-Cyril Spinetta. L'actuel président du conseil de surveillance d'Areva est résolu à partir depuis qu'il a repris du service opérationnel chez Air France. Nommer PDG l'actuel président du directoire, Luc Oursel, permettrait à Nicolas Sarkozy d'éviter l'épineuse question de la nomination d'un responsable d'entreprise publique en période de campagne. Il faudra faire vite s'il veut que le processus soit validé lors de la prochaine assemblée générale d'Areva le 10 mai prochain.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/04/2012 à 10:36 :
La course à toujours plus de production d'énergie est une folie, alors qu'il faudrait demander aux gens de faire moins d'enfants pour éviter l'explosion démographique en France qui est la mère de tous nos maux : dépendance énergétique accrue, pollution généralisée, dégradation des sites naturels, disparition de la biodiversité, croissance exponentielles des maladies de civilisation dûes aux pesticides, au bruit, aux poussières fines, augmentation en valeur absolue de la criminalité, besoins de financement accrus pour la constructions de prisons, d'hôpitaux, routes, logements sociaux, allocations aux malades et invalides toujours plus nombreux suite aux mauvaises conditions de vie et notamment de l'alimentation.
a écrit le 02/03/2012 à 21:12 :
Comme d'hab', ceux qui sont responsables de ces pertes sont toujours là.
a écrit le 02/03/2012 à 14:08 :
Je ne suis pas compétent pour juger de la gestion d'une grande entreprise mais il est un fait qu'à chaque fois qu'il y a un changement de dirigeant le dernier arrivé a tendance à charger la barque en ce qui concerne la gestion de son prédéceseur ce qui lui permet de présenter l'exercice suivant avec un résultat positif qu'il ne manque pas de mettre à son actif .De bonne guerre semble t-il !!
a écrit le 02/03/2012 à 8:13 :
ce qui est fort gênant dans cet article, c'est que l'on parle d'Areva comme d'une société ... hors c'est un groupe comportant de multiples entités avec des activités propres ... et leurs résultats individuels ne sont pas forcément le reflet de la situation financière du groupe !
a écrit le 02/03/2012 à 8:10 :
Quand je vois la débilité de certains commentaires, je me demande si il n'y a pas eu des fuites ... pas dans les centrales, mais dans les capotes de certains parents !
a écrit le 01/03/2012 à 17:00 :
Encore une gestion de gauche , Anne Lauvergeon ! A droite sont bêtes et à gauche sont nuls. Difficile de choisir .
a écrit le 01/03/2012 à 16:57 :
Disons que pour entreprise privée, elle n'a pas su faire de bénéfice mais on ne peut pas parler de perte, par contre, nationalisé, elle aurai été rentable, sécurisé, et n'aurai pas la une des journaux économiques parce qu'elle n"aurai que ses usagers et pas des clients!
Réponse de le 01/03/2012 à 19:53 :
N'importe quoi, Areva est public à bien plus de 80%...
a écrit le 01/03/2012 à 14:16 :
Il ne faut pas sauver le soldat Areva ! Dehors le nucléaire et la surconsommation électrique !
Réponse de le 02/03/2012 à 8:16 :
Commence par éteindre ton ordinateur, puis ta box internet, puis la box tv, puis ton smartphone, pense à éteindre ton imprimante qui reste en veille, ton micro-ondes qui t'indique l'heure, ta cafetière programmable, débranche ton écran plat, ton lecteur de dvdet la console de jeu qui y sont branchés ... et seulement à ce moment là tu viendras râler sur la surconsommation ... et PAS AVANT !!
Réponse de le 02/03/2012 à 11:41 :
@vivelenuke
toujours dans la caricature les pro nucléaires. Mais si vous aimez tant le nucléaire, faites construire une centrale à côté de chez vous ! Parlez-en aux habitants de Tricastin, ils vous vanteront les mérites d'un tel voisinage. Quand la première puissance européenne renonce à cette énergie dangereuse, on peut se poser en tant que français la question de la pertinence de l'énergie nucléaire. Quant aux économie d'énergie elles se situent avant tout dans le chauffage et l'isolation - où le tout électrique est une débilité franco française. Enlever vos oeillères, le monde bouge et les solutions des années 70 ne sont plus forcément les plus adaptées ! Qu'Areva fasse faillite et bon débarras !
Réponse de le 02/03/2012 à 12:18 :
Oh, je vous ai vexé on dirait ... Mais quand on met dans son commentaire "dehors la surconsommation électrique", faut pas s'attendreà des miracles : vous tendez vous même non pas un baton, mais un gourdin afin de vous faire battre avec ! Quand au reste ... que dire ... vous prenez comme modèle de vertu no chers amis teutons ... soit ... ne sont-ce pas les mêmes qui ont dû redémarrer leurs anciennes centrales au charbon et au fuel pour compenser en partie le manque de production ? bel exemple de vertue écologique ! Ne sont-ce pas les mêmes qui paient leur électricité beaucoup plus cher que les Français ? Je crois bien que si ... ne sont-ce pas les mêmes qui ont importé, pas plus tard que cet hiver, de grosses quantité d'électricité Française parce qu'ils n'en produisaient pas assez ? Ah oui ... on parle bien des mêmes ! Et ça tombe bien que vous parliez du Tricastin : j'habite à Bollène et je viens de Pierrelatte ... ça vous parle ou vous avez juste pioché ce nom au hasard de la liste des sites nucléaires ? J'ai entendu moins de critiques à vis à vis de ce site que je n'en ai entendu sur les 3 éoliennes fraichement plantées à Bollène. Alors c'est bien gentil de ressasser une propagande écolo éculée, ma parler de choses qu'on connait, c'est déjà mieux ... mais le plus apréciable pour tout le monde serait de se taire quand on n'y comprend rien !
a écrit le 01/03/2012 à 14:04 :
Il n'y a pas si longtemps, on nous présentait Anne LAUVERGEON comme un SUPER dirigeant du fleuron de l'industrie nucléaire...
On nous aurait menti? Mince,alors...
Réponse de le 01/03/2012 à 15:05 :
Seule la bêtise humaine donne une notion de l'infini
a écrit le 01/03/2012 à 13:50 :
Mrs Hollande, Melanchon et autres vont apprecier, il n'y aura pas de benefices scandaleux !!!
a écrit le 01/03/2012 à 13:41 :
Mais alors cela voudrait donc dire que ce n'est plus rentable ?! Moralité, c'est dangeureux, malsain et ne rapporte rien, pas mal comme technologie !
Réponse de le 01/03/2012 à 13:57 :
Tus devrais mieux lire l'article !
Réponse de le 01/03/2012 à 14:14 :
Commentaire nul et non avenu.
Réponse de le 02/03/2012 à 8:18 :
Visiblement tu ne sais rien et ne comprends rien à l'énergie nucléaire ... et visiblement à l'économie non plus ...
a écrit le 01/03/2012 à 12:14 :
le nucléaire coûte cher
Réponse de le 01/03/2012 à 13:57 :
Moins cher que beaucoup d'autres types de production...
a écrit le 01/03/2012 à 9:00 :
La politique cette bête immonde fait du tort à la seule compétence du nucléaire Français. Tous les humains font des erreurs y compris Anne Sauvageons. Sauvons le soldat Anne.
Réponse de le 01/03/2012 à 10:36 :
que doit penser monsieur Leny ancien pdg de framatome avant que cela soit devenu AREVA
Réponse de le 01/03/2012 à 17:59 :
Bonjour, mon papa vient de Chernobyl et ma maman de Fukushima et moi j'ai qu'un oeil mais on m'a dit que c'était pas grave parce qu'on y voyait très bien avec un oeil...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :