Plan de relance : le Medef veut un 2e volet de soutien et "faire sortir" l'épargne des Français

 |  | 380 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Charles Platiau)
Il faudrait "compléter" le plan de relance de 100 milliards d'euros adopté fin 2020 par "un volet sur toute l'économie présentielle, c'est-à-dire l'économie qui souffre" aujourd'hui, a jugé le patron des patrons, Geoffroy Roux de Bézieux sur Franceinfo, qui ajoute "réfléchir à un moyen de faire sortir l'épargne", emmagasinée par de nombreux Français en 2020 (130 milliards d'euros en 2020, sans doute 200 milliards en 2021).

Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a jugé mercredi nécessaire de doter le plan de relance d'un "deuxième volet" destiné à soutenir la reprise des secteurs les plus en difficulté et à débloquer l'épargne des Français.

Le plan de relance de 100 milliards d'euros adopté fin 2020 "a été conçu pour réinvestir et réindustrialiser le pays (...) mais je pense qu'il faut le compléter avant l'été" par "un volet sur toute l'économie présentielle, c'est-à-dire l'économie qui souffre" aujourd'hui, a jugé Geoffroy Roux de Bézieux sur Franceinfo.

Si le plan "a plutôt bien démarré" jusqu'ici, "il n'y a rien (...) pour les hôtels, pour l'évènementiel, les stations de ski, pour tous ces gens-là, qui ont eu une année 2020 catastrophique et auront de nouveau une année 2021 catastrophique", a-t-il noté.

"Faire sortir" l'épargne des Français accumulée par défaut

Par ailleurs, selon lui, il faudra "peut-être réfléchir à un moyen de faire sortir l'épargne", emmagasinée par de nombreux Français en 2020, qui ont réduit leur consommation durant les confinements ou par précaution et peur de l'avenir.

Selon la Banque de France, cette épargne a atteint 130 milliards d'euros l'an dernier et pourrait grimper à 200 milliards en 2021.

TVA, chèque vert, réforme des retraites

Si le président du Medef se dit défavorable à une baisse massive de TVA, il défend des mesures "ciblées" comme un chèque vert, tel que déjà proposé au printemps par le Medef, mais aussi par plusieurs économistes.

Revenant sur la réforme des retraites voulue par le gouvernement et mise en suspens pendant la crise, le patron du Medef a rappelé son opposition à une reprise des discussions d'ici 2022 sur l'instauration d'un régime par points.

En revanche, il a estimé que le débat sur une augmentation des trimestres de cotisations, comme en 2013 dans la réforme portée par Marisol Touraine, pourrait s'ouvrir avant la fin du quinquennat.

"C'est une méthode assez juste car ça prend en compte l'âge de début de travail" et ne pénalise donc pas ceux qui ont commencé à travailler tôt, a estimé M. Roux de Bézieux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2021 à 8:35 :
Les entreprises françaises investissent massivement à l'étranger depuis des années. C'est d'ailleurs à cause de cela que notre économie nationale s'écroule par manque d'investissements, en plus du dumping que cela entraîne car cela a financé la concurrence déloyale. L'épargne des français ne servirai donc pas à financer l'investissement en france s'il était injecté dans l'industrie, ou alors il faudrait interdire toutes les techniques de drainage des capitaux hors de nos frontières. Faut pas rêver...
Réponse de le 07/01/2021 à 11:10 :
Sans compté que l'épargne dore pas elle est prété par les financier pour des prêts.
a écrit le 06/01/2021 à 20:30 :
les francais vont garder leur epargne qui servira a payer le ' quoi qu'il en coute'
si vous croyez que les gens vont faire n'importe quoi avant de toute facon la ramasser dans la gueule...
personne n'est dupe
d'ailleurs lemaire disait ' les impots n'augmenteront pas avec lemaire', ok il est la jusque 2022 maxi; le suivant enverra la douloureuse
Réponse de le 07/01/2021 à 11:11 :
Ils disaient aussi supprimer la taxe d'habitation pour tous l'année dernière, ça les a pas empêcher de ne pas le faire... Un politique n'a aucune parole...
a écrit le 06/01/2021 à 20:05 :
Le medef en a jamais assez... après tout ce que macron leur a donne ils en demande encore plus... laissez en aux autres, nous aussi on a besoin et nous c'est pour survivre...
a écrit le 06/01/2021 à 18:50 :
Le MEDEF c'est comme la CGT, en fait ça va toujours bien mieux quand on ne les entend pas.
a écrit le 06/01/2021 à 18:06 :
"emmagasinée par de nombreux Français en 2020 (130 milliards d'euros en 2020, sans doute 200 milliards en 2021"


À partir des données du Groupement des cartes bancaires et de 300 000 comptes bancaires "strictement anonymisés" du Crédit Mutuel, le Conseil d'analyse économique (CAE) a étudié l’épargne supplémentaire constituée par les ménages français entre mars et fin août 2020 dans une note publiée en octobre 2020.Toutefois, note le CAE, les ménages les plus modestes n'ont pas réussi à épargner plus que d'habitude et, pour certains, il y a eu aussi une baisse du revenu en fin de compte 70% du surplus d'épargne accumulé l'a été par 20% des ménages (les fameux nombreux Français de 2020)
Réponse de le 06/01/2021 à 20:32 :
euh oui l'argent de le drogue et des allocs, ca rentre pas dans les chiffres, effectivement
merci de l'avoir precise
quand je pense a toutes ces valises de billets sociaux qui pourraient financer les retraites de la cgt sncf, j'en ai la larme a l'oeil
Réponse de le 07/01/2021 à 6:29 :
Réponse @churchill : dans le style poncif caricatural, elle est pas mal votre réponse. Mais il est vrai que vous êtes un macroniste de la première heure.
a écrit le 06/01/2021 à 17:06 :
La baisse de la TVA on sait déjà ce que ça a donné avec le monde de la culture... des marges plus grasses pour les entreprises!

En revanche, la France ferait bien de s'inspirer de l'Allemagne en obligeant tous les commerçants à fournir un ticket de caisse pour limiter la fraude massive à la TVA qui je le rappelle est le premier impôt de France.

Par ailleurs, une conversion de la TVA en majoration de l'Impôt Société ferait des économies de collecte par simplification administrative.
a écrit le 06/01/2021 à 16:18 :
Les PSE s'accumulent et sont repoussés pour les élections régionales mais le syndicat des ultrariches (cf. hausse annuelle de 10+ % des rémunérations des dirigeants du CAC40) veut encore faire les poches des pauvres qui thésaurisent en l'absence d'emprunts garantis pour entreprises zombies...
a écrit le 06/01/2021 à 14:03 :
Il faut penser aussi à la redistribution des richesses par la réforme de la finance, les 500 plus grosses fortunes Françaises se partagent 30 % du PIB soit 650 milliards d'euros, à ne rien faire
a écrit le 06/01/2021 à 14:03 :
Il faut penser aussi à la redistribution des richesses par la réforme de la finance, les 500 plus grosses fortunes Françaises se partagent 30 % du PIB soit 650 milliards d'euros, à ne rien faire
a écrit le 06/01/2021 à 13:37 :
Que des recettes qui ne coûtent bien au MEDEF et dont nul bénéficie largement. La retraite par points c'est la fin de la solidarité et l'ouverture aux fonds de pension dont on voit bien qu'en cas de crise durable ce serait la misère pour des millions, voire des dizaines de millions de retraités.
Réponse de le 06/01/2021 à 16:11 :
Un fond de pension - seul moyen pour permettre aux Français de reprendre la main sur leurs entreprises qui aujourd'hui sont sous la coupe de capitaux et fonds de retraite étrangers. Toutes ces crises ne sont filtrées sur plus de 40 ans et n'influent que très peu sur le capital final, tandis que le système à répartition va finir par créer une vraie guerre de générations quand il n'y aura plus qu'un actif pour un retraité.
a écrit le 06/01/2021 à 13:28 :
Ce président du MEDEF est un peu naïf.
Il faut savoir quels achats ont diminué pour conduire à cet excès d'épargne, si ce sont des produits en majorité importés ce n'est pas grave.
Il faudrait flécher cet argent vers des achats de made in France mais ce sera difficile car aucun des produits de consommation ludique n'est produit en France.
Il ne faut pas rêver , à terme nous n'échapperons pas à une ponction fiscale pour payer le coût de la crise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :