Les immatriculations de bateaux neufs ont chuté de 20% en 2009

 |   |  230  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Pour relancer la demande, les constructeurs mises sur les nouveaux modèles.

Aucune catégorie sociale n'a été épargnée par la crise en 2009, à la fois économique et financière. Dans ce contexte, les achats de bateaux neufs, à voile ou à moteur, ont été reportés à des temps plus favorables. Résultat, après quinze ans de croissance ininterrompue, le secteur du nautisme a dû faire face à sa première crise majeure. Les chiffres présentés jeudi par la Fédération des industries nautiques sont éloquents.

 

Les immatriculations de voiliers neufs se sont effondrées de 19,8% à 2.787 unités. Toutes les tailles de bateaux ont été pénalisées, à l'exception des très grandes unités (plus de 18 mètres de long). Les experts expliquent toutefois que pour ces bateaux exceptionnels, les durées de fabrication entraînent un décalage des effets de la crise. Mais cette catégorie, qui s'adresse plutôt à des plaisanciers fortunés, n'échappe pas à la conjoncture. Les immatriculations de bateaux à moteur, près de cinq fois plus importante que celles des voiliers, ont baissé de 19,2% en 2009, à 13.902 unités.

 

De nombreux professionnels du nautisme espèrent un effet de rattrapage du marché, même si ce dernier se fait encore attendre. Pour stimuler la demande, les constructeurs ont accéléré le lancement des nouveautés. A l'occasion du salon nautique de Paris (Nautic), près de 300 nouveaux modèles seront présentés, un record.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :