Loi Climat : pour le gouvernement, le Sénat franchit des lignes rouges

Le Sénat s’est attelé lundi à l'examen en première lecture du vaste projet de loi Climat, inspiré des travaux de la Convention citoyenne voulue par Emmanuel Macron. Si les élus de la Chambre haute ont affirmé avoir rehaussé les ambitions écologiques du texte en commission, le gouvernement dénonce le franchissement de plusieurs lignes rouges, notamment sur la lutte contre l’artificialisation des sols ou l’utilisation d’engrais azotés, et a d'ores et déjà déposé plusieurs amendements.

6 mn

Le projet de loi Climat traduit une partie des 146 propositions de la CCC qu'avait retenues Emmanuel Macron, de la suppression de certaines lignes aériennes intérieures en cas d'alternatives de moins de 2h30 en train à l'interdiction de la mise en location des logements passoires thermiques en 2028.
Le projet de loi Climat traduit une partie des 146 propositions de la CCC qu'avait retenues Emmanuel Macron, de la suppression de certaines lignes aériennes intérieures en cas d'alternatives de moins de 2h30 en train à l'interdiction de la mise en location des logements passoires thermiques en 2028. (Crédits : Reuters)

Après le temps des députés vient celui des sénateurs : la Chambre haute s'est emparé, lundi 14 juin, du vaste projet de loi Climat inspiré des propositions de la Convention citoyenne (CCC), adopté à l'Assemblée nationale le 4 mai dernier. De 69 articles dans sa version initiale, il en compte désormais 218 - un chiffre qui pourra encore gonfler. Car l'examen en première lecture se veut « ambitieux » : avec près de 700 amendements adoptés en commission et plus de 2.000 en séance publique, les sénateurs entendent faire évoluer le texte.

« Avancer concrètement », « rendre crédibles les engagements européens de la France », « apporter une dimension positive » ou encore « redonner la main aux territoires » : en commission, les élus se sont montrés critiques sur le travail du gouvernement et les modifications apportées par les députés, dénonçant un texte « qui ne satisfait personne pour satisfaire tout le monde ».

Jusqu'à accuser, pour certains, les députés d'avoir fait preuve de « frilosité », alors même que le texte devrait permettre à la France d'atteindre les objectifs exigeants qu'elle s'est fixés, en application de l'Accord de Paris, de neutralité carbone d'ici à 2050. A la Chambre haute, force est de constater que le débat a été plus ouvert : 5% seulement des amendements déposés en commission ont été jugés irrecevables, contre 26% à l'Assemblée - un chiffre qui avait fait bondir plusieurs parlementaires, dénonçant un « déni de démocratie ».

Interdiction des publicités pour les voitures les plus polluantes en 2028

Les sénateurs ont ainsi réécrit plusieurs articles, de manière à « rehausser l'ambition » globale du texte. Parmi lesquels celui sur la mise en place de l'affichage environnemental : ils ont accéléré sa mise en place obligatoire, en fixant une date butoir de lancement des expérimentations six mois après la publication de la loi. Par ailleurs, la rénovation énergétique des logements a été enrichie, avec notamment la disparition programmée des logements de classe D en 2048. Sur le volet transport, ils ont approuvé une baisse de la TVA sur les billets de train, de 10% à 5,5%, afin d'inciter à ce mode de déplacement - c'était l'une des propositions des 150 citoyens, qui avait été rejetée par le gouvernement et les députés.

Lire aussi 9 mnLoi Climat : tout juste voté à l'Assemblée, le texte continue de diviser

La Chambre haute s'est aussi montrée impliquée dans les questions sociales : les élus ont voté un prêt à taux zéro mobilité pour faciliter l'acquisition d'un véhicule moins polluant pour les ménages modestes, donné un coup de pouce à la vente en vrac, et plaidé pour la création d'un chèque nutritionnel pour les plus démunis.

Quant à la question de la publicité, qui avait déchaîné les passions à l'Assemblée, les sénateurs ont su y mettre leur grain de sable. Alors que les 150 souhaitaient l'interdire sur tous les produits polluants, les députés s'étaient contentés de la bannir pour les énergies fossiles, suivant la proposition du gouvernement. Or, dans le texte de la commission du Sénat, les publicités pour « les produits à impact environnemental excessif » dans l'audiovisuel public seront proscrites dès 2023 dans l'audiovisuel public. Et celles pour les voitures les plus polluantes, dès 2028. Un ajout jugé inutile par le gouvernement :

« D'ici là, il n'y aura plus aucun modèle de véhicule [...] autorisé au-dessus du seuil défini [pour considérer que le véhicule figure parmi les plus polluants, ndlr]. Ce changement se fera avec ou sans cette disposition dans la loi », estime-t-on au ministère de la Transition écologique.

