Hydrogène : Air Liquide investit dans un projet d’électrolyseur de grande capacité

 |  | 564 mots
Lecture 3 min.
Désormais associé à Air Liquide, H2V Normandy projette de construire un complexe d'électrolyseurs pour produire de l'hydrogène renouvelable et bas carbone dans l'estuaire de la Seine. L'investissement est estimé à 230 millions d'euros
Désormais associé à Air Liquide, H2V Normandy projette de construire un complexe d'électrolyseurs pour produire de l'hydrogène renouvelable et bas carbone dans l'estuaire de la Seine. L'investissement est estimé à 230 millions d'euros (Crédits : H2V Product)
L’hydrogène est devenu la nouvelle terre promise pour les groupes gaziers. Après Engie associé à Total à La Mède, c’est au tour d’Air Liquide de sortir du bois. Le groupe vient d’annoncer avoir pris une participation au capital de la société H2V Normandy qui porte un projet de complexe d’électrolyseurs XXL dans la zone industrielle de Port-Jérôme, proche du Havre.

C'est la ruée vers le premier élément du tableau de Mendeleiev. Les promesses française et européenne de soutenir massivement le développement de l'hydrogène décarbonée galvanisent les états-majors des géants de l'énergie qui semblent engagés dans une course à l'échalote. A peine quelques jours après que Total et Engie ont confirmé la signature d'un accord pour la construction d'une unité de production d'H2 « vert » au sein de la bioraffinerie de La Mède, Air Liquide avance ses pions à son tour pour ne pas se laisser distancer par son rival.

Un investissement stratégique

Par un communiqué publié le 20 janvier, le groupe indique être entré à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2021 à 16:24 :
Pour faire de l'hydrogène , ils faut de l'électricité .
Donc a moins d'avoir un soleil artificiel ou un grand barrage hydraulique pour produire de l'électricité ... Nous somme dans une impasse .
Je souhaiteraient que notre union construise le grand barrage de Gibraltare , un moyen simple d'avoir une energie décarbonater pour les 200 àns avenir .
a écrit le 22/01/2021 à 9:33 :
On suppose que cet hydrogène décarboné sera fabriqué en utilisant de l'électricité nucléaire. Il y a tout ce qu'il faut en Haute Normandie avec Paluel et Penly.
Mais ce n'est pas clair dans le texte : il faut appeler un chat un chat.
Ce qui nous ramène au problème n°1 : on ne peut pas à la fois flipper sur le CO2 et être contre le nucléaire : les écologistes sont des trouillards qui n'assument rien.
a écrit le 21/01/2021 à 19:05 :
Vive l'hydrogène radioactif... produit 100 % à l'énergie électrique d'origine nucléaire.
a écrit le 21/01/2021 à 13:02 :
C'est une excellente nouvelle que nous groupes industriels se lance dans la production d'hydrogène, en cohérence avec notre stratégie européenne de devenir la première zone CO2 neutre au monde.
Juste un commentaire: pourquoi employer le terme négatif de je cite "course à l'échalotte". Est-ce que vous auriez utiliser ce mot pour qualifier la concurrence entre Nikola et Tesla pour annoncer leur camion à hydrogène/électrique qui relève aussi d'une course à l'échalotte ?
Ayons nous aussi une communication positive quand nos entreprises européennes innovent.
Réponse de le 21/01/2021 à 14:44 :
course à l'échalote n'est ni péjoratif ni négatif, c'est ne pas lâcher le premier
a écrit le 21/01/2021 à 10:26 :
Produire de l'hydrogène dans une zone industrielle n'est pas une solution secure. Ce type de production non polluant mais potentiellement explosif devrait être construit loin de toute zone d'activité ou d'habitation.
a écrit le 21/01/2021 à 8:50 :
Allelluia, l'on achéte des parts dansn le projet de quelqu'un d'autre. Quand je penses que Jean Luc Lagardére lui constuisait des usines.
Comment dire? triste époque.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :