L'Autorité de la concurrence sanctionne le groupe Fnac Darty

 |   |  454  mots
(Crédits : Gonzalo Fuentes)
L'Autorité de la concurrence a infligé vendredi à Fnac Darty une amende de 20 millions d'euros pour non-respect de ses engagements dans le cadre du rapprochement des deux enseignes, une sanction au montant jugé "disproportionné" par le groupe, qui entend la contester.

L'Autorité a ordonné par ailleurs la cession de deux établissements, les magasins Darty Montmartre et Darty Passy, "en substitution" des trois qui n'ont pas été vendus à un repreneur "agréé" avant le 1er août 2017, date fixée par l'Autorité lors de son examen de l'opération, en 2016. Cette sanction est la première infligée par l'Autorité de la concurrence à une entreprise pour non respect d'engagements de cessions dans un délai prévu, conditionnant une opération de concentration.

"Dans un environnement très concurrentiel pour le commerce physique, le groupe a fait ses meilleurs efforts pour exécuter les décisions demandées par l'Autorité", a aussitôt réagi Fnac Darty dans un communiqué.

Le groupe "examinera toutes les voies de recours à sa disposition pour contester le montant disproportionné de la sanction", dit-il. Cette décision est susceptible de recours devant le Conseil d'Etat.

Le gendarme de la concurrence avait subordonné son autorisation du rapprochement entre Fnac et Darty à la cession de six magasins à Paris et en région parisienne, dont Darty Wagram, Darty Italie 2, Darty Vélizy, qui ont été vendus dans les délais prévus.

En revanche, Fnac Beaugrenelle, Darty Belleville et Darty Saint-Ouen ne l'ont pas été.

Or Fnac Darty n'a "présenté ni contrat de cession, ni repreneur", pour la Fnac Beaugrenelle. Quant au repreneur des deux autres établissements, il n'a pas été agréé par l'Autorité car celle-ci n'a pas vu en lui un concurrent "efficace" de la nouvelle entité sur "les produits bruns et gris".

Pour l'autorité, l'opération était en effet "de nature à porter atteinte à la concurrence sur les marchés de la vente au détail de produits bruns (téléviseurs, équipements hi-fi et audio...) et de produits gris (micro-ordinateurs personnels, écrans, périphériques, téléphonie)" et ce "dans plusieurs zones de chalandise, en particulier à Paris", rappelle-t-elle.

"En ne cédant pas, dans les délais prévus, trois des six magasins sur lesquels elle s'était engagée, Fnac Darty a commis un manquement grave à ses obligations, ce qui a empêché les consommateurs de bénéficier rapidement d'une nouvelle offre de produits électroniques à Paris", dit Isabelle de Silva, sa présidente, citée dans le communiqué.

De son côté, Fnac Darty indique avoir sollicité en vain, un délai supplémentaire pour céder la Fnac Beaugrenelle.

Le groupe précise toutefois avoir "d'ores et déjà trouvé un repreneur" pour les deux magasins dont la cession lui est demandée, en substitution des trois ventes non réalisées.

Selon l'Autorité, le montant de la sanction tient compte des "efforts mis en œuvre" par Fnac Darty pour céder les trois premiers magasins.

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :