LTDE

Passer du vélo mécanique à l’électrique… en quelques gestes

 |   |  499  mots
(Crédits : Gboost_bike_fr)
C’est la promesse de la start-up grenobloise EBike Lite : son kit va vous permettre de faire de n’importe quel vélo un vélo à assistance électrique.

Beaucoup le disent : monter un meuble n'a jamais été aussi simple qu'aujourd'hui. Entre kits d'installation ou autres tutoriels en ligne... Le schéma s'exporte désormais pour le vélo électrique : pas besoin de connaissances techniques pour transformer votre vieux vélo en modèle à assistance électrique ! C'est en tous cas ce que promettent les créateurs de G-Boost, en l'occurrence la start-up EBike Lite, originaire de Grenoble.

Il s'agit là d'un moteur, pesant à peine trois kilos, à monter soi-même et d'une batterie. Le moteur dispose d'une puissance de 300W 42V. Il est étanche à l'eau et à la poussière et promet d'être silencieux. Plusieurs niveaux d'assistance électrique sont au rendez-vous, gérables depuis l'application mobile dédiée (connexion Bluetooth). Vitesse maximale : 25 km/h, largement suffisant pour se rendre au bureau le matin sans transpirer...

La batterie, elle, d'une puissance de 250W, a une autonomie d'environ 1h30, pour un temps de charge complète d'un peu plus de quatre heures. Elle prend la forme d'une gourde et « s'installe en cinq minutes » grâce aux deux inserts prévus pour le support de gourde, expliquent ses créateurs. Un chargeur de 90W est inclus, pour un dispositif qui se veut « compatible avec tous les vélos », sous réserve de besoin d'un adaptateur.

Lire aussi : Aller au bureau, chaque jour, à vélo électrique ?

Dans l'air du temps

Le système mis en place par EBike Lite va dans l'air du temps. Le vélo à assistance électrique est désormais plébiscité par nombre de consommateurs, en dépit de prix qui restent, le plus souvent, bien plus élevés que pour l'achat d'un vélo « classique ».

Dans l'air du temps également car le développement de « nouvelles mobilités », notamment par le biais de la Loi d'orientation des mobilités, va en faveur de l'utilisation du vélo au quotidien. Et plus seulement dans le cadre des loisirs. Sont visés, en particulier, les trajets domicile-travail, que le vélo à assistance électrique est en mesure de rendre bien moins fatigants et plus envisageables, même pour des non-sportifs, lorsque la distance paraît longue.

Le kit entier coûte entre 899 euros TTC et 1299 euros TTC en fonction de la puissance du moteur. Les créateurs de Gboost ont pour ambition de réaliser 1000 ventes sur le marché français et allemand d'ici la fin de l'année.

Selon le modèle choisi, le kit GBoost est disponible entre 899 et 1 299 euros. Le prix moyen d'un vélo à assistance électrique, lui, varie en fonction du canal de distribution choisi entre 500 et 1 000 euros, à en croire les relevés de l'Observatoire Union Sport & Cycle.

Lire aussi : Le vélo électrique bouleverse les usages

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2019 à 10:56 :
Ça permet de garder son vélo et ne pas devoir en racheter un nouveau, donc lutter contre l'obsolescence. :-) Ceux n'en ayant pas peuvent aller directement au vélo assisté d'origine, et ne pas avoir à bricoler. J'ai le gilet jaune mais pas encore acheté le VAE, y a trop de choix (sans assistance encore plus ! Trop de choix tue l'achat :-) ).
Sais pas si y a un kit pour voiture, on démonte le moteur à pétrole mais ça risquerait d'être lourd à gérer (de tout point de vue).
Un kit pour trottinette ?
a écrit le 23/10/2019 à 10:35 :
Il serait peut être plus intelligent de remplacer la voiture par le vélo électrique en relocalisant, ce qui peut l'être, au plus près des "consommacteurs"!
a écrit le 05/10/2019 à 6:33 :
Tiens... pas passé le précédent commentaire... La grosse faiblesse que je vois au système, c'est le mode de transmission. Ceux qui ont roulé solex comprendront (usure prématurée du pneu par le galet...alors que le pneu avait été conçu pour! Sur les vélos, il va falloir les changer les pneux arrières...) Pas possible de venir engrenner sur la chaine ?
a écrit le 01/10/2019 à 21:09 :
La capacité de la batterie s'exprime en kwh et pas en kw. 250Wh, ca ne parait vraiment pas beaucoup... (c'est souvent 400Wh ou 500Wh).
Concernant la puissance du moteur, 300W me semble être au dela de la réglementation (250W).
Et pour la vitesse, l'assistance doit se couper à 25km/h si cela veut être considéré comme un vélo à assistance électrique.
Bref, tous les les chiffres semblent vraiment bizarre (et non compatible avec la réglementation des vélos à assistance électrique)
a écrit le 01/10/2019 à 11:26 :
UN VELO DE RETARD
Il aurait fallu que ce procédé intelligent soit lancé lorsque les vélos électriques n'étaient pas encore sur le marché , les prix de ces derniers étant en forte baisse. L'idée était bonne mais elle arrive trop tard, reflet d'une tendance marquée en termes d'innovations en France.
a écrit le 01/10/2019 à 4:55 :
Bcp trop cher.
a écrit le 01/10/2019 à 1:56 :
Coquille ? "Vitesse maxi 35 km/h. Autonomie 1h30soit 75 km". Si l'on compte bien cela donne une vitesse de 50km/h... Où est l'erreur ?
a écrit le 30/09/2019 à 12:51 :
Le kit à monter seul, couterait plus cher qu'un vélo à assistance électrique déjà monté?
On trouve déjà des vélos équivalents pour 500€ chez un équipementier de sport.

A moins d"avoir un supervélo d'origine, dont on serait tombé amoureux, ce kit n'a donc aucun intérêt.

Et je suis également interloqué par le pilotage du niveau d'assistance par smartphone, c'est casse-gueule au possible.
Réponse de le 21/10/2019 à 10:34 :
Sans vouloir défendre ce produit, un vélo électrique à 500€, mieux vaut ne pas acheter, fiabilité et robustesse nulles. J'ai "un tout petit peu" d'expérience en la matière, plusieurs kits depuis au moins 10 ans ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :