TotalEnergies : si les actionnaires rebelles n'aiment pas les émissions de CO2, "ils aiment le dividende" (Patrick Pouyanné, PDG)

Alors que plus de 200 militants écologistes bloquaient l’accès à l’assemblée générale de TotalEnergies, ce mercredi matin, le géant tricolore a maintenu la séance, loin des slogans et des banderoles. Ses actionnaires se sont en effet réunis en ligne, et ont largement approuvé la stratégie climat du groupe, qui prévoit de nouveaux projets d’extraction d’hydrocarbures, malgré la protestation de certains d'entre eux. Explications.

8 mn

Des militants de plusieurs ONG, parmi lesquelles Greenpeace, Alternatiba ou encore les Amis de la Terre, ont bloqué les principaux accès de la salle Pleyel, où se tenait l'AG de TotalEnergies, s'asseyant au sol et se menottant entre eux afin de ne pas être délogés.
Des militants de plusieurs ONG, parmi lesquelles Greenpeace, Alternatiba ou encore les Amis de la Terre, ont bloqué les principaux accès de la salle Pleyel, où se tenait l'AG de TotalEnergies, s'asseyant au sol et se menottant entre eux afin de ne pas être délogés. (Crédits : Reuters)

« We will, we will stop you », chantaient hier des militants écologistes à l'assemblée générale du géant pétrolier Shell, sur l'air du célèbre titre de Queen. « The show must go on », semble leur répondre aujourd'hui la major française TotalEnergies, chahutée à son tour pour la réunion annuelle de ses actionnaires.

Et pour cause, alors même que près de 250 activistes ont bloqué les accès à la salle dès l'aube, ce mercredi 25 mai, les cris des manifestants enchaînés entre eux ne l'ont pas empêché de maintenir l'événement, malgré un amphithéâtre pour le moins clairsemé. Avec à peine dix minutes de retard, celui-ci s'est en effet tenu à huis clos, en ligne, loin des slogans et des pancartes...et presque comme si de rien n'était.

« La séance peut se dérouler normalement. [...] Plus de 28.000 actionnaires sont présents, représentés ou ont voté par correspondance, ce qui représente un quorum de 68,87% des actionnaires », a ainsi souligné le PDG de l'entreprise, Patrick Pouyanné, à l'ouverture.

Surtout, malgré les dénonciations des activistes, les actionnaires ont applaudi le plan climat du groupe : 89% l'ont approuvé, contre 92% en 2021 - année lors de laquelle TotalEnergies se pliait pour la première fois à cet exercice. « Les actionnaires soutiennent la stratégie mise en œuvre à une très, très large majorité », s'est ainsi félicité Patrick Pouyanné.

Tacle aux actionnaires rebelles

Et pourtant, plusieurs investisseurs avaient fait savoir en amont qu'ils s'y opposeraient, parmi lesquels MN, Meeschaert, CNP Assurances, OFI AM, Edmond de Rothschild, La Financière De l'Échiquier (LFDE), Sycomore AM ou encore Mandarine Gestion. Mais également le Crédit Mutuel, bien décidé à se rebeller du fait d'une « forte augmentation de la production des hydrocarbures sur 2019-2030 » et déplorant que « les excédents découlant des prix actuels élevés des hydrocarbures ne soient pas affectés prioritairement à des investissements additionnels dans le renouvelable ». En effet, porté par la hausse des cours de l'énergie, le groupe a dégagé en 2021 un bénéfice record de 16 milliards de dollars, et continue d'investir massivement dans les combustibles fossiles.

« Chacun est libre de ne pas conserver ses actions. [...] Une partie des actionnaires opposés aux nouveaux champs pétroliers et gaziers ont par ailleurs augmenté la part de leurs actions chez TotalEnergies. S'ils n'aiment pas les émissions [de gaz à effet de serre, ndlr], ils aiment le dividende », a taclé Patrick Pouyanné mercredi.

D'autant que le groupe « se transforme », a-t-il une nouvelle fois assuré. Pour atteindre la neutralité carbone au milieu du siècle, celui-ci défend simplement une stratégie des petits pas, avec un glissement progressif vers les énergies décarbonées, entre autres, a ainsi répété le PDG.

La major pétrolière a d'ailleurs annoncé ce matin l'acquisition de 50% de Clearway, le cinquième acteur américain dans le secteur des renouvelables. « Cela illustre notre accélération, après avoir mis la main fin avril sur l'entreprise texane Solar Core », spécialisée dans la prospection et le développement de sites pouvant accueillir de grandes fermes de panneaux photovoltaïques, a insisté Patrick Pouyanné.

Lire aussi 6 mnTotalEnergies : le pic de production de pétrole approche, cap sur le gaz mais avec 80% d'émissions de méthane en moins d'ici 2030

TotalEnergies renvoie la balle aux constructeurs et aux clients

Il n'empêche que cette mutation reste lente. Trop lente, estiment les activistes, qui implorent TotalEnergies de stopper les nouveaux projets d'extraction d'hydrocarbures, comme le préconisait récemment l'Agence internationale de l'Energie (AIE) elle-même, afin de rester sous la barre fatidique des +1,5°C d'ici à 2100 par rapport à l'ère pré-industrielle.

Mais « l'arrêt du pétrole ne serait ni possible, ni souhaitable, face à la demande actuelle d'énergie », a coupé court Marie-Christine Coisne-Roquette, administratrice référente. « La stratégie aura besoin de temps pour produire ses pleins effets », a renchéri Patrick Pouyanné.

L'entreprise reste d'ailleurs l'opérateur d'un projet pour le moins controversé de pipeline de pétrole brut en Afrique de l'Est, baptisé EACOP, dont la mise en service est prévue dès 2025 malgré des impacts délétères sur l'environnement. « Ces pays n'auraient donc pas le droit de développer leurs ressources naturelles au motif que nous, les pays occidentaux, jugerions qu'il y a déjà eu trop de CO2 émis par nous ? », s'est défendu mercredi le PDG de TotalEnergies.

Et d'ajouter que « la façon dont les avions, les trains, les camions ou les bateaux utilisent l'énergie, ce n'est pas nous qui le décidons, mais les constructeurs.

Surtout, la manière d'arriver au net zéro sera certes le résultat d'une politique de l'offre, mais dépendra aussi de la capacité qu'on aura à faire évoluer la demande des consommateurs. [...] Or, la demande de pétrole et de gaz ne baissera pas de 30% d'ici aux dix prochaines années comme l'affirme l'AIE, ce n'est pas vrai. Celle-ci reste plutôt stable, voire a monté ! Je suis prêt à prendre tous les paris », a-t-il poursuivi, assumant son choix de ne « pas prendre en considération » la trajectoire vers la neutralité carbone publiée par l'AIE.

De fait, pour l'heure, TotalEnergies trouverait bien peu d'intérêt à ce que cette demande chute. Car l'envolée des prix des hydrocarbures lui offre des résultats mirobolants, notamment dans le gaz naturel liquéfié (GNL). 42 millions de tonnes de GNL ont ainsi été vendues en 2021, soit un bond de 40% « par rapport à l'avant-Covid », avec un résultat net ajusté proche de 6 milliards de dollars pour cette seule activité.

« C'est le fruit d'un développement et d'une croissance structurelle sur ces dernières années, qui font de TotalEnergies un acteur mondial de premier ordre dans GNL », s'est félicité le directeur financier Jean-Pierre Sbraire.

Lire aussi 5 mnLes bons résultats de TotalEnergies lui permettent de préparer sa sortie de Russie

Le gaz naturel liquéfié toujours au cœur de la stratégie

TotalEnergies compte d'ailleurs pleinement sur le GNL pour assurer sa transition et se désengager progressivement du pétrole à partir de 2025, malgré le caractère fossile et fortement émetteur de cette source d'énergie. C'est même « le premier pilier » sur lequel repose la stratégie du groupe, a insisté Patrick Pouyanné. Avec, notamment, une forte croissance aux Etats-Unis ces cinq dernières années, permettant à la major française de devenir en 2021 le plus gros exportateur de GNL américain (principalement du gaz de schiste), grâce notamment à l'usine Cameron LNG, parvenue à pleines capacités, et ses achats à Freeport LNG et Cheniere LNG. L'entreprise se tourne également vers l'Asie et l'Amérique latine, avec plusieurs projets sur les rails.

« Cela accompagne les politiques récemment annoncées par l'Europe. C'est-à-dire, d'une part, assurer l'approvisionnement en GNL pour se défaire du gaz russe, et de l'autre, accélérer la production d'électricité renouvelables et de molécules décarbonées », a justifié Patrick Pouyanné.

Un nouvel engagement est d'ailleurs apparu fin mars pour appuyer cette stratégie dans le GNL : celui de réduire les émissions de méthane (CH4) de 50% en 2025 par rapport à 2020, et de 80% en 2030. Principal constituant du gaz naturel, le CH4 présente en effet un pouvoir de réchauffement 25 fois supérieur à celui du CO2 sur cent ans. Pour éviter les fuites dans les installations, TotalEnergies, qui affirme les avoir déjà réduit de moitié depuis 2010, a répété mercredi qu'il poursuivrait les améliorations.

Reste que la grande majorité des émissions des combustibles fossiles ne se dégagent pas lorsqu'ils sont mis au point puis acheminés vers les clients, mais quand ils sont brûlés, dans un véhicule par exemple. Un scope qui n'est pourtant pas pleinement pris en compte par la major tricolore, puisque celle-ci s'intéresse principalement à la pollution générée lors des processus de production. Mettant par là même sous le tapis un pan entier de l'impact de ses activités sur le dérèglement climatique à venir.

Lire aussi 7 mnPour s'affranchir du gaz russe, Engie fait volte-face et se tourne vers le gaz de schiste américain, malgré l'urgence climatique

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 27/05/2022 à 14:49
Signaler
Affligeant, effarant que de voir ces tout petits actionnaires insulter ceux qui œuvrent pour la survie de notre planète. Ces individus médiocres se vendent pour quelques euros de dividende, pour un verre de mauvais champagne, pour un stylo et un port...

le 27/05/2022 à 15:35
Signaler
Ce qui est surtout affligeant, c'est de voir 200 gauchistes qui veulent dicter leur lois à la majorité. Ce qu'ils veulent, c'est détruire les industries Françaises. d'ailleurs pourquoi ne vont ils pas manifester en Chine, en Russie, ou dans les pays ...

le 27/05/2022 à 15:49
Signaler
cette minorité d écolos( intégristes )! sont détestés dans l hexagone

à écrit le 26/05/2022 à 19:48
Signaler
actionnaire de Total et rebelle ?

à écrit le 26/05/2022 à 12:46
Signaler
Ce qui est frappant c'est le vide , aussi intense que le vide intersidéral, des propositions écologistes pour lutter contre le rechauffement climatique . Pardon j'oublais le remplacement des sacs en plastiques par des sacs en papier et la planète est...

à écrit le 26/05/2022 à 9:19
Signaler
Les vrais écolos doivent lutter contre la consommation et en premier baisser leur propre consommation: pas de voyages, pas de week-ends, pas de climatisation, pas d'achats non indispensables, pas de biens non locaux, pas de produits qui utilisent des...

à écrit le 26/05/2022 à 1:16
Signaler
Les organisations trans-gouvernementales ont-elles reçu un financement par Total pour favoriser le vote douteux (cf. élection américaine) par correspondance? Aucun intérêt de participer au cirque des AG lorsque l'opposition des actionnaires aux...

à écrit le 26/05/2022 à 0:36
Signaler
Heureusement qu'on a une entreprise comme TOTAL qui a anticipé depuis de nombreuse années tout l’intérêt du GNL. On est pas comme les autres à la ramasse pour trouver des infrastructures pour traiter le GNL. Enfin on est pas comme l'Allemagne soumise...

à écrit le 25/05/2022 à 21:09
Signaler
250 activistes veulent imposer leurs idées par la violence, et empêchent la tenue démocratique d'une AG d'actionnaires en occupant l'espace. Le gauchisme "bien-pensant" est en réalité un fascisme que l'on tolère par lâcheté et soumission...

le 26/05/2022 à 9:49
Signaler
Tous ces dangereux comiques, déconnectés des réalités économiques,sont des individus malfaisants et sectaires qui considèrent que ceux qui ne pensent pas comme eux et qui ne partagent pas leurs idées d'un autre âge, doivent êtres éradiqués....c'est ç...

à écrit le 25/05/2022 à 20:03
Signaler
C'est symptomatique : les écolos veulent que rien ne change, et vivent dans le passé, quelque part. C'est pour ça qu'ils n'ont pas compris qu'on fait les AG en ligne, maintenant. Le plus beau jour de ma vie, c'est demain.

à écrit le 25/05/2022 à 19:09
Signaler
Il n'y a pas plus hypocrites que ces activistes soi-disant pro-climat

le 25/05/2022 à 19:49
Signaler
Activistes contre actionnaires = l'éternel retour

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.