Hydrogène vert : McPhy choisit Belfort pour construire sa gigafactory

La PME drômoise, spécialisée dans la production et le stockage d'hydrogène bas carbone, a présélectionné le site de Belfort (Bourgogne-Franche-Comté) pour construire son usine géante d'électrolyseurs. A la clé : la création de 500 emplois directs.

3 mn

(Crédits : Barjane – GBL Architecture)

Bonne nouvelle pour la filière hydrogène tricolore. McPhy, pionnière de l'hydrogène vert, a annoncé, ce jeudi 20 mai, avoir présélectionné le territoire de Belfort (Bourgogne-Franche-Comté) pour construire sa gigafactory. Cette usine géante sera dédiée à la fabrication d'électrolyseurs. Ces équipements industriels permettent de produire de l'hydrogène propre en cassant la molécule d'eau grâce à un courant électrique bas carbone. La molécule d'eau est alors séparée en oxygène et en hydrogène.

"Cette future usine aura vocation à jouer un rôle majeur dans le passage à l'échelle industrielle de l'électrolyse, condition indispensable pour que l'hydrogène vert atteigne les objectifs de décarbonation fixés par le gouvernement français et les autorités européennes", a déclaré Pascal Mauberger, président de McPhy, dans un communiqué.

500 emplois directs à la clé

L'usine doit entrer en production dès le premier semestre 2024, avec une montée en charge progressive jusqu'à atteindre une capacité de 1 GW par an. Elle viendra compléter la production d'une première usine située en Italie.

Au total, McPhy prévoit d'investir entre 30 et 40 millions d'euros pour construire sa gigafactory. A la clé : la création de plus de 500 emplois, dont environ 400 en France et une centaine en Allemagne et en Italie. Plusieurs centaines d'emplois indirects pourraient également être créés en France et en Europe, assure la PME. A l'horizon 2026/2028, l'entreprise espère compter quelque 750 employés,  contre une centaine aujourd'hui.

Belfort, vallée de l'énergie

 "Le choix de Belfort conforte l'écosystème de la Vallée de l'Energie et illustre pleinement l'attractivité pour les porteurs de projets du Nord Franche-Comté", a commenté le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, alors que le territoire a souffert de réductions d'emplois et d'activités sur ses sites phares de General Electric et Alstom.

 En compétition avec d'autres territoires, le site a tiré son épingle du jeu grâce à son "écosystème industriel et de R&D", sa "localisation géographique au sein d'un carrefour de l'Europe" et au soutien des pouvoirs publics, explique McPhy. Le projet a en effet reçu 10 millions d'euros du fonds Maugis, rappelle France Bleu. Ce dispositif a été créé avec les 50 millions d'euros de pénalités versés par General Electric, pour non respect de ses engagements en termes d'emplois.

Dans l'attente de financements européens

Le choix de Belfort n'est toutefois pas encore définitif. La présélection doit être confirmée d'ici la fin 2021, après la finalisation des études préliminaires, l'obtention des autorisations administratives, et sous réserve notamment de la validation des financements européens sollicités dans le cadre du processus IPCEI (pour Important projet of common european interest). Ce "projet important d'intérêt européen commun" doit permettre de déroger aux règles de marché pour soutenir la filière, à l'image de l'Airbus des batteries.

La France entend devenir l'un des leaders mondiaux de l'hydrogène et va investir 7 milliards d'euros sur cette technologie d'ici 2030. La compétition est loin d'être gagnée puisqu'aujourd'hui près d'une trentaine de pays dans le monde s'est dotée d'une stratégie pour développer massivement la production et l'usage de l'hydrogène bas carbone.

Lire aussi 10 mnHydrogène vert : une révolution aussi prometteuse que complexe

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 21/05/2021 à 12:47
Signaler
on n'a pas trop acces aux vrais chiffres mais ils ont fait une augmentation de capital colossale, avec un changement de taille qui laisse un peu perplexe faut leur souhaiter bonne chance, mais de tels changements ca se passe rarement sans encombre

à écrit le 21/05/2021 à 3:37
Signaler
Si je me trompe pas c'est cette société qui stocke l'hydrogene dans du carbone ou graphite.On entend jamais parler d'eux dans les médias, pourtant elle n'est pas récente ! C'est l'avenir l'hydrogène ,n'était il pas le composé que l'on trouve le plus...

à écrit le 20/05/2021 à 22:57
Signaler
Je me demande où ils vont acheter l’électricité verte? Vont-ils la produire eux-même pour garantir l'origine verte? Dans ce dernier cas il faudra construire l'usine à côté d'un barrage ou un parc d'éolienne. La perte d’énergie de l'hydrogène entre l...

le 21/05/2021 à 8:01
Signaler
Je crois qu'il faudrait produire/consommer 2 à 3 fois plus d'énergie par rapport de l'électrique à batterie pour faire rouler la voiture. Je ne comprends pas pourquoi l'on s'entete dans cette voie. Bon, après pour des véhicules lourds (bateaux, train...

à écrit le 20/05/2021 à 19:00
Signaler
Belfort n'est pas dans le Grand Est mais en Bourgogne Franche-Comté

à écrit le 20/05/2021 à 14:03
Signaler
Encore des espaces qui seront artificialisés par la construction de l'usine (giga); effectivement rien d écolo la dedans !

à écrit le 20/05/2021 à 13:21
Signaler
L'hydrogène n'a rien de vert

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.