Libre choix aux collectivités

Ce sont pourtant des « avancées », estime le groupe écologiste du Sénat. Mais celles-ci ne doivent pas masquer plusieurs « reculs », dénonce-t-il. Notamment sur la problématique de la lutte contre l'artificialisation des sols, volet entièrement revu par les sénateurs pour privilégier une « approche territorialisée » et assouplir les délais. Et ce, en « faisant confiance aux élus locaux pour s'inscrire eux-mêmes dans la trajectoire » de zéro artificialisation net, avait précisé Jean-Baptiste Blanc, rapporteur pour ce volet. Même discours sur les zones à faible émission (ZFE), qui limitent la circulation des véhicules les plus polluants dans les agglomérations : les élus de la Chambre haute ont donné libre choix aux collectivités territoriales de définir leurs modalité, et décalé les échéances.

Lire aussi Loi Climat : le Sénat veut « redonner la main » aux territoires en matière de transition

Sur le volet alimentation, par ailleurs, ils ont maintenu l'expérimentation des menus végétariens hebdomadaires à la cantine plutôt que de demander leur pérennisation, comme voté par les députés. Une décision incompréhensible pour le ministère de la Transition écologique, qui souligne un « bilan positif » des tests déjà menés en la matière, et prône désormais la généralisation. Le WWF France a lui dénoncé un « détricotage » de la mesure, et Greenpeace une ambition « revue à la baisse ».

Autre point dur : l'encadrement prévu pour les engrais azotés, dont la matière première est, entre autres, l'ammoniac - un gaz dangereux pour la santé. Alors que les députés prévoyaient de taxer son utilisation, les sénateurs ont plutôt prévu un plan, « Eco-Azot », rassemblant des mesures d'accompagnement des agriculteurs afin de réduire l'usage de ces engrais. A défaut de réussite de ce plan seulement, une redevance serait envisagée, mais uniquement au niveau européen. « C'est bien moins ambitieux que l'équilibre initial trouvé », regrette-t-on au ministère de la Transition écologique.

Commission mixte paritaire

Contre le franchissement de ces « lignes rouges », le gouvernement a déposé une vingtaine d'amendements, parmi une soixantaine en tout. Le texte doit être validé définitivement fin 2021 et être complété par un volet constitutionnel, afin d'inscrire le climat dans la Loi fondamentale.

En cas de non-entente des deux assemblées, une commission mixte paritaire (CMP) sera réunie, afin d'aboutir à la conciliation. Mais le gouvernement l'assure : « On ne souhaite pas que la CMP se fasse au détriment de la qualité du texte ». Reste qu'il affiche une « détermination totale » pour adopter celui-ci « avant la fin du quinquennat ».

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 16/06/2021 à 9:47
Signaler
Les engrais azotés sont la cause directe des zones mortes à savoir ces phénomènes particulièrement inquiétants qui se multiplient et grossissent et dont les médias de masse ne parlent jamais certainement parce que la cause directe a été établie.

à écrit le 15/06/2021 à 17:00
Signaler
Les ayatollahs du vivre mal, et leur gourou élyséen se fâchent à la première contradiction. Ce sont des pétinistes rances, et leur Loi de circonstance sur le climat est une vaste fumisterie.

à écrit le 15/06/2021 à 16:09
Signaler
preuve en est que ce gouvernement est anti-démocratique voire totalitaire : seule sa parole fait loi ! Qu'il dégage !

à écrit le 15/06/2021 à 13:16
Signaler
depuis son election m macron se croit seigneur de france erreur il n'a qu'un mandat de 5ans pour representer le peuples francais et les senateurs comme pour les deputes il ne sont pas oblige de suivre les desirs du president

à écrit le 15/06/2021 à 10:33
Signaler
Il est passé où le discours du gouvernement sur la démocratie après la gifle reçue par notre président? Visiblement ils l'ont perdu et vont vite repenser au 49-3

à écrit le 15/06/2021 à 7:48
Signaler
Les représentants du peuple souverain non pas a suivre un gouvernement aux ordres d'intérêts particuliers mais jouer sur le collectif!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.