L'espagnol Marsans se désengage de la France

 |   |  191  mots
Le groupe de tourisme espagnol Marsans, en proie à des difficultés, vient de conclure la vente de sa filiale française, un spécialiste des voyages vers la République Dominicaine.

Bruno Gallois, directeur général de Marsans France, confirme à La tribune, la vente de sa société de voyages par sa maison-mère, le groupe de tourisme Marsans. Le montant de cette transaction, révélée par le site du Quotidien du Tourisme, n?est pas communiqué. Le repreneur est un groupe d?investissements espagnol du nom de Dinaqua.

 

En France, Marsans est l?un des spécialistes des voyages vers la République Dominicaine. En 2009, l?entreprise qui fête son centième anniversaire a réalisée un chiffre d?affaires de 100 millions d?euros, après 117 millions d?euros en 2008. Toutefois, l?année qui vient de s?écouler devrait se traduire par un "résultat légèrement positif", explique Bruno Gallois.

 

Le tour-opérateur continuera d?utiliser la marque Marsans pour au moins trois ans en France. Bruno Gallois estime que cette vente est une bonne nouvelle. Elle lève les interrogations récurrentes formulées par ses fournisseurs qui s?interrogeaient ces derniers temps sur al santé financière du groupe espagnol Marsans. Dans ces conditions, il aborde 2010 dans la "sérénité".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2010 à 12:49 :
Il est bien entendu que vous ayez des problèmes entre actionnaires(soit dits
ventes et reventes ou bien cession de parts).Part contre pensez vous à vos fournisseurs qui patientes depuis minimum 90 jours .
Quant l'on parles de 100 Millions de C-A ,à ce qu'il me semble une facture de
30 000? ne devrais pas vous faire défaillir.
-ceci dit nous espérons que vous comme bien d'autres prendriez en considération que l'on ne manipule les petites société sans avoir à un moment ou à un autre un retour de baton.

En vous souhaitant tout de meme que vos affaires soit innovantes et fructueuses.

Daniel ROUX

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :