Pékin crée une police environnementale pour réduire la pollution

 |  | 375 mots
Lecture 2 min.
Si sur le papier le plan de Pékin est prometteur, il faudra plus que la capitale chinoise pour faire avancer les choses.
Si sur le papier le plan de Pékin est prometteur, il faudra plus que la capitale chinoise pour faire avancer les choses. (Crédits : Reuters Kim Kyung Hoon)
Le maire de la capitale chinoise entre en guerre contre les barbecues en plein air et autres incinérations d'ordures, qui contribuent à dégrader la qualité de l'air. La Chine prend très à cœur le problème de la pollution et mise sur les énergies renouvelables pour réduire sa consommation de charbon.

De l'air saturé aux particules fines à ne plus pouvoir en respirer. Confrontée à une pollution rampante, Pékin a durci le ton ces dernières années, menant une véritable guerre pour assainir l'atmosphère. Face au problème persistant, les autorités ont annoncé la mise en place d'une police environnementale chargée de sillonner la capitale chinois afin d'empêcher les feux illégaux, rapporte dimanche l'agence officielle Xinhua News Agency.

Barbecues en plein air,  incinération d'ordures, de bois ou d'autres matériaux organiques seront directement visés par cette brigade. Déjà considérés comme illégaux, ils résultent "d'une surveillance laxiste et d'une faible application de la loi", a déploré le maire de Pékin, Cai Qi, au cours d'une conférence de presse samedi ajoutant "parfaitement comprendre les préoccupations et plaintes publiques à propos de la pollution de l'air".

Les usines les plus polluantes fermées

Outre cette unité mobile, Pékin a également annoncé d'autres mesures comme la fermeture des 500 usines les plus polluantes tandis que 2.560 autres seront améliorées pour répondre aux nouveaux standards. Environ 300.000 véhicules hautement polluants se verront également interdire l'accès à la ville à partir du mois prochain. D'ici à la fin de l'année, la capitale chinoise espère réduire sa consommation de charbon de 30%.

     | Lire Comment la Chine se prépare à l'après-charbon

Si sur le papier le plan de Pékin est prometteur, il faudra plus que la capitale chinoise pour faire avancer les choses. Alors que la Chine est devenue ces dernières années le premier marché et le plus gros investisseur domestique dans les énergies vertes, le pays fait face à des alertes pollution de plus en plus fréquentes. Le premier week-end de janvier, 24 villes ont ainsi déclenché des alertes rouges après qu'un nouveau nuage de smog a recouvert le nord-est du pays, forçant l'annulation de plusieurs centaines de vols. Ce nouvel épisode de forte pollution atmosphérique survenait tout juste quelques semaines après le dernier, remontant à la mi-décembre et qui avait affecté selon Greenpeace près d'un demi-milliard de personnes.

>> Aller plus loin Energies décarbonées : Pékin à l'offensive dans le monde entier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2017 à 17:59 :
Non ce n'est pas prendre très à cœur le problème de la pollution quand on laisse les multinationales tout polluer.
Réponse de le 10/01/2017 à 1:43 :
C'est sur les barbecue en plein air c'est vraiment un fléau ...... :D
Réponse de le 10/01/2017 à 11:12 :
Voilà, mais c'est typique du fonctionnement de notre système économique, tandis que l'urgence nous montre l'horizon du doigt nos décideurs regardent le doigt.

Au secours.
Réponse de le 13/01/2017 à 20:23 :
Le problème du doigt est le même dans notre pays... Regardez Hidalgo qui empêche les travailleurs d'aller bosser et qui veut les JO, laisse augmenter les trafics aériens, laisse les entreprises s'implanter, pire encore combien de panneau publicitaires/lumières/etc restent allumé ou alimenter constamment? Pourquoi ne demande elle pas aux fabricant de mettre un bouton Marche/arrêt sur les tv/lave linge/etc comme avant?... Tout est fait pour rendre les habitants coupable alors que la vraie pollution peut être bien plus facilement être réduite ailleurs et en masse...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :