LTDE

Éclairage : par quoi remplacer les ampoules halogènes ?

Depuis le 1er septembre, la vente d'ampoules halogènes est interdite. Il sera toutefois encore possible de les utiliser jusqu'à épuisement des stocks.

2 mn

(Crédits : Pixabay)

Comme celles à incandescence voici quelques années, les ampoules halogènes sont désormais de l'histoire ancienne. Depuis le 1er septembre, en application d'une directive européenne datant de 2015, elles sont interdites à la vente en France, ainsi que sur l'ensemble des marchés européens. Du moins jusqu'à écoulement des stocks, puisque les commerces concernés ont été autorisés à ne pas détruire leurs réserves, même après la date butoir.

Toute nouvelle commande de ces fournitures est en revanche strictement interdite et sanctionnée par la loi. A noter que certaines lampes à culot, utilisées par exemple pour l'éclairage des fours ou des lampadaires, ne sont pas concernées par cette interdiction puisqu'elles ne connaissent pas -pour l'instant- d'alternative valable. Aux mêmes maux, les mêmes réponses. Les ampoules à incandescence étaient fragiles -en raison de leur filament- et énergivores. Les halogenes, elles, ne pouvaient espérer une durée de vie moyenne supérieur à deux ans. De plus, entre 90 et 95% de l'énergie consommée étaient transformés en chaleur, ce qui n'est pas forcément ce que l'on attend d'une lampe... Résultat des courses : en présence d'alternatives plus résistantes et plus économes en énergie, les jours des halogenes étaient comptés. Leur fin est désormais actée. Reste à savoir par quoi les remplacer...

Deux solutions

A part revenir à la chandelle, il existe deux types d'ampoules pour remplacer les halogenes : les diodes électroluminescentes (plus connues sous l'abréviation LED, de l'anglais light-emitting diode) ou les lampes fluorescentes compactes (ou FLC). Deux technologies éprouvées, que nous connaissons déjà, puisqu'elles ont en partie remplacées les ampoules à incandescence après leur bannissement total et définitif au 1er janvier 2013.

Selon des chiffres de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), les LED consomment peu d'énergie et ont une durée de vie potentielle de 40 000 heures ; soit 25 ans, à raison de trois heures d'utilisation moyenne par jour. Une performance qui laisse rêveur lorsqu'on la compare à celles des ampoules halogènes (2.000 heures) et même aux lampes fluorescentes compactes (8.000 heures). Ces dernières, justement, ne remportent donc pas le prix de l'endurance face aux LED. Elles ont également une faible résistance au froid, et sont handicapées par leur allumage progressif. Elles ont en revanche le mérite d'être économes en électricité -puisqu'elles consomment en moyenne six à huit fois moins d'énergie qu'une lampe halogène-, tout en étant moins chères à l'achat que les LED. De quoi faire de belles économies qui compenseront, à long terme, leur coût d'achat supérieur aux ampoules classiques. La Commission européenne a ainsi estimé qu'une ampoule LED permettrait d'économiser 115 euros sur l'ensemble de sa durée de vie, soit tout de même près de cinq euros par an.

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.