Jean-Luc Candelon, Scopelec, le déployeur d'énergie

 |   |  275  mots
Jean-Luc Candelon, Scopelec / DR
Jean-Luc Candelon, Scopelec / DR (Crédits : DR)
[PORTRAIT] L’économie sociale et solidaire est la grande révolution copernicienne : même des sociétés anonymes « classiques », respectant les règles de l’économie de marché, cherchent du sens et une utilité sociale dans le qualificatif d’économie sociale et solidaire. Portraits de ces chercheurs de solutions nouvelles qui changent le monde.

« J'ai fait des études de sports. Je voulais être professeur, mais il fallait que je quitte ma région et je n'en ai pas eu envie. »

C'est l'attachement à sa commune natale de Revel (Haute-Garonne) qui a conduit Jean-Luc Candelon à entrer en 1978 chez Scopelec, une coopérative créée par quelques personnalités locales sur un marché alors en plein essor, celui de l'installation téléphonique.

Le jeune homme apprend son métier sur le terrain, mais, « seul à avoir fait des études », il se retrouve vite à travailler aux côtés du dirigeant de la Scop.

Avant de prendre, dix ans plus tard, la tête de cette PME restée très locale et comptant alors 45 salariés. Conscient que le marché des télécoms va se concentrer, il décide de déployer l'entreprise sur le territoire national et de la diversifier, vers l'énergie notamment. Et ce, à coup d'acquisitions. Au risque de perdre sa spécificité de Scop ?

« La notion de groupe coopératif n'a pas de réalité au sens juridique, indique le dirigeant. La Scop, avec ses 750 salariés dont 500 associés, reste la maison mère. Les entités acquises sont des filiales d'une holding contrôlée par la Scop. Mais nous essayons de maintenir dans l'ensemble de notre groupe de 2.300 personnes un état d'esprit très orienté vers l'humain, avec le souci permanent de la pérennité des emplois. »

Jean-Luc Candelon estime avoir acquis en France la taille critique. « Notre développement, on va aller le chercher à l'étranger, notamment en Afrique. » À 58 ans, il commence aussi à songer à sa succession, avec la fierté d'avoir « fait le job ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :