Pourquoi Carrefour se consolide au Brésil après l'échec de la fusion avec le canadien Couche-Tard

 |  | 571 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Thomas Mukoya)
Après l'opposition catégorique de Bercy à son rapprochement avec le distributeur canadien, le géant français de la distribution (13.000 magasins, 320.000 salariés, 78,6 milliards de chiffre d'affaires dans 130 pays), dit vouloir "se positionner en consolidateur naturel là où il est présent". Au Brésil notamment, où il est numéro un, en rachetant Grupo Big (anciennement Walmart Brazil) qui exploite un réseau multiformat de 387 magasins et est le troisième acteur de la distribution alimentaire.

Deux mois après l'échec du rapprochement avec le canadien Couche-Tard, parce que le gouvernement y avait opposé un non catégorique, Carrefour a annoncé mercredi renforcer sa place de numéro un de la distribution alimentaire au Brésil, avec le rachat de Grupo Big pour 1,1 milliard d'euros.

"Notre groupe est à l'offensive" et cette opération "s'insère parfaitement dans la stratégie de croissance externe du groupe, centrée sur la consolidation de nos marchés clefs", a mis en avant le PDG Alexandre Bompard, cité dans le communiqué.

Cette opération est la plus importante depuis son arrivée à la tête du groupe en 2017.

En janvier, M. Bompard avait essuyé un refus catégorique du gouvernement français face à la proposition de rapprochement du distributeur canadien Couche-Tard, qui aurait valorisé le groupe français à plus de 16 milliards d'euros (hors dette).

En présentant ses résultats annuels mi-février, Carrefour avait dit vouloir "se positionner en consolidateur naturel là où il est présent".

C'est donc au Brésil, pays où il est actif depuis 1995, que le groupe a décidé de se renforcer, en rachetant Grupo Big - anciennement Walmart Brazil - qui exploite un réseau multiformat de 387 magasins et est le troisième acteur de la distribution alimentaire.

La filiale brésilienne de Carrefour exploite de son côté 489 magasins dans le pays, et dit "servir actuellement" plus de 45 millions de clients.

Le chiffre d'affaires combiné entre Grupo Carrefour Brasil et Grupo Big s'élève à environ 100 milliards de réals, soit quelque 15 milliards d'euros. Ensemble, ils détiendront 876 magasins, pour environ 137.000 collaborateurs.

Le Brésil, pays "au potentiel de croissance important"

"Les deux groupes offrent une forte complémentarité géographique, et la transaction étendra la présence de Carrefour Brésil dans des régions où il a une pénétration limitée, telles que le nord-est et le sud du pays, et qui recèlent un potentiel de croissance important", met en avant Carrefour dans son communiqué.

Dans ce pays "au potentiel de croissance important", la transaction offre un potentiel de synergies significatif "dès la première année, se renforçant progressivement pour atteindre une contribution nette à l'Ebitda de 1,7 milliard de réals (environ 260 millions d'euros) additionnels en base annuelle, 3 ans après la réalisation effective de la transaction".

L'opération, d'un montant de 1,1 milliard d'euros, sera réalisée à 70% en numéraire et à 30% via des actions Carrefour Brésil nouvellement émises.

"Avec cette transaction, Carrefour Brésil aura investi plus de 15 milliards de réals (2,3 milliards d'euros) depuis 2019, contribuant directement au développement social et économique du pays, avec notamment la création de milliers d'emplois et de débouchés pour les producteurs locaux", affirme le groupe.

Il indique que l'opération reste soumise à l'autorisation de l'autorité de la concurrence brésilienne (CADE), ainsi qu'à l'approbation des actionnaires de Carrefour Brésil. La finalisation est attendue en 2022, est-il précisé.

13.000 magasins, 320.000 salariés, 78,6 milliards de chiffre d'affaires

Présent dans plus de 130 pays, Carrefour s'appuie sur un réseau mondial de plus de 13.000 magasins. Il compte plus de 320.000 salariés.

En 2020, il a réalisé un chiffre d'affaires de 78,6 milliards d'euros, en progression (en comparable) de 7,8%. Son résultat net part du groupe a baissé de 43%, à 641 millions d'euros, contre 1,129 milliard d'euros en 2019 où il avait été gonflé par des recettes de cession en Chine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2021 à 17:25 :
INVESTISSEUR RAISONNABLE
Si vous investissez en "bon père de famille", investissez dans des entreprises qui ont des actifs physiques (Comme l'Air Liquide) et Évaluez facilement si le prix de bourse, vaut réellement le prix réel de l'entreprise. Sachez qu'une entreprise vaut jusqu'à 15 fois son bénéfice net annuel. S'investissez pas l'argent de la famille dans des "peut-être" rentables, laissez les hedge funds prendre le risque, vous n'avez pas les reins assez solides pour vouloir rivaliser dans les milliardaires.
André FRANK
ps votre meilleur investissement est : Votre capital avec votre travail.
a écrit le 24/03/2021 à 10:24 :
"16 milliards d'euros (hors dette)"

Tout comme on ne calcule pas le PIB d'un pays en y intégrant les remboursements de dettes sinon on se retrouverait avec des PIB négatifs ou comment dissimuler la poussière sous le tapis devenu montagne.

Quelle vaste supercheire que notre système quand même hein.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :