Robert Bosch lacherait le solaire

 |   |  494  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'équipementier allemand devrait annoncer vendredi qu'il se retire du solaire, foyer de lourdes pertes. Il s'est diversifié en 2008 dans cette activité qui compte 3300 salariés, dont l'avenir est aujourd'hui menacé. Son usine de Venissieux dans le Rhône serait bien évidemment concernée.

« C?est le coup de massue », tonne Marc Soubitez, délégué CFDT et membre du bureau du comité européen du groupe allemand Robert Bosch. Selon ce syndicaliste, Volkman Denner, président du directoire de l?équipementier germanique devrait annoncer, lors du conseil de surveillance de ce vendredi après-midi, l?arrêt des activités photovoltaïques. Il s?agirait bien d?un arrêt, pur et simple, et non d?une vente.

C?est en 2008 que l?équipementier automobile a fait son entrée dans le solaire en achetant Ersol Solar Energy DG renommé Bosch Solar Energy, convaincu alors que cette diversification serait porteuse d?avenir. Il y a investi plusieurs centaines de millions d?euros dont 600 millions sur le site de Arnstadt, qui intègre la totalité de la filière : production de lingots de silicium, tranchage des wafers, découpe des cellules et fabrication des panneaux. Quelque 2000 emplois sont concernés dans cette usine et 3300 avec les deux autres unités allemandes de Prenzlau et Brandebourg, spécialisées dans la technologie des couches minces, l?usine de Vénissieux, dans le Rhône, et la Chine.

Cette sortie du photovoltaïque, qui semblait déjà se dessiner en décembre dernier, est motivée par le niveau des pertes : elles se sont élevées à 1,2 milliard en cumul sur 2010 et 2011 du fait du dumping chinois sur les prix, en particulier. En 2012, selon nos informations, le déficit opérationnel serait pratiquement égal aux 470 millions d?euros de chiffre d?affaires, environ, de cette branche. Jusqu?au dernier moment, le personnel espérait que, au moins, la partie aval de cette division serait épargnée, à savoir les cellules et le montage des modules.

Un choc pour l'usine de  Vénissieux

Guy Maugis, le président de Robert Bosch France se déplacera ce vendredi à Vénissieux pour annoncer la nouvelle. Le choc sera dur pour cette usine, qui, longtemps, dédiée à la fabrication de pompes à moteurs diesel, avait accepté de sacrifier une partie de ses RTT. Puis menacée de fermeture, et du fait d?un dialogue social de qualité, elle avait été reconvertie en 2011 dans la fabrication de panneaux : 25 millions injectés environ dans deux lignes et formation de quelque 250 employés.

« La transformation est une réussite de l?avis de tous les observateurs, les 2/3 de ce qui est fabriqué à Vénissieux est destiné au marché français où la visibilité pour cette énergie s?améliore avec les nouvelle mesures gouvernementales », plaide Marc Soubitez. « Arrêter un tel outil qui a su conquérir des clients, il n?en est pas question. Il sera de la responsabilité de Robert Bosch France de le reprendre ». Ce site tourne à plein de sa capacité (160 mégawatts). « Nous sommes passés à quatre équipes et la direction a commencé à faire appel à des intérimaires, une dizaine », ajoute, amer, Marc Soubitez. L?homme est déterminé à prendre une nouvelle fois le flambeau.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2013 à 22:25 :
Tant mieux pour tous les employés de cette usine de Vénissieux si l'activité est maintenue,ce sera un rayon de soleil dans la grisaille des fermetures et ça évitera à notre ministre de jouer à 1,2,3 soleil!
On croise les doigts pour vous et bon courage!
a écrit le 21/03/2013 à 22:01 :
Ce n'est que le dernier exemple en date. Nos élites politiciennes nous ont présenté le solaire comme étant une source de croissance économique pour le futur. Ils n'avaient pas fini leur discours que la Chine envahissait le marché mondial de panneaux solaires bon-marchés. Résultat: Les investissements écologiques financés par notre argent enrichissent l'Asie et les sociétés européennes qui s'étaient lancées dans le domaine ferment les unes après les autres. Quand est-ce que nos politiques vont enfin comprendre que la globalisation n'est pas viable si l'UE doit être en compétition avec les coûts chinois? Et que l'on arrête de nous vendre "La solution est dans l'innovation", les chinois savent aussi innover (leurs universités forment d'ailleurs plus d'ingénieurs par année que le nombre total d'ingénieurs aujourd'hui en activité en Europe)
Réponse de le 22/03/2013 à 9:59 :
"Selon les estimations de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, 14 500 emplois ont été détruits dans la filière photovoltaïque entre 2010 et 2012, soit près d'un poste sur deux en France." Que devient Photowatt "sauvé" par EDF en 2012 ?
a écrit le 21/03/2013 à 18:51 :
Toujours aussi excellente Marie-Annick Depagneux. Bravo pour la qualité de l'information !
a écrit le 21/03/2013 à 18:18 :
Rien compris ces allemands , ils devraient embaucher Cecile dufflot avec ses 800 000 emplois verts . Elle leur expliquerait comment y arriver .Bon , en même temps , il faudrait qu'elle sache ce qu'est une entreprise ....
a écrit le 21/03/2013 à 16:59 :
Tant que l?on ne mettra pas une éolienne portative dans les postérieurs de nos verts, on continuera à fantasmer et à surtout dépenser l?argent des escroqués qui se sont laissés avoir. A quand la vérité sur la voiture électrique également ?
a écrit le 21/03/2013 à 16:54 :
Le succès du solaire dépend directement du prix du pétrole. A 150 dollars, ça aurait été rentable de continuer, à 108 ça ne l'est pas...
a écrit le 21/03/2013 à 13:58 :
les Chinois eux-mêmes font faillite, la recherche est insuffisante et le photovoltaïque ne devrait pas être la seule ligne de produits, on pourrait y adjoindre une fabrication de modules à effets peltier par exemple.
On a été au bout du rendement théorique c'est bien en cherchant les UV et IR, mais pas trouvé encore le moyen d'adapter en série des technologies d'extrusion bien moins coûteuses au m².
a écrit le 21/03/2013 à 13:47 :
Il devenait déjà très difficile de justifier le rachat à des prix largement supérieurs à ceux du marché de l'électricité photovoltaïque, si à présent c'est juste pour faire travailler les chinois, il vaut mieux arrêter tout de suite.
Réponse de le 21/03/2013 à 14:50 :
@albert
dis moi Albert, c'est quoi le prix de revient d'un kWh solaire ? juste pour savoir comment est fondée cette jolie phrase du café du commerce " Il devenait déjà très difficile de justifier le rachat à des prix largement supérieurs"
Réponse de le 21/03/2013 à 20:24 :
Environ 17 centimes dEuro le kWh pendant trente ans.
Réponse de le 22/03/2013 à 10:25 :
Pire que café du commerce, il y a "mais vous n'avez pas compté le cout des destructions des centrales nucléaire". Argument plus que contestable, limite débile, mais si politiquement correct...
Limite débile, car avec une telle différence de prix, on peut se payer tout ce qu'on veut en destruction et reconstruction et on va meme pas s'approcher du cout de ces énergie "alternatives"...dont bien entendu on a pris compte le recyclage dans le cout... Panneaux solaires : autant d'énergie pour les fabriquer que ça en produit pdt 15ans! Et ces hurluberlus vont nous expliquer qu'il faut continuer! Pire que les croyances médiévales! Et c'est eux qui veulent nous mettre au bucher!
Réponse de le 25/03/2013 à 14:19 :
Energy payout time d'un module solaire fabriqué en 2012: 1 à 2 ans en fonction du module et de l'ensoleillement de l'installation. Je suis loin d'être anti-nucléaire mais il est bon de débattre avec des chiffres à jour.
a écrit le 21/03/2013 à 12:22 :
Que fond nos élus pour sauvegarder l'industrie des énergies renouvelable ? La fin des sudventions a été remplacé par quoi ? Aucune volonté de mettre en place les obligations pour l'installation de panneau solaire français voir Europeen .
L?industrie européenne salue « une étape importante dans la procédure anti-dumping et antisubventions actuelle »
Bruxelles, le 05 mars 2013 - La Commission européenne lance la procédure d?enregistrement sur les importations de produits solaires en provenance de Chine dans le cadre d?éventuels droits anti-dumping et droits compensateurs
C'est trop tard pour BOSCH Vénissieux ... - 200 personnes
Réponse de le 21/03/2013 à 22:10 :
Il n y a pas que 200 personnes, malheureusement
a écrit le 21/03/2013 à 11:15 :
Encore un grand merci à l'Europe pour protéger ses entreprises du dumping chinois !
Réponse de le 21/03/2013 à 13:55 :
même suntech dégringole, suntech est un leader chinois du solaire...
Réponse de le 21/03/2013 à 14:51 :
@ Stranger: oui, mais c'est plus lié à une restructuration du marché chinois, d'autres entreprises comme Jinko Solar sont en pleine croissance et en Europe c'est faillite après faillite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